BERLIN (1/2) : MÉMOIRE ET URBANISME Cette émission a été diffusée la première fois en janvier 2014

Lectures

Cartes et vues historiques de Berlin
Hannah Schweizer, Harro Schweizer. Cathy Lara (Traducteur), Laurence Wuillemin (Traducteur)
Éditions KÖNEMANN
08/2013

Présentation de l’éditeur
Cette fascinante et superbe collection comporte, entre autres, l'un des plus anciens plans connus de Berlin, qui date de 1650, ainsi que la plus ancienne vue de la ville encore préservée de 1652 : une Veduta (Veduta est un terme d’origine italienne, très utilisé par les peintres de la Renaissance, et qui signifie "vue". La "vue" consistait alors à ouvrir une fenêtre dans la perspective de la toile peinte pour voir ailleurs. Des informations détaillées fournissent des données et des faits historiques importants, ainsi que le contexte des cartes et des tableaux. Les vingt-quatre cartes en quadrichromie sont détachables.

C'est là la réédition du livre édité en 2010 par HF Ullman, mais il s'agit ici d'une édition français-anglais-allemand.

Berlin - Architectures (1230-2008 )
Gerrit Engel, avec Detlef Jessen-Klingenberg et une préface de Matthias Sauerbruch, grâce à la traduction de Dorian Astor (Traducteur)
Éditions Actes Sud/Imprimerie nationale. Coédition Schirmer Mosel
05/2009

Présentation de l’éditeur
Depuis le XIIIe siècle, Berlin s'est toujours voulu capitale : emblème des électeurs de Brandebourg, des rois de Prusse, des empereurs allemands, de la république de Weimar, du IIIe Reich, de la République démocratique allemande et enfin de l'Allemagne réunifiée. Héritage conscient de cette histoire glorieuse, mais complexe et tumultueuse, l'architecture de Berlin, en perpétuel mouvement, est elle-même historique, elle se réfléchit.
Berlin s'affirme ainsi, avec New York, Chicago et Shanghai, comme l'une des capitales mondiales de l'architecture urbaine, où convergent l'effervescence créatrice et la volonté de résurrection d'une immuable grandeur.

À propos des auteurs
• Né en 1965, Gerrit Engel est professeur d'architecture à l'Académie des beaux-arts de Berlin. Il est l'auteur de plusieurs livres consacrés à l'architecture et a exposé ses photographies à New York, Rotterdam, Berlin et Francfort. Actes Sud a aussi traduit son livre dédié à Manhattan.
• Architecte et professeur d’architecture à l’Académie des beaux-arts de Berlin, Matthias Sauerbruch a travaillé avec Rem Koolhaas à Londres.
Detlef Jessen-Klingenberg est architecte et écrivain.

Berlin - Art et architecture
Edelgard Abendstein & Jeannine Fiedler
Éditions HF ULLMANN
09/2013

Présentation de l’éditeur
Berlin, la capitale de l'Allemagne, a une histoire de presque 800 ans : petite colonie sur l'île de la Spree, résidence des princes-électeurs, ville royale prussienne puis capitale impériale. Berlin a vécu la dictature, la guerre et la division avant de devenir le symbole et la pièce maîtresse de l'unité allemande. La ville est révélée dans ce livre à travers ses fascinantes réalisations architecturales, ses magnifiques trésors artistiques de l'Antiquité, du Moyen-Âge ou de la Renaissance.
Célébrée pour son effervescence et son originalité, elle est aujourd'hui un haut lieu de la peinture, de la sculpture, de la photographie et de l'art contemporain. Voici un regard exhaustif sur un patrimoine artistique exceptionnel.
Ici l'édition bilingue est franco-néerlandaise. L'autre édition bilingue est anglo-allemande.
Chaque titre de la série Art & Architecture est richement illustré. Des textes fournis mais clairs ouvrent les portes des lieux de l’art connus. Tous les endroits décrits sont illustrés, ce qui permet de les reconnaître lorsqu’on a l’occasion de les voir de ses propres yeux. Des textes historiques et culturels informatifs, des glossaires illustrés et des résumés complètent chaque titre afin que le lecteur retienne bien de ce qu’il a appris.
L'éditeur, qui propose d'en parcourir quelques pages, a édité le Berlin de Harro Schweizer dans la même collection.

