CIVILISATIONS : CHANGER OU DISPARAÎTRE ? Cette émission a été diffusée la première fois en décembre 2012

Lectures

Effondrement - Comment les sociétés décident de leur disparition ou de leur survie
Jared Diamond avec la traduction de Agnès Botz et Jean-Luc Fidel
02/2009

Présentation de l’éditeur

"Au rythme actuel de la croissance démographique, et particulièrement de l'augmentation des besoins économiques, de santé et en énergie, les sociétés contemporaines pourront-elles survivre demain ?
La réponse se construit à partir d'un tour du monde dans l'espace et dans le temps – depuis les sociétés disparues du passé (les îles de Pâques, de Pitcairn et d'Henderson ; les indiens Mimbres et Anasazis du sud-ouest des États-Unis ; les sociétés moche et inca ; les colonies vikings du Groenland) jusqu'aux sociétés fragilisées d'aujourd'hui (Rwanda, Haïti et Saint-Domingue, la Chine, le Montana et l'Australie) en passant par les sociétés qui surent, à un moment donné, enrayer leur effondrement (la Nouvelle-Guinée, Tikopia et le Japon de l'ère Tokugawa).
De cette étude comparée, et sans pareille, Jared Diamond conclut qu'il n'existe aucun cas dans lequel l'effondrement d'une société ne serait attribuable qu'aux seuls dommages écologiques. Plusieurs facteurs, au nombre de cinq, entrent toujours potentiellement en jeu : des dommages environnementaux ; un changement climatique ; des voisins hostiles ; des rapports de dépendance avec des partenaires commerciaux ; les réponses apportées par une société, selon ses valeurs propres, à ces problèmes. Cette complexité des facteurs permet de croire qu'il n'y a rien d'inéluctable aujourd'hui dans la course accélérée à la dégradation globalisée de l'environnement."

À propos de l’auteur

Jared Diamond est professeur de géographie à l'Université de Californie, Los Angeles. Il est notamment l'auteur des ouvrages suivants : De l'inégalité parmi les sociétés (Folio Essais n° 493), Effondrement (Folio Essais n° 513) et Pourquoi l'amour est un plaisir (Folio Essais n° 531).
On peut suivre la conférence que Jared Diamond a présenté à la TED conférence en 2003 à Monterey (Californie): « Pourquoi les sociétés s'effondrent-elles ». Signalons que la conférence est sous-titrée en 29 langues.

 

De l'inégalité parmi les sociétés - Essai sur l'homme et l'environnement dans l'histoire
Jared Diamond avec une traduction de Pierre-Emmanuel Dauzat
Gallimard
09/2007

Extrait de la quatrième de couverture

"L'inégalité dans la répartition des richesses entre les sociétés est liée aux différences de milieux, pas aux différences génétiques. Mobilisant des disciplines aussi diverses que la génétique, la biologie moléculaire, l'écologie des comportements, l'épidémiologie, la linguistique, l'archéologie et l'histoire des technologies, Jared Diamond montre notamment :
• le rôle de la production alimentaire (c'est-à-dire la domestication des plantes et des animaux sauvages, puis l'augmentation des vivres par l'agriculture et l'élevage, qui permet d'entretenir des bureaucraties et des artisans spécialisés dans la production des armes) ;
• l'évolution des germes caractéristiques des populations humaines denses favorisée par la révolution agricole (les germes eurasiens ont tué plus d'indigènes américains et non eurasiens que les fusils ou les armes d'acier des Eurasiens) ;
• le rôle de la géographie dans la diffusion contrastée de l'écriture et de la technologie, selon la latitude en Eurasie mais selon la longitude aux Amériques et en Afrique.
À l'ère de la globalisation, Jared Diamond nous propose opportunément cet essai, en tout point singulier, sur l'origine et les fondements de l'inégalité parmi les sociétés."

La chaine américaine PBS a développé un site internet dédié au livre Guns, Germs and Steel de Jared Diamond, qui a fait l'objet d'une série de trois documentaires.

Inventer pour le XXIe siècle
Jared Diamond, André Velter, Pierre Rabhi, Sylvain Tesson avec une préface d'Antoine Frérot
Editions Alternatives
12/2011

Présentation de l’éditeur

"Depuis la révolution industrielle, le monde a connu une croissance sans précédent, un progrès considérable, une ère d'abondance énergétique aujourd'hui révolue. En un siècle et demi, la population mondiale est passée de 1,1 à 7 milliards d'habitants, générant des besoins que la Terre peine à couvrir. L'épuisement des énergies fossiles, la pollution voire la destruction des écosystèmes, l'accumulation des inégalités nous obligent à repenser notre mode de vie.
Nous vivons dorénavant dans un monde de rareté, où nous devons apprendre à faire plus avec moins. Cette prise de conscience se fait peu à peu mais il reste encore à l'intégrer d'une façon globale, juste et pérenne à notre vie quotidienne. De la valorisation des déchets à la mise en place de réseaux électriques intelligents, en passant par la création de bornes-fontaines pour garantir un accès à l'eau pour tous ou la billettique sur téléphone mobile, plusieurs innovations phares sont présentées de manière simple et synthétique, dans un format inédit et richement illustré.
En s'appuyant sur des exemples concrets d'innovations mises en œuvre, ce livre témoigne d'une ambition forte pour l'émergence d'une croissance verte, respectueuse de la planète, de ses ressources et de ses habitants."

