ANGOLA, ELDORADO AFRICAIN ? Cette émission a été diffusée la première fois en novembre 2014

Lectures

Perspectives économiques en Afrique
Nombreuses contributions
2014

Présentation de l’ouvrage
Les perspectives macroéconomiques de l'Afrique restent favorables grâce à un taux de croissance moyen qui s'est maintenu autour de 4 % en 2013. C’est ce que détaille ce rapport annuel, préparé et publié conjointement par la Banque africaine de développement, qui fête son cinquantenaire, l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) – principal organe de la diffusion de l’économie de marché et de la promotion du libéralisme transnational – qui rassemble 34 États et le Programme des Nations unies pour le développement (PNUD).
Perspectives économiques en Afrique 2014 est téléchargeable sur le site dédié qui propose des outils interactifs de comparaison.

Le PNUD publie également chaque année le Rapport sur le développement humain dans lequel est établi un classement de 187 pays selon l'indicateur de développement humain (IDH). L’Angola se place dans le groupe des pays à l’IDH le plus bas, en 149e position.

Pour d’autres éléments d’analyses, la Faculté des lettres et sciences humaines de Sherbrooke (Canada) propose un site pédagogique “Perspective Monde” qui permet de visualiser une synthèse par pays complétée d’articles de fond. Les données sur l’Angola confirment les promesses de l’économie "florissante" de ce pays.

L’Afrique en 2014
Jeune Afrique
Hors-série n°35

Présentation de l’ouvrage
Toutes les clés pour comprendre les révolutions du continent : 180 pages d’enquêtes, de reportages et d’analyses, et le classement des 54 pays africains.
À commander sur le site de Jeune Afrique.

Pour compléter cette lecture, La Commission économique des Nations unies pour l’Afrique vient d’éditer son rapport 2014. Un mot d’ordre pour cette nouvelle livraison : la mise en place d’institutions crédibles pour la relance de l’industrialisation.

Njinga, reine d'Angola (1582-1663) - La relation de Cavazzi de Montecuccolo (1687)
Antonio Cavazzi de Montecuccolo avec les préfaces de Linda Heywood et John Thornton
Chandeigne
01/05/2014

Présentation de l’éditeur
Njinga (1582-1663), reine du royaume angolais de Matamba, résista, à la tête de ses troupes, aux Portugais durant trois décennies, avant de conclure la paix et, à la fin de sa vie, de se convertir au catholicisme avec son peuple.

Présentation de l’ouvrage
Publié en 1687, le récit d'un de ses confesseurs, le missionnaire capucin Antonio Cavazzi, est un témoignage exceptionnel sur cette femme extraordinaire. Par ses descriptions, et aussi par ses dessins retrouvés récemment avec son manuscrit original, Cavazzi livre non seulement un récit littéraire et historique d'une grande force, mais aussi un incomparable document ethnographique sur L'Afrique centrale au XVIIe siècle.
Traduit en 2010 dans la collection Magellane des éditions Chandeigne, Njinga, reine d'Angola est réédité en 2014 en format semi-poche.

Nzinga The Warrior Queen est aussi une pièce de théâtre moderne écrite par Elizabeth Orchardson Mazrui et publiée par la Fondation kenyanne Jomo Kenyatta en 2006.

Njinga, a rainha de Angola est également un film épique, sorti en novembre 2013 à Luanda et produit par Semba Comunicação.

De la guerre d'indépendance à la guerre civile et internationale en Angola (1961-1991)
Amadou Koné
Connaissances et Savoirs
1 sept. 2013

Présentation del’éditeur
L'année 1961 marqua le début des révoltes contre la domination coloniale portugaise en Angola. Trois mouvements furent à l'origine de ces rébellions. Malgré un ennemi commun et la difficulté de la tâche, ces factions, divisées idéologiquement, politiquement et ethniquement, s'affrontèrent dans des combats meurtriers. En 1974, la Révolution des œillets mit fin à l'occupation portugaise. Commença alors une véritable lutte de pouvoir dans laquelle les puissances étrangères s'engagèrent également. L'historien Amadou Koné revient sur cette période mouvementée, en analysant l'origine de ces antagonismes, les soutiens internationaux impliqués, les conséquences sur la population angolaise.