Avant l'apocalypse. Berlin 1919-1933
Sous la direction de Lionel Richard
Éditions Autrement
01/2013

À propos de l'ouvrage
Pour l'Allemagne toute entière et Berlin en particulier, la République de Weimar constitue une « parenthèse » bien particulière, quatorze années de productions artistiques, d'innovations techniques et de bouillonnement intellectuel exceptionnels dans un contexte général d'inflation, de chômage, de luttes sociales. Métropole ouvrière, plus grande cité commerciale d'Europe, capitale de la rationalisation dans tous les domaines industriels et domestiques, Berlin constitue un véritable symbole de l'entre-deux-guerres et ressemble alors à une grouillante métropole américaine… Le krach de Wall Street, en 1929, avec ses répercussions internationales, bouleversera tout. Avec le retour de la crise, le président de la République, Hindenburg, appelle Hitler au poste de chancelier, le 30 janvier 1933... C'est la fin, pour une soixante d'années, du rayonnement culturel de Berlin en Europe.
On peut lire le compte-rendu du livre que fait Georges Ubbiali pour le site Dissidences.

À propos de l’auteur
Le livre a été dirigé par Lionel Richard, professeur honoraire des universités, collaborateur régulier du Magazine littéraire depuis 1967 et du Monde diplomatique depuis 1991. Il est l'auteur de nombreux livres sur la culture allemande du XXe siècle, notamment d'une Vie quotidienne sous la République de Weimar (Hachette, 1991), de Direction Berlin (Didier Devillez, 2008) et de Comprendre l'Expressionnisme (Infolio, 2012).

La ZDF a diffusé récemment un documentaire sur la "Weimarer Republik" et la situation internationale.

Echanges culturels et relations diplomatiques - Présences françaises à Berlin au temps de la République de Weimar
Sous la direction de Hans-Manfred Bock et Gilbert Krebs
Éditions PU SORBONNE
01/2005

À propos des ouvrages
Les études réunies ici informent sur cette évolution récente de la recherche et explorent différents aspects de la présence culturelle française dans la capitale allemande à l'époque de la République de Weimar. Elles montrent comment, en dehors de la diplomatie officielle, des initiatives personnelles ou les efforts de certaines organisations et institutions non gouvernementales ont réussi, dans l'esprit des accords de Locarno, à rétablir de nombreux contacts prometteurs. Récupérées, dévoyées et anéanties par le national-socialisme, ces amorces de rapprochement ont fini par porter leurs fruits dans la deuxième moitié du XXe siècle.

À propos des auteurs
• Hans Manfred Bock est professeur à l'université de Kassel.
Gilbert Krebs est avec Gérard Schneilin l'auteur de Exil et résistance au national-socialisme (1933-1945), actes du colloque international qui eut lieu en décembre 1997 au Centre universitaire du Grand Palais-Sorbonne et à la Maison Heinrich Heine de la Cité universitaire à Paris.

Seul dans Berlin
Hans Fallada,Traduit de l'allemand par Laurence Courtois
Éditions Denoël
06/2002

Présentation de l’éditeur
Mai 1940, Berlin fête la campagne de France. La ferveur nazie est au plus haut. Derrière la façade triomphale du Reich se cache un monde de misère et de terreur. Seul dans Berlin raconte le quotidien d’un immeuble modeste de la rue Jablonski. Persécuteurs et persécutés y cohabitent. C’est Frau Rosenthal, juive, dénoncée et pillée par ses voisins. C’est Baldur Persicke, jeune recrue des SS qui terrorise sa famille. Ce sont les Quangel, désespérés d’avoir perdu leur fils au front, qui inondent la ville de tracts contre Hitler et déjouent la Gestapo avant de connaître une terrifiante descente aux enfers.
Aucun roman n’a jamais décrit d'aussi près les conditions réelles de survie des citoyens allemands, juifs ou non, sous le IIIe Reich, avec un tel réalisme et une telle sincérité.

À propos de l’auteur
Pour une biographie de Hans Fallada en anglais : http://hansfallada.com/, et son site officiel allemand : http://www.fallada.de/

Rues de Berlin et d'ailleurs
Siegfried Kracauer. Traduit de l'allemand par Jean-François Boutout
Éditions Les Belles Lettres. Collection Domaine étranger / Première édition n°12
08/2013

À propos de l'ouvrage
Un kaléidoscope mélancolique de scènes, de lieux et de gens dans quelques grandes villes européennes : Berlin, Paris, Marseille, Nice et l'Italie... Une présentation complétée d'une revue de presse est proposée sur le site de l'éditeur Les Belles Lettres.

À propos de l’auteur
Siegfried Kracauer (1889, Francfort-sur-le-Main / 1966, New York) devient, après des études d'architecture, journaliste, critique de cinéma et écrivain. Il fut l'une des personnalités marquantes de la vie culturelle sous la République de Weimar. Il quitta l'Allemagne pour la France en 1933, puis émigra en Amérique en 1941. Eclectique, il est notamment l'auteur du Voyage et la danse (MSH, 2008), Jacques Offenbach et le secret du Second Empire (Le Promeneur, 1994), De Caligari à Hitler - Une histoire du cinéma allemand, 1919-1933 (L'Age d'homme, 1984), Théorie du film (1960), ainsi que de L'Histoire : des avant-dernières choses (Stock, 2006).
Le site berlinois Kracauer-Initiative propose un portrait et les comptes-rendus des événements et manifestations de l’association.

