AFGHANISTAN : L’IMPOSSIBLE TRANSITION Cette émission a été diffusée la première fois en février 2013

Lectures

Le retour des talibans
Ahmed Raschid
Editions Delavilla
05/2009

Description de l’ouvrage

Sept ans après le 11-Septembre et en dépit des milliards de dollars investis dans la région et des milliers de morts, le chaos règne en Afghanistan, au Pakistan et menace l'Inde. Ce récit du Retour des talibans se lit comme une épopée, avec ses seigneurs de guerre féodaux et leurs prisons secrètes, ses talibans, ses agents de la CIA. Comment une guérilla médiévale peut-elle mettre en difficulté la première armée du monde ? À quel jeu jouent le Pakistan et ses services secrets ? Pourquoi les Américains ont-ils continué à financer ceux qui protégeaient l'état major d'Al-Qaida ? Ce livre est un cri d'alarme pour engager l'occident à corriger ses erreurs de stratégie. Rien n'est plus urgent à l'échelle internationale.

À propos de l’auteur

Ahmed Rashid fut, dès 1979, correspondant du Daily Telegraph, de la Far Eastern Economic Review, de la BBC et de CNN, en Afghanistan, au Pakistan et en Asie centrale. L'auteur est considéré comme le meilleur expert au monde du mouvement taliban. Son précédent livre L'ombre des talibans a été traduit en vingt-deux langues et vendu à plus de 1,5 millions d'exemplaires.

 

Afghanistan : Le royaume de l'insolence - L'Afghanistan 1504 - 2011
Michael Barry
Flammarion - Collection : Au fil de l'histoire
09/2011

Présentation de l’éditeur

L'Afghanistan est entré dans l'histoire du monde – ou du moins dans la conscience du monde – une première fois avec l'invasion soviétique du 27 décembre 1979, une deuxième fois au lendemain des attentats du 11 septembre 2001, quand les Américains décidèrent d'y pourchasser les réseaux terroristes de l'islamisme international. Ces deux dates ne marquent pourtant que les ultimes et sanglantes étapes d'une longue et sourde lutte politique livrée par les grandes puissances pour dominer le coeur stratégique de l'Asie – le plus souvent en pure perte.

Car la chronique de l'Afghanistan depuis un demi-millénaire est aussi, voire avant tout, celle d'une résistance énigmatique et tenace contre tous les empires, où les montagnards opposent aux envahisseurs la plus déroutante des techniques de lutte : l'éparpillement en tribus et en clans, le refus de collaborer. Ainsi le pays profond sut-il toujours conserver son indépendance contre les Moghols, les Perses, les Britanniques, les Russes.

Or, les plus archaïques mécanismes de combat de cette contrée – que ses voisins nommaient autrefois Yâghestân, le "Royaume de l'insolence" –viennent encore de prévaloir sous nos yeux : hier contre l'armée Rouge, aujourd'hui face à une coalition occidentale désormais entravée dans sa lutte contre une résistance fanatisée arc-boutée sur les confins afghano-pakistanais mais aux ramifications planétaires.

À propos de l’auteur

Michael Barry, né en 1948 à New York, enseigne aujourd'hui à l'université de Princeton, après avoir longtemps vécu en France, en Iran et en Afghanistan. Auteur de nombreux ouvrages sur les littératures et l'art du monde musulman médiéval, il collabore régulièrement avec la fondation de l'Aga Khan pour la culture.

Sa connaissance du terrain afghan, où il se rend régulièrement, lui a permis d'acquérir une notoriété internationale. Il y a été observateur pour la Fédération internationale des ligues des droits de l'homme de 1979 à 1985 ; coordinateur des missions de Médecins du monde de 1986 à 1989 et de 1992 à 1994 ; consultant des Nations unies entre 1989 et 1991 ; enfin envoyé spécial de Bernard Kouchner à Kaboul pour les dernières opérations humanitaires possibles lors du siège de 1994-1995, à la veille de la conquête de la ville par les talibans.