À propos de l’auteur
Amadou Koné a soutenu en 2010, sous la direction du professeur Luiz Felipe de Alencastro, une thèse de doctorat intitulée La guerre civile angolaise de 1991 à 2002 dans le cadre de l’École doctorale d'histoire moderne et contemporaine (Paris), en partenariat avec le laboratoire du Centre d'études du Brésil et de l'Atlantique Sud. La thèse est éditée aussi par l'éditeur Connaissances et Savoirs.

En 2014, l’université portugaise de Coimbra consacre un site dédié à la “Revolução dos Cravos” dont c'est le quarantième anniversaire.

D'une guerre l'autre - Angola, 1975
Ryszard Kapuscinski avec la traduction par Véronique Patte
Flammarion
1 sept. 2011

Présentation de l'ouvrage
1975 : au lendemain de l'indépendance accordée par le Portugal, l’Angola s'enfonce dans la guerre civile. Dans cet enfer, inaccessible de l'extérieur, un témoin de l'intérieur raconte : l'écrivain reporter Ryszard Kapuscinski, correspondant d'une agence de presse polonaise, installé d'abord à Luanda comme un prisonnier dans une ville assiégée, puis naviguant au péril de sa vie entre les différents fronts d'une guérilla sans nom.
Avant la réflexion sur les mécanismes du pouvoir qui nourrira Le Négus et Le Shah, Kapuscinski nous livre ici son récit le plus personnel et le plus attachant, en spectateur effaré de l'agonie d'une ville abandonnée aux chiens errants et d'un conflit absurde. Un conflit de bric et de broc où les soldats sont des enfants mais où l'on meurt pour de vrai.

À propos de l'auteur
Témoin de vingt-sept révolutions et coups d’État, Ryszard Kapuscinski a été emprisonné quarante fois et a survécu à quatre condamnations à mort, selon son autobiographie.
Flammarion a traduit et édité les œuvres du reporter Ryszard Kapuscinski, décédé en 2007, dont son autobiographie.
L’éditeur Les Arènes a traduit et édité le livre de son biographe Artur Domoslawski, Kapuscinski, le vrai et le plus que vrai qui a ouvert la porte à des polémiques qu’Anne Kappès-Grangé, rédactrice en chef adjointe des pages "Afrique subsaharienne" du magazine Jeune Afrique, apaise.

Comment comprendre la "crise" de l'État postcolonial en Afrique ? - Un essai d'explication structurelle à partir des cas de l'Angola, du Congo-Brazzaville, du Congo-Kinshasa, du Liberia et du Rwanda.
Moïse Léonard Jamfa Chiadjeu
Peter Lang
1 janv. 2005

Présentation de l’ouvrage
Cet ouvrage présente une étude comparée de quatre politiques coloniales en Afrique subsaharienne : portugaise, française, belge et américaine. Partant des conditions obscures de la naissance de l'État postcolonial, l'auteur analyse les structures héritées de la colonisation occidentale (l'école, le territoire, la monnaie, la division internationale du travail, etc.).
Plus de détails sur le site de l'éditeur Peter Lang, spécialisé dans les études universitaires.

L'Angola postcolonial - Tome 1, Guerre et paix sans démocratisation
Christine Messiant avec la préface de Georges Balandier
Karthala
1 sept. 2008

Présentation de l’ouvrage
Pour la sociologue Christine Messiant (1947-2006), dans un contexte de guerre froide loin d'être négligeable, « les alignements politiques internationaux qui se produisent en Angola (le MPLA avec l'URSS et Cuba, le FNLA avec les États-Unis et le Zaïre, l'Unita passant de la Chine maoïste à l'Afrique du Sud) sont d'abord dus aux trajectoires spécifiques des milieux sociaux qui composent les élites et les bases de ces mouvements. »
C'est la sociologie historique de ces conflits incessants qui est abordée dans ce premier volume d'articles de Christine Messiant publiés à titre posthume. Les textes ont été réunis, introduits et édités par Brigitte Lachartre et Michel Cahen, avec avec la coopération technique d'Elizabeth Vignati et Jacqueline Vivès.