Berlin Alexanderplatz (Histoire de Franz Biberkopf)
Alfred Döblin, traduit de l'allemand par Olivier Le Lay
Éditions Gallimard
2010

Présentation de l’auteur
Franz Biberkopf sort de prison, où il purgeait une lourde peine pour avoir tué sa femme. Il est fermement décidé à mener désormais une vie honnête. Mais dès la rencontre avec Reinhold, souteneur et petite frappe sans scrupule, ce vœur pieux semble impossible à tenir. Mêlé à toutes sortes de trafics, Franz commence à en savoir trop sur Reinhold. Dès lors commence pour lui une lente et terrifiante descente aux enfers...
Le roman d'Alfred Döblin, paru en 1929 à Berlin, et publié par les Éditions Gallimard dès 1933, est un monument unique de la littérature mondiale : une plongée dans les vertiges du Berlin des années 1920, tourbillon aussi fascinant qu'inquiétant.
Le texte de cette édition est suivi d'un texte du cinéaste Rainer Werner Fassbinder. Un film, en plusieurs épisodes, a été réalisé en 1980, deux ans avant la mort de son réalisateur.

À propos des auteurs
• Alfred Döblin (1878-1957) n'est pas seulement l'un des très grands écrivains allemands du XXe siècle : plus qu'aucun autre il a associé à sa pratique une réflexion sur la littérature. Il a notamment influencé Gunther Grass et Bertold Brecht.
En français, on peut lire l'hommage que lui a rendu Michel Vanoosthuyse, le 30 octobre 2007, à l’Hôtel de Ville de Paris et que retranscrit le site Agone
• Olivier Le Lay a reçu, en 2010, le prix Jules Janin, Prix de l’Académie française, pour sa traduction. À lire : l'article de Nicolas Verdan pour le journal suisse L'Hebdo.

 

À Berlin
Joseph Roth avec la traduction de l'allemand par Pierre Gallissaires
Éditions Les Belles Lettres. Collection Domaine étranger / Première édition n°13
08/2013

Présentation de l’éditeur

En 1920, Roth, le correspondant allemand le plus réputé de son époque, arriva à Berlin. Ces textes, traduits et réunis ici pour la première fois, se font l’écho des violents paroxysmes sociaux et politiques qui menaçaient sans cesse l’existence de cette fragile démocratie qu’était la République de Weimar.

Un portrait vif mais nuancé du Berlin de Weimar que présente le site de l'éditeur Les Belles Lettres.

Domaine étranger est une collection éditée par Jean-Claude Zylberstein

 

A propos de l’auteur

Joseph Roth (Galicie 1894, Paris, 1939) travaillera au début de la première guerre mondiale dans le service de Presse des armées impériales. Après guerre, il devient chroniqueur à Vienne et à Berlin. Parallèlement, il entame une carrière de romancier. Son œuvre la plus connue est La Marche de Radetzky ( Le Seuil, 05/2013), publié en 1932, qui raconte l'histoire de quatre générations d’une famille sous la Monarchie austro-hongroise finissante où transparaît la nostalgie monarchiste de l’auteur.

Exilé en France dès l’arrivée au pouvoir des nazis – qui détruisent ses livres –, il s’installe à Paris en 1934 et y meurt le 27 mai 1939.

La plus grande partie de la collection Joseph Roth provient de matériel préservé par sa traductrice française, Blanche Gidon.

Il contient principalement des manuscrits, des brouillons et des copies de ses articles de journaux ainsi que ces essais. Ce matériel manuscrite et dactylographié, ainsi que quelques objets personnels ayant appartenu à Joseph Roth et sa femme Friederike sont conservés au Leo Baeck Institute aux États-Unis.

The Ghosts of Berlin: Confronting german history in the urbanlLandscape
Brian Ladd
Éditions University of Chicago Press
1997

À propos de l'ouvrage
L'auteur examine dans ce livre les articulations entre architecture, histoire et identité nationale à Berlin. On peut en lire davantage sur ce livre remarquable et remarqué sur le site de son éditeur University of Chicago Press.
Stephanie Malcolm en propose la recension et des propositions documentaires (sites, livres, revues) dans les pages du département histoire de l'université de Californie.

À propos de l'auteur
L' historien Brian Ladd a obtenu son doctorat de l'université de Yale. Il enseigne l'histoire à l'Institut polytechnique Rensselaer et est chercheur associé au département d'histoire de l'université d'Albany (État de New York).
On peut aussi écouter Brian Ladd dans un entretien avec le Professeur Laurie Taylor sur le site de l'Open University. Pour le trouver en France, quelques librairies américaines sur le site de l'Ambassade.