 

Vers l'Orient
Marc Riboud
Coffret de cinq volumes édité par Xavier Barral
11/2012

Présentation de l’éditeur

Turquie, Iran, Afghanistan, Pakistan, Inde, Chine puis Japon : six pays traversés et photographiés par Marc Riboud entre 1955 et 1958. Les éditions Xavier Barral publient à l’automne 2012 Vers l’Orient, un coffret de cinq ouvrages, véritable carnet de notes visuelles réunissant les plus belles photographies prises lors de ce long et lent voyage entrepris pour rejoindre initialement Calcutta.

À propos de l’auteur

Comme beaucoup d’autres avant lui, Marc Riboud a eu besoin de partir, de quitter la France, sa famille et la reconstruction de l’après-guerre.

Âgé de 30 ans, ingénieur de formation, il achète la vieille Land Rover de George Rodger et se met en route au printemps 1955. Sans avoir lu ni les grands récits de Nerval ni ceux de Segalen, il a été bercé en revanche dès très jeune par les récits de voyage de son père, de retour d’un tour du monde entrepris dans les années 1910. Désireux de découvrir ces civilisations millénaires, il s’arrête d’abord à Istanbul, avant de poursuivre son chemin par les admirables paysages de Cappadoce et d’Anatolie.

Il traverse la Perse pour rejoindre l’Afghanistan et ses zones tribales, comme l’avait fait peu de temps avant lui Nicolas Bouvier. En 1956, il arrive en Inde, sa destination initiale, qu’il sillonne pendant près d’une année : Calcutta, Bombay, Delhi, Darjeeling, le Rajasthan, Bénarès, jusqu’au Népal. C’est de là qu’il entre en Chine communiste, où il est l’un des rares Occidentaux à obtenir un visa.

Il termine son Grand Tour au Japon, en 1958, alors en pleine reconstruction après la guerre et en pleine mutation sociétale. De retour en France, Marc Riboud ramène des milliers de photographies, traces de ces cultures ancestrales que l’on retrouve partout, dans les monuments, les gestes, la beauté des femmes, l’hospitalité des gens, le temps qui n’est pas compté. Ceux qui connaissent l’Orient d’aujourd’hui, découvriront peut-être dans ces photos réalisées il y a près de soixante ans ce qui reste quand tout semble changer et, derrière l’occidentalisation grandissante, le fil caché de l’intemporalité.

 

La machine de guerre américaine. La politique profonde, la CIA, la drogue, l'Afghanistan...
Peter Dale Scott
Demi-Lune - Collection : Résistances
10/2012

Présentation de l’éditeur

Ce livre stimulant et extrêmement bien documenté explore les aspects secrets de la politique étrangère américaine. Analyste politique de premier plan, Peter Dale Scott rassemble des preuves accablantes afin de lever le voile sur la violence autorisée par l'État, illégale bien que largement répandue, qui règne dans le monde de la politique et dans celui des affaires. L'auteur s'intéresse particulièrement à ce phénomène dans le cadre de l'implication à long terme des États-Unis dans le trafic de drogue mondial.

Dès les années 1950, en Thaïlande, les Américains se sont habitués à voir la CIA nouer des alliances avec les trafiquants de drogues (et leurs banquiers) afin d'installer et de soutenir des gouvernements de droite. Le schéma s'est répété ensuite dans de nombreux pays : Laos, Vietnam, Italie, Mexique, Nigeria, Venezuela, Colombie, Pérou, Chili, Panama, Honduras, Turquie, Pakistan et à présent en Afghanistan, pour ne nommer que ceux évoqués dans le livre.

Scott démontre que la relation des services de renseignements américains et de leurs agents avec le trafic de drogue mondial et d'autres réseaux de criminels internationaux demande une étude approfondie au sein du débat sur la présence américaine en Afghanistan.

À ce jour, le gouvernement américain et ses politiques ont plutôt contribué à renforcer le trafic de drogue qu'à le restreindre. La soi-disant guerre contre la terreur et en particulier la guerre en Afghanistan constituent seulement un nouveau chapitre de cette dérangeante histoire.