La part du colibri - L'espèce humaine face à son devenir
Pierre Rabhi
Editions de L'Aube
07/2012

Ce texte de Pierre Rabhi nous amène "à ouvrir les yeux sur le devenir de la planète et de l'espèce humaine", et propose une réflexion sur la "nécessaire décroissance." Il apporte des solutions concrètes, réalistes, que chacun peut mettre en œuvre.

À propos de l’auteur

Pierre Rabhi, né en Algérie, est devenu un expert international pour le développement rural dans les pays en voie de développement.
À travers son action et ses nombreux ouvrages, il milite pour un changement radical de nos modes de vie. Comment la sobriété peut-elle sauver la Terre ?
Il est l'auteur, parmi de nombreux ouvrages, du Manifeste pour la Terre et l'humanisme : pour une insurrection des consciences, aux éditions Actes Sud.
Le livre Pierre Rabhi, le chant de la terre de Rachel Cartier, Jean-Pierre Cartier et Anne-Sophie Novel, édité en octobre 2012 aux éditions de la Table Ronde est consacré à sa philosophie et son action.

France Culture a consacré quelques émissions à Pierre Rabhi dont, en janvier 2011, le programme de "For Intérieur".

Le blog de Pierre Rabhi : www.pierrerabhi.org/blog/index.php/

Le site des Colibris :www.colibris-lemouvement.org/

L'Atlas des civilisations (Édition 2012)

Le Monde / La Vie
06/2012

Présentation de l’éditeur

"Après le succès historique de la première édition parue en 2009, l'Atlas des civilisations 2012 revient, riche de 200 cartes originales à partir des données les plus récentes ainsi que des analyses des meilleurs experts. Cette nouvelle édition, en abordant les événements majeurs de ces dernières années comme les révolutions arabes de 2011, s'inscrit parfaitement dans la longue histoire des civilisations, vieille de 6 000 ans.
Entièrement revu et actualisé, cet Atlas des civilisations s'articule autour de cinq grands axes, pour comprendre le présent à la lumière du passé."

Le site de l’éditeur : http://boutique.lemonde.fr/le-monde-hors-serie-l-atlas-des-civilisations.html

 

Une histoire du monde global
Sous la direction de Philippe Norel et Laurent Testot
Sciences Humaines Editions - Collection : Ouvrages de synthèse
18/10/12

Présentation de l’éditeur

"Le présent a besoin d’une histoire, ou plutôt d’histoires plurielles qui considèrent à parts égales le passé de toute l’humanité. Mieux comprendre ce qui s’est réellement joué entre les différentes parties d’un monde clivé par ses frontières est une nécessité vitale. Et celle-ci ne peut être mise en œuvre que dans une perspective élargie, qu’entend apporter l’histoire globale : une analyse innovante, jouant des échelles temporelles et géographiques, s’affranchissant des frontières disciplinaires.
Depuis des millénaires, les humains ont été en connexion : par les échanges, les transferts de techniques et d’idées, la circulation des religions, les migrations, l’acclimatation des plantes comme par les conquêtes impériales, leurs crimes et leurs apports…
Les textes réunis dans cet ouvrage esquissent, à travers différents thèmes (mondialisation, capitalisme, modernité, échanges, environnement…), une histoire de notre monde, de nos passés divers qui se sont rencontrés depuis fort longtemps et qui, sinon, auraient à coup sûr été différents…"

Depuis longtemps reconnue dans les pays anglo-saxons, cette "histoire globale" restait dans le monde francophone l'apanage de quelques pionniers, de trop rares ouvrages...
Ce livre, avec le précédent Histoire globale - Un autre regard sur le monde (Sciences humaines éd., 2008), constitue les premières explorations d'ensemble de ce champ de recherche en pleine émergence.
En annexe, le géohistorien Vincent Capdepuy livre des analyses de documents comme autant d’exemples d’une Histoire globale par les sources, afin de promouvoir l’enseignement d’une nouvelle histoire mondiale.

