BRÉSIL : UN GÉANT ÉNERGÉTIQUE (2/2) Cette émission a été diffusée la première fois en septembre 2010

Lectures

Le Brésil au XXIe siècle, Naissance d’un nouveau grand
Alain Rouquié
éditions Fayard

Pourquoi et comment un ouvrier-tourneur, fils de paysans misérables du Nordeste, a-t-il pu parvenir au sommet de l’Etat au Brésil, ce pays champion du monde des inégalités sociales, où le travail manuel est encore marqué des stigmates de plus de trois siècles d’esclavage ? Lula élu président de la République, ce n’est ni un détail anecdotique, ni un hasard sans lendemain. L’élection emblématique du premier président brésilien du XXIe siècle reflète et symbolise la prodigieuse mutation qu’a connue le Brésil ces dernières décennies, et à laquelle la politique n’a pas échappé. C’est cette mutation profonde, qui permet au Brésil d’aujourd’hui de jouer un rôle de premier plan sur la scène internationale, que ce livre veut éclairer en explorant les rapports entre pouvoir et société au "pays de Lula".

Cette étude, née d’une longue familiarité de l’auteur avec le géant sud-américain, s’attache à comprendre le Brésil à travers ses singularités présentes et ses paradoxes passés. Le poids de la géographie dans la pérennité des structures représentatives, ou le rôle de l’Etat dans le lente constitution de la citoyenneté sont ainsi révélés. Alain Rouquié nous donne les clés de compréhension d’un autre Brésil, loin des clichés et des images convenues : grande démocratie métissée, créatrice d’une civilisation industrielle sous les tropiques, elle est l’une des trois grandes puissances émergentes de la planète.

Directeur de recherche émérite à la Fondation nationale des sciences politiques, Alain Rouquié est spécialiste de l’Amérique latine contemporaine. on lui doit notamment L’Etat militaire en Amérique latine (1982), Amérique latine : introduction à l’Extrême-Occident (1987), Guerres et paix en Amérique centrale (1992). Ambassadeur de France au Brésil de 2000 à 2003, il est aujourd’hui président de la Maison de l’Amerique latine.

Le Brésil de Lula : un bilan contrasté
nombreuses contributions avec un éditorial par Laurent Delcourt
Tricontinental collection : Alternatives Sud Vol. XVII
01/2010

Au terme du deuxième et dernier mandat présidentiel de Lula, et au-delà de son extraordinaire popularité, quel bilan tirer de ses huit années à la tête du Brésil ?

Les commentateurs ne manqueront pas de souligner les acquis du « lulisme » : une santé économique impressionnante, des indices de développement humain en hausse et un activisme diplomatique tous azimuts qui a promu ce pays-continent au rang d’acteur global incontournable. Pour autant, ces succès ne doivent pas masquer les errements et les renoncements du gouvernement Lula par rapport au projet populaire incarné historiquement par le Parti des travailleurs. Certes, il a mis un point d’arrêt au cycle de privatisations, réaffirmé très nettement le rôle de l’Etat dans le pilotage de l’économie, élargi les programmes de lutte contre la pauvreté et manifesté une tolérance sans commune mesure avec celle de ses prédécesseurs à l’égard des mouvements sociaux. Parallèlement, trahison pour les uns, mal nécessaire pour les autres, la réforme agraire et l’indispensable redistribution des richesses ont été sacrifiées sur l’autel de la croissance, dans la poursuite d’une politique économique bienveillante à l’égard des marchés financiers et favorable aux secteurs agroexportateurs. A quel coût social et environnemental ?

Quelle que soit l’appréciation des années Lula, cette dynamique « possibiliste », faite de continuités, de compromis et d’inflexions davantage que de ruptures, manifeste aussi l’étroitesse du champ d’action politique qui caractérise le système institutionnel brésilien.

Géopolitique de l’énergie – la puissance russe
rédacteur en chef Frank Tétart
AREION Group/Capri Magazine Carto n°1
07/2010

« À l’échelle d’une carte, le monde est un jeu d’enfants », écrivait Laurent Graff, dans Voyage, voyages (Le Dilettante, 2005). L’auteur ne s’y est pas trompé : en figeant la réalité dans l’espace, les cartes offrent en effet des outils performants et des clés de lecture particulièrement accessibles, qui peuvent aider à une meilleure compréhension de notre monde.

