CARTOGRAPHIE 2.0 Cette émission a été diffusée la première fois en juin 2012

Lectures

SIG - La dimension géographique du système d'information
Henri Pornon
Dunod
04/2011

Les organisations publiques, privées et le grand public utilisent aujourd’hui fréquemment des applications informatiques comportant une dimension géographique : les SIG (systèmes d’information géographique). Cet ouvrage s’adresse aux géomaticiens (spécialistes des SIG) et aux informaticiens des DSI (directions des systèmes d’information) en charge de ces applications. Ils sont régulièrement interpellés par les utilisateurs des divers outils informatiques, qui leur réclament une meilleure articulation des SIG avec les autres composants des SI (systèmes d’information). Ce livre a pour objectif de leur apporter un éclairage et des propositions en réponse à ces questions.

La première partie aborde les concepts indispensables (territoire, géographie, cartographie), définit la géomatique et les SIG, présente quelques exemples concrets, et dresse un état des lieux de leur développement dans les organisations.

La seconde partie traite des composants techniques essentiels de la géomatique : données, métadonnées, aspects fonctionnels et logiciels.

La troisième partie s’interroge sur la manière d’introduire de la géographie dans les SI et le moyen de résoudre les problèmes d’architecture des systèmes qui en découlent.

La quatrième partie aborde les questions de démarche, de méthode et d’organisation.

Henri Pornon est fondateur de IETI Consultants et consultant spécialiste des SIG depuis 1987. Il a publié divers ouvrages et plusieurs articles. Il intervient régulièrement dans des conférences, en France et en Europe, enseigne à l'université, et est périodiquement sollicité comme expert SIG par des institutions européennes et nord-américaines.
(http://henripornon.wordpress.com)

 

Analyse spatiale de l'information géographique
Régis Caloz et Claude Collet
PPUR
10/2011

Les systèmes d'information géographique (SIG) caractérisent à la fois un modèle numérisé de l'espace géographique, mais aussi l'ensemble des outils de traitement de l'information associés. Combinant informations géographiques et statistiques, ils permettent un suivi cartographié et quantifié des dynamiques territoriales. La plupart des collectivités publiques ont aujourd'hui achevé l'acquisition et la structuration de ce type de données.

Les bases résultantes sont mises à disposition du public et des praticiens mais la richesse et la diversité des informations qu'elles proposent rendent leur exploitation complexe, dans la mesure où elles requièrent des connaissances développées en analyse spatiale. Cet ouvrage propose de procurer au lecteur l'ensemble des outils nécessaires à la maîtrise et à l'exploitation de ces méthodes, notamment dans le cadre de la géostatistique appliquée aux phénomènes discrets et continus, de l'analyse du relief, de la formulation de requêtes spatiales, des aptitudes des réseaux (accessibilité et zones d'influence) et des objets zonaux (analyse multivariée associée à l'aide à la décision), de la dynamique spatiale ou de la propagation des incertitudes.

Clair et didactique, il s'adresse à un large public d'étudiants en géosciences et en sciences de l'environnement, mais aussi de géographes et d'ingénieurs praticiens à la recherche d'un ouvrage de référence.

Les systèmes d'information géographique
Jean Denègre, François Salgé
PUF
02/2004

Les systèmes d'information géographique (SIG) permettent de rassembler, au sein d'un outil unique – une carte –, des données diverses mais localisées dans un même espace géographique, relatives à la fois à la Terre et à l'homme, à leurs interactions et à leurs évolutions respectives, quels que soient les domaines concernés : physiques, sociaux, économiques, écologiques ou encore culturels.

À partir de ce rassemblement peuvent s'élaborer les synthèses indispensables à la prise de décision, aussi bien dans les situations de crise que dans les évolutions à long terme. Cet ouvrage décrit les objectifs, principes, organisation et fonctionnalités des SIG ainsi que leurs applications actuelles et leurs possibles développements futurs.

Jean Denègre est directeur de l'École nationale des sciences géographiques. François Salgé est secrétaire général du Centre national d'information géographique.

Agenda

BABEL
Palais des beaux-arts de Lille
Du 8 juin 2012 au 14 janvier 2013

“BABEL” présente un ensemble de 85 œuvres (peintures, photographies, sculptures, installations, films et planches originales de bande-dessinée), qui illustrent les multiples facettes du mythe babélien dans l’art contemporain. Respectant l’évolution du récit biblique, cette sélection compose avec la symbolique de la Tour, de son édification à sa destruction. Du peintre allemand Anselm Kiefer aux artistes anglais Jake et Dinos Chapman, les allégories présentes illustrent les épisodes de la Genèse en résonance avec notre monde d’aujourd’hui. Le chantier de la Tour, le châtiment divin, la confusion des langues et la dispersion des peuples sont revus sous l’angle de l’histoire contemporaine. L’exposition se présente ainsi en quatre sections, « La Tour comme montagne organique », « La Tour des langages », « Les fictions de Babel » et « Le tragique de Babel ».

L’engouement actuel pour la tour de Babel répond à celui du XVIe siècle flamand. Multipliant les références à l’histoire de l’art, les artistes offrent des visions renouvelées des peintures de Brueghel, Cleve, Valckenborch, Verhaecht, et Momper. Dans la peinture et la photographie de grand format, dans le cinéma d’anticipation et la BD, les Babel contemporaines et futuristes sont représentées comme des architectures organiques, à travers lesquelles, comme en miroir, sont reconnus la vanité, l’orgueil et la part d’insensé de l’ambition humaine. Dans cette perspective morale et philosophique, l’expression contemporaine formule avec l’image de Babel une critique de la volonté de puissance.

À l’exemple des tours de la Renaissance flamande, dont le dessin fourmille de détails qui fusionnent l’architecture de la Rome antique à celle des grands chantiers des cathédrales, l’immense richesse formelle et graphique des visions contemporaines de Babel condense les références anciennes, modernes et actuelles qui produisent un effet de vertige dans le temps et dans l’espace.

Le Palais des beaux-arts de Lille a choisi de mener à bien en 2012 une exposition d’envergure internationale “Fables du paysage flamand au XVIe siècle : Bosch, Bles, Brueghel, Bril” (06 octobre 2012 – 14 janvier 2013). En prélude à cette exposition automnale, “BABEL” est la première exposition exclusivement contemporaine sur le thème de la tour de Babel, la plus célèbre allégorie architecturale.

En complément à la visite de l'exposition, ne pas manquer une rencontre de la peinture flamande et de l’art numérique : "Les sept péchés capitaux" d'Antoine Roegiers.

Dans une série de vidéos s’animent les créatures hybrides et fantastiques des gravures de Peter Bruegel le Vieux, les faisant surgir d'un monde imaginaire, comme poussées par un souffle démoniaque. L’œuvre, présentée du 19 mai 2012 au 14 janvier 2013 dans le département des plans en relief du musée, s'accompagne de soixante dessins préparatoires, de deux dessins monumentaux (encres sur papier) et d’une installation vidéo sur sept écrans déclinant l’animation des sept estampes de Bruegel.

Pour en savoir plus : http://www.pba-lille.fr/