À propos des auteurs

Laurent Testot est journaliste scientifique à Sciences humaines. Il a dirigé de nombreux dossiers spéciaux consacrés à cette nouvelle discipline qu’est l’histoire globale. Il a également dirigé l’ouvrage Histoire globale, un autre regard sur le monde (éd. Sciences humaines, 2008).
Philippe Norel, professeur à l’UFR de sciences économiques de Poitiers et à Sciences Po, est l’auteur de L’histoire économique globale (Seuil, 2009).
Les auteurs ont développé un site dédié à l'histoire globale, en lien avec celui de Sciences humaines et un blog alimenté régulièrement d'études récentes.
On peut y lire ainsi l'introduction légèrement remaniée du livre présenté ici : http://blogs.histoireglobale.com/?p=2230

 

Deux économistes face aux enjeux climatiques
Nicholas Stern, Roger Guesnerie - Gabriel Zucman
Le Pommier
09/2012

Présentation de l’éditeur

"Tempêtes de plus en plus violentes, montée des eaux, acidification des océans, tous ces événements – et bien d'autres –, liés au changement climatique en marche, n'affecteront pas seulement la planète qui nous accueille, mais aussi nos sociétés dans leur ensemble. Les économistes prennent le sujet à cœur, mais leurs réflexions dépassent encore rarement les cercles d'initiés. Nous sommes pourtant tous concernés ! Aussi Nick Stern et Roger Guesnerie, dont les contributions novatrices sur le sujet font autorité, ont-ils décidé de nous faire partager leurs discussions – animées ! – sur la question climatique.
Vous voici invité à évaluer les coûts potentiels du changement climatique. À déterminer la politique climatique la plus efficace. À lister les grands principes qui doivent guider la conclusion d'un accord international. A rêver à une future révolution énergétique industrielle qui rendrait possible une croissance sobre en carbone... Des échanges éclairants, inattendus, sans jargon ni langue de bois, qui nous permettront de nous rendre compte, à la fois, du danger de l'inaction et des bonnes surprises de l'action."

Pour en savoir plus sur les travaux et publications en ligne du Professeur et Lord Nicholas Stern of Brentford, auteur du rapport Stern en 2006, consultez le site du Grantham Research Institute on Climate Change and the Environment.

Le site du Collège de France propose en vidéos les leçons et conférences de Roger Guesnerie.

Le défi de l'imagination. Comment résoudre les problèmes de l'avenir ?
Thomas Homer-Dixon
Boréal
10/2002

Extrait de la présentation de l’ouvrage

"Notre monde est-il devenu trop complexe et trop instable pour que nous puissions exercer sur lui quelque emprise que ce soit ? Les défis qui se posent à nous – que ce soient le réchauffement du climat, les épidémies de sida et de tuberculose, les crises financières – se recoupent et se conjuguent au point que nous ne sommes plus en mesure de comprendre ce qui nous arrive. En outre, nous entretenons l'affreux doute que les experts n'en savent pas beaucoup plus long que nous. Voilà ce que Thomas Homer-Dixon appelle le déficit de l'imagination, ce fossé qui sépare notre besoin d'imagination – imagination qui nous permettrait de trouver des solutions à ces problèmes aussi complexes que cruciaux – et notre capacité à stimuler cette imagination. L'auteur nous montre que si, dans notre univers complexe, les pays pauvres sont particulièrement vulnérables à ce phénomène, les pays riches sont également menacés par le déficit de l'intelligence. À mesure que le phénomène s'amplifie, on assiste à une augmentation de la désintégration politique et à une multiplication des conflits violents, situation qui peut influencer le cours de nos vies de façon subtile et inattendue. Par une argumentation audacieuse, Homer-Dixon formule de façon saisissante les problèmes qui sont les nôtres aujourd'hui et propose des pistes de solutions, applicables aussi bien à la sphère privée qu'au monde des affaires."

À propos de l’auteur

Thomas Homer-Dixon, professeur de science politique à l'Université de Toronto, est l'auteur de l'ouvrage Environment, Scarcity and Violence.
L'essai, ici édité par les éditions Boréal, est paru en anglais sous le titre de The Ingenuity Gap et a remporté le Prix du gouverneur général en 2001.
Le site de l'auteur : www.homerdixon.com/

 

Le système et le chaos
Bernard Charbonneau
Editions Médial
11/2012

Extrait de la présentation de l’éditeur

"Le développement scientifique, technique, au rythme actuel peut-il se poursuivre indéfiniment dans l'espace fini de notre Terre ? A grandes causes, grands effets. Ceux du savoir et du pouvoir humains ne risquent-ils pas tôt ou tard de rompre le fragile équilibre de la planète Vie ? Par ailleurs, en faisant éclater les cadres religieux et culturels de ses habitants, le développement à tout prix ne va-t-il pas ajouter au chaos écologique le chaos social ? Aux catastrophes naturelles les délires des individus et des peuples menacés dans leur identité ? Comment l'éviter autrement que par une gestion scientifique étendue à la terre, et au plus secret de la vie et de l'esprit humains ? Dans ce cas, la nature ne serait sauvée qu'au prix de la liberté.
Aider à une prise de conscience de ce dilemme, première condition d'une issue, tel est l'objet de ce livre. L'ouvrage Le Système et le chaos est la réédition d'une critique de la société rédigée entre 1951 et 1967."

À propos de l’auteur

Bernard Charbonneau, penseur et philosophe décédé en 1996, a été l'un des premiers à parler d'écologie politique. Il a écrit de nombreux essais et articles sur la société et l'environnement. Il est l'auteur, chez le même éditeur du livre Une seconde nature. Daniel Cérézuelle lui a consacré une étude aux éditions Parangon intitulée Ecologie et liberté - Bernard Charbonneau précurseur de l'écologie politique.

Pour découvrir l'auteur, consultez les actes du colloque qui lui était consacré, en 2011, à l'université de Pau.

 

Les ennemis intimes de la démocratie
Tzvetan Todorov
Robert Laffont
01/2012

Présentation de l’éditeur

"On peut regarder l'histoire politique du XXe siècle comme l'histoire du combat de la démocratie contre ses ennemis extérieurs : le fascisme et le communisme. Ce combat s'est achevé avec la chute du mur de Berlin.
D'après certains, il se prolonge contre de nouveaux ennemis - islamo-fascisme, terrorisme, dictateurs sanguinaires... Pour Todorov, ces dangers, certes réels, ne sont pas des candidats crédibles à cette succession.
Le principal ennemi de la démocratie, c'est devenu elle-même, ou plutôt certains aspects plus ou moins visibles de son développement, qui en menacent jusqu'à l'existence même. Le premier est une forme de démesure, un avatar de la vieille hubris des Grecs (...) Le deuxième est une étrange filiation : pour Todorov, il y a en effet une continuité entre le messianisme européen du XIXe siècle, qui a notamment ouvert la voie idéologique de la colonisation, le communisme et le néo-libéralisme contemporain (...).
La troisième menace est la tyrannie des individus : une doctrine de protection des libertés s'est aujourd'hui hypertrophiée jusqu'à donner à quelques puissants le privilège de s'approprier non seulement les richesses, mais aussi le pouvoir politique et la parole publique, bref d'occuper tout l'espace et d'exercer la liberté des renards dans le poulailler... Liberté et barrières, tolérance et responsabilité, balance des contre-pouvoirs : seul un dosage subtil pourra permettre à la démocratie de durer en étant autre chose qu'un paravent ou un faux-semblant, un modèle où les forces contradictoires qui agitent individus et sociétés trouvent une forme d'équilibre perpétuellement instable, et où le vivre-ensemble garde un sens."

À propos de l’auteur

Critique, historien et philosophe, universitaire mondialement reconnu ayant enseigné dans les plus grandes universités en France et aux États-Unis, Tzvetan Todorov est directeur de recherches au CNRS et l'auteur de nombreux ouvrages.
Le site revues.org propose un commentaire détaillé du dernier ouvrage de Tzvetan Todorov.

 

Destruction massive - Géopolitique de la faim
Jean Ziegler
Seuil / broché
10/2011

Présentation de l’éditeur 

"L’état de la faim dans le monde et des moyens de l’éradiquer par Jean Ziegler, celui qui fut, pendant près de dix ans, en charge du dossier auprès du secrétaire général de l’ONU. Toutes les trois secondes, un enfant de moins de dix ans meurt de malnutrition, tandis que des dizaines de millions d’autres, et leurs parents avec eux, souffrent de la faim et de ses terribles conséquences physiques et psychologiques.
Et pourtant, nous le savons aussi, l’agriculture d’aujourd’hui serait en mesure de nourrir 12 milliards d’êtres humains. Nulle fatalité, donc. Mais comment en sortir ? D’abord, prendre conscience des dimensions exactes du problème : un état des lieux documenté mais vibrant de la connaissance du terrain ouvre le livre. Comprendre ensuite les raisons de l’échec des formidables moyens mis en œuvre depuis la Deuxième Guerre mondiale pour éradiquer la faim. Puis identifier les ennemis du droit à l’alimentation. Enfin, bien comprendre les deux grands mécanismes à travers lesquels progresse la faim aujourd’hui : la production d’agro-carburants et la spéculation sur les biens agricoles. Mais l’espoir est là, qui s’incarne dans le travail quotidien de ceux qui, ici et là, dans les zones dévastées, occupent les terres et imposent le droit à l’alimentation à l’ordre du monde.
Comme toujours, avec Jean Ziegler, la souffrance a un visage, l’oppression un nom, et les mécanismes à l’