Pour ce premier numéro, Carto propose, en partenariat avec les éditions Autrement, un dossier sur la Russie, pays à l’honneur dans le cadre de l’Année que lui consacre la France en 2010, et dont la puissance repose de nos jours sur ses importantes ressources en hydrocarbures, lesquelles constituent des leviers tant économique, diplomatique que géopolitique. Les cartes révèlent avec précision l’instrumentalisation politique qui est faite de ces ressources, tout comme les défis qu’elles représentent pour l’État le plus grand du monde, frontalier de l’Union européenne, mais aussi de la Chine, des États-Unis et du Japon par-delà les détroits et les mers. La rubrique « Actualités » propose une analyse cartographique, notamment des élections régionales en France, de la réforme de la santé aux États-Unis, du scrutin législatif en Irak ou encore de l’avancement de la démocratie en Afrique, mais s’attache également à présenter le tracé du projet de gazoduc transsaharien, le rôle du Kazakhstan à la tête de l’OSCE, la création de l’État du Telangana en Inde ou le traité singulier qui régit l’Antarctique. Dans sa partie « Environnement », Carto revient sur les enjeux cartographiés de treize années de négociations sur le climat depuis le protocole de Kyoto, et sa partie « Histoire » est consacrée à la guerre froide alors que l’Europe a fêté à l’automne dernier les vingt ans de la chute du mur de Berlin. Des rubriques plus brèves égrènent également ce numéro : la cartographe Cécile Marin nous a fait l’amabilité d’analyser de son œil aiguisé quelques cartes (« L’œil du cartographe ») ; tout comme Jean-Yves Sarazin, le directeur du département cartes et plan de la Bibliothèque nationale, qui remet en perspectives le projet du Grand Paris à l’aune des évolutions de la capitale depuis Philippe Auguste (« Décryptage »).

Enfin, les dernières parutions d’atlas, d’ouvrages et autres sites Web autour de ces questions sont présentées, ainsi que quelques cartes insolites de la Belgique et de l’Europe (« Insolito carto »), car comme le disait Oscar Wilde, « aucune carte du monde n’est digne d’un regard si le pays de l’utopie n’y figure pas ». éditorial

La rédaction de ce nouveau magazine qui vise à traiter l'actualité internationale à travers les cartes est dirigé par Frank Tétart, l'un des auteurs de l'émission le Dessous des Cartes sur ARTE.

Au sommaire:

Infogéo,Actualités géographiques,Agenda,Rendez-vous

Dossier Russie parPascal Marchand

La puissance russe, une géopolitique de l'énergie

L'actualité vue par les cartes :

Europe :

L'abstention record aux éléctions régionales.

L'entrée en vigueur du traité de Lisbonne.

Amérique :

Haïti après le séisme.

Les Etats-Unis adoptent une réforme de leur système de santé.

Afrique :

Où en est la démocratie en Afrique?

Les priorités africaines de Paris et Washington

Un gazoduc transsaharien

Asie :

Le Kazakhstan à la tête de l'OSCE

L'Empire du Milieu, premier exportateur mondial

Le Telangana: 29e Etat indien?

Pôles : L'Antarctique, un continent à part

Atlas du Brésil
par Hervé Théry, Neli Aparecida de Mello
Documentation française Collection Dynamiques du territoire
2004

Un état des lieux du Brésil à l'arrivée de Luis Inâcio Lula da Silva, à la tête du pays le 1er janvier 2003.

Au-delà de la diversité naturelle d'un pays aux dimensions continentales, les disparités spatiales et sociales marquent en effet le Brésil depuis qu'il est né, déjà inégal et mondialisé. Il est très probable que des changements majeurs sont à attendre, ils auront sûrement des effets sensibles sur le territoire national, car le pays est par ailleurs remarquable par son dynamisme, spatial : depuis cinq siècles les Brésiliens ne cessent de déplacer leurs frontières politiques, pionnières, agricoles, ou industrielles. Les dynamiques territoriales - et la façon dont elles interagissent avec les disparités sociales dont elles sont à la fois causes et conséquences - sont l'objet principal de ce livre.

Agenda

Ethical Fashion Show
Paris
Du 25 au 28 septembre 2010

« L'augmentation des problèmes sociaux (conditions de travail, exploitation des enfants) et environnementaux liés à la mondialisation ainsi que les différents scandales alimentaires et sanitaires ont alerté depuis les années 2000 les consommateurs et provoqué une prise de conscience planétaire. Aujourd'hui, l'achat de produits et de marques responsables est une préoccupation grandissante en matière d'habillement ainsi que la conviction chez certains consommateurs que l'on peut évoluer vers un monde meilleur à travers son acte d'achat.

28% des français déclarent avoir déjà acheté un vêtement bio ou équitable soit 7% de plus qu'en 2007. Parmi les consommateurs qui connaissent la mode éthique mais n'en sont pas clients (37%), 17% sont tentés. Parmi les 35% de consommateurs qui ne connaissent pas du tout la mode éthique, 13% comptent acheter plus.

(Source étude IFM 2009 « Mode et consommation responsable, regards des consommateurs). »

L'industrie de la mode, à l'échelle globale, c'est aussi et avant tout un énorme marché et une puissance économique générant emplois et richesses. Cette richesse peut devenir un formidable vecteur de développement durable et de justice sociale et c'est dans ce but qu'Ethical Fashion Show® oeuvre depuis 2004. Ethical Fashion Show® réunit pour la septième année consécutive des créateurs qui ont comme vocation de concevoir une mode tendance, créative, guidée par le respect de l'homme, de l'environnement et les précieux savoir-faire qui font la richesse de chaque culture.