Le second volume, L'Angola postcolonial - Sociologie politique d'une oléocratie, porte plus précisément sur la sociologie de l'État clientéliste, en rapport étroit avec la situation de guerre étudiée dans le premier volume.

À propos des auteurs
On peut lire les articles qu’a publiés Christine Messiant pour la revue Politique africaine.
Georges Balandier est professeur d'ethnologie et sociologie à Paris V et EHESS et dirige avec Michel Wieviorka les Cahiers internationaux de sociologie.

Les affaires sous la guerre - Armes, pétroles et argent sale en Angola
Global Witness avec la traduction de Sandrine Lapuyade
Agone
1 sept. 2003

Présentation de l’éditeur
Depuis que la guerre civile angolaise a repris en janvier 1998, le développement économique et social du pays n'a cessé de se détériorer alors que les revenus pétroliers continuaient de croître.
Les investigations de l'ONG britannique Global Witness ont révélé que les hauts fonctionnaires angolais émargent sur des acquisitions militaires largement surévaluées et ont dévoilé l'existence de fuites de capitaux vers les îles Vierges britanniques.
Global Witness, spécialisée dans la lutte contre le pillage des ressources et la corruption, mène toujours des "campagnes", notamment à propos de l'Angolagate.

Angola, figures de pouvoir
Sous la direction de Christiane Falgayrettes-Leveau avec Manuel Gutierrez, Boris Wastiau, Manuel Jordàn…
Musée Dapper Éditions
1 oct. 2010

Présentation de l’ouvrage
Un catalogue d’exposition richement illustré d’œuvres d’une rare qualité plastique qui permet d'accéder au patrimoine artistique de l'Angola. Après une introduction générale de Christiane Falgayrettes-Leveau, directrice du musée et commissaire de l’exposition qui eut lieu jusqu’en juillet 2011, les meilleurs spécialistes résument dans l’ouvrage l’essentiel de leurs connaissances que le site de la librairie du musée développe dans une large présentation.

Pour approcher les pratiques cultuelles et esthétiques des peuples d’Angola, on peut se référer aux textes de la revue Cahiers d'études africaines qui reviennent sur deux expositions du Musée d'ethnographie de Neuchâtel (Suisse) : “Masques d’Angola” et “Retour d’Angola”. Cette dernière fait référence à la Mission scientifique suisse en Angola (MSSA) qui fut menée en 1932 et 1933 et qui fournit au Musée une part importante de ses collections africaines.
Cahiers d'études africaines propose à la lecture l’article intitulé L’africanisme en Allemagne hier et aujourd’hui de Youssouf Diallo (Max-Planck-Institut für ethnologische Forschung, Halle/Saale) que l'on peut télécharger.

Le musée Dapper propose jusqu’en juillet 2015 l'exposition “L’Art de manger - Rites et traditions”.

Agenda

Inauguration Musée d’ethnographie de Genève
Musée d'ethnographie de Genève
Du 31 octobre au 02 novembre 2014

Après quatre ans de fermeture au public, le MEG – Musée d’ethnographie de Genève – lève le voile sur son nouveau bâtiment, signé par les architectes Graber et Pulver.

Les collections ethnographiques de Genève, consacrées aux cultures des cinq continents et à la musique, font la part belle aux objets en tant que produits de la créativité des sociétés humaines.

Le design et l’ethnologie partagent un intérêt commun pour les cultures matérielles bien que ces deux disciplines travaillent à des finalités différentes. Le MEG les rapproche.

C'est José Adelino Barcelo de Carvalho, dit Bonga Kuenda, qui décrira de sa voix rauque et envoûtante, aux influences cap-verdiennes et portugaises, l'Angola, le pays qui l’a vu grandir, son histoire et sa lutte engagée, lors du concert d'ouverture avec son nouvel opus (le trentième) Hora Kota, ce vendredi 31 octobre.

Le n°66 de Totem, le magazine du Musée, livre en avant première les choix muséographiques des collections permanentes : les archives de la diversité humaine , les expositions temporaires (Les rois mochica - Divinité et pouvoir dans le Pérou ancien) et le programme des festivités d'ouverture qui dureront trois jours.

Pour en savoir plus sur le Musée d’ethnographie de Genève, ses publications et ses programmes d'activités et d'expositions : le site du MEG.