À propos de l’auteur

Docteur en sciences politiques et ancien diplomate, Peter Dale Scott est l'auteur de nombreux ouvrages analysant la politique étrangère américaine, les narcotrafics et les opérations secrètes. La route vers le nouveau désordre mondial. 50 ans d'ambitions secrètes des États-Unis a été traduit en français, en novembre 2010. Ses recherches et écrits mettent en lumière le concept de ce qu'il définit comme le supramonde (l’État profond dissimulé au sein de l'État public). Porte-parole du mouvement antiguerre lors du conflit vietnamien, il cofonda le programme d'études Paix et Conflit de la prestigieuse université de Berkeley, où il enseigna la littérature anglaise durant près de trente ans. Primé pour ses recherches en géopolitique, Scott est également un auteur reconnu pour son œuvre littéraire dans le domaine de la poésie.

Le site de l'auteur en anglais.

 

La dévastation - Qu'avons-nous fait en Afghanistan ?
Ahmad Ashraf
Bayard
09/2012

Présentation de l’éditeur

Ahmad Ashraf était chirurgien dans l'armée lors de la guerre contre les Soviétiques. Poursuivi par les extrémistes, il a dû s'exiler en France où il est devenu neurochirurgien. Il n'a jamais cessé de retourner régulièrement dans son pays et d'en étudier l'évolution politique et sociale. Son point de vue de médecin travaillant en grande proximité avec la population afghane sert de fil conducteur à cette analyse sur l'intervention occidentale en Afghanistan.

Il montre comment ce confit a dégénéré. Comment, malgré l'élimination de Ben Laden, le terrorisme taliban est plus fort que jamais ; comment, après avoir été accueillies à bras ouverts par les Afghans, les troupes de l'Otan sont considérées à présent comme des forces d'occupation ; et comment la situation du pays, déjà catastrophique, n'a cessé d'empirer. Il dénonce les responsabilités de l'Occident et des élites politiques afghanes corrompues et montre que les premières victimes en sont les populations civiles.

À propos de l’auteur

Ahmad Ashraf est neurochirurgien au CHU de Grenoble. Arrivé en France comme réfugié politique, il y a une vingtaine d'années, après avoir été chirurgien de guerre, il ne cesse depuis de retourner dans son pays d'origine pour y travailler comme médecin humanitaire. Il exerce notamment à l'Institut français pour la mère et l'enfant de Kaboul, avec l'association La Chaîne de l'espoir.

 

Al-Qaida par l'image. La prophétie du martyre
Asiem El Difraoui
PUF - Collection : Proche-Orient
09/2012

Présentation de l’éditeur

Al-Qaida aurait probablement déjà disparu sans l'élaboration d'une stratégie de propagande particulièrement complexe dont la production audiovisuelle est devenue le premier instrument. À travers cette étude de terrain, durant laquelle l'auteur a rencontré une grande partie des principaux théoriciens jihadistes, est révélée l'historiographie officielle d'Al-Qaida.

De cette analyse de la production audiovisuelle de l'organisation et de ses dérivés découle qu'au-delà de la propagande, Al-Qaida vise à détourner la mythologie de l'islam pour inventer celle du martyre qui serait l'unique voie de salut pour les musulmans. Ce détournement, qui revendique pourtant la légitimité des grandes figures de l'islam, permet à Al-Qaida de créer une eschatologie inédite et une cosmologie dans laquelle Ben Laden a rang de prophète. Ce fait catégorise l'organisation comme une « secte » au sens wébérien du terme. En dépit de son échec à mobiliser les masses musulmanes, Al-Qaida est néanmoins parvenue à créer des images et des symboles qui sont aujourd'hui reconnus par de nombreux croyants et pourraient inspirer les générations à venir.

À propos de l'auteur

Abdelasiem El Difraoui, Docteur en sciences politiques de Sciences Po Paris, est germano-égyptien. Comme réalisateur de reportages et de documentaires sur le monde arabe, il a gagné de nombreux prix internationaux, notamment le New York Film and Television Award pour Le Siège de Bagdad. Son dernier film comme co-producteur, Tahrir 2011, a gagné le prix Unesco à la Mostra de Venise. Il travaille actuellement au sein de la SWP (Stiftung Wissenschaft und Politik), fondation qui conseille le gouvernement et le parlement allemands en matière de politique étrangère. Il a publié de nombreux articles sur le monde arabe pour des revues scientifiques internationales.