Agenda

Les trésors artistiques perdus - Collection Liebermann
Liebermann-Villa am Wannsee / Berlin

Max Liebermann (1874-1935) fut l'un des peintres les plus importants de son époque et, en outre, l'un des plus grands collectionneurs d'art de Berlin. Peintures et dessins de divers artistes se sont réunis sur les murs de sa maison de la Pariser Platz. Sa villa d'été, sur le lac de Wannsee, accueillait aussi des œuvres d'art, parmi lesquels des toiles d'Édouard Manet, de Claude Monet et d'Edgar Degas, ou encore des œuvres d'Honoré Daumier. Liebermann privilégie les maîtres hollandais, tels que Rembrandt ou Frans Hals. Il constituera par ailleurs une collection d'œuvres d'artistes berlinois du XIXe siècle comme celles d'Adolph Menzel.
Après la mort de l'artiste, survenue en 1935, sa collection fut confisquée par le gouvernement nazi. Jusqu'à aujourd'hui, de nombreuses peintures et dessins sont toujours portées disparus.

Pour la première fois des peintures et des dessins de l'ancienne collection Liebermann, simulée par de grandes reproductions de photos, sont mis en place dans leur lieu d'origine. En outre, de nombreux documents et photos témoignent de la splendeur et de l'anéantissement des collections d'art juives entre 1900 et 1945.
La villa possède depuis 2002 un musée qui accueille une collection importante des œuvres de Max Liebermann et les prêt permanents d'autres musées, de fondations et de collectionneurs privés d'œuvres remarquables.  

Cette exposition fait partie du programme culturel de Berlin 2013 : « 1933-1938 - Diversité détruite ».
Pour en savoir plus, le site de la Villa Liebermann :http://www.liebermann-villa.de/ausstellungen.html





1933-1938-1945. Diversité détruite


"L'infrastructure culturelle de Berlin dans les années 20 fut quasiment complètement détruite pendant la Seconde Guerre mondiale. Il fallut attendre la chute du mur de Berlin pour qu'elle retrouve sa forme d'origine. L'élection du représentant politique bien connu pour avoir déclaré son homosexualité, Klaus Wowereit (SPD), au poste de maire de Berlin, en 2001, fut un symbole fort de pluralité et d'ouverture vers le monde."...
"De la même façon, la culture juive fait à nouveau son apparition dans les rues de Berlin. Dans le but de faire renaître le « potentiel des études juives d'un point de vue théologique mais également sans considération de la confession » à Berlin et de pouvoir élargir ces études, un Centre des études juives interuniversitaire a été fondé en juin 2012." Dr. Michael Wildt, pour le site Berlin.

Deux dates ont été retenues par Berlin pour rappeler l'ère du "Nationalsozialismus" qui a rassemblé de nombreuses manifestations et expositions.
• 1933 : les élections législatives de 1932  permettent à Hitler d'être "hissé"* au pouvoir et nommé chancelier de la République de Weimar, le 30 janvier, malgré une baisse déjà reconnue de l'influence de son parti. Le NSDAP (Nationalsozialistische Deutsche Arbeiterpartei) marginalisa toute forme de résistance à son pouvoir.
• 1938 : Herschel Grynszpan, un juif polonais, commet un attentat le 7 novembre contre Ernst vom Rath, conseiller de l'ambassade allemande à Paris. La "Kristallnacht", encore appelée le "Reichspogromnacht", menée par les SA et SS dans la nuit du 9 au 10 novembre 1938, vit la destruction systématique des biens juifs et la déportation de mille personnes vers le camp de concentration de Sachsenhausen (Oranienburg). Un politique raciste systématique est alors mise en place.

Le thème retenu pour Berlin 2013 (1933-1938-1945 Diversité détruite) vise à préserver la mémoire et à commémorer les vies de ces Berlinois qui ont contribué à la diversité de la ville : écrivains, artistes, scientifiques et universitaires ainsi que des propriétaires de petites entreprises, des travailleurs, des immigrants d'Europe de l'Est et des voisinsvenus  de Charlottenburg, Schöneberg, Friedrichshain, Reinickendorf et Spandau. Leur vie quotidienne et leurs contributions à Berlin — ainsi que leur marginalisation et leur persécution après 1933 — sont au cœur de Berlin 2013.

Pour de plus amples informations sur La diversité détruite - Berlin sous le régime nazi, et en découvrir le riche programme, on peut consulter le site du Kulturprojekte Berlinois ainsi que le site du Deutsche Historische Museum qui a participé à la manifestation en puisant dans ses précieux documents.
___

*Ue idée reçue : Hitler n'a pas été élu chancelier : voir Hitler de Ian Kershaw, traduit par Pierre-Emmanuel Dauzat pour Flammarion, 2010 ; et le récent article (04/2013) de Die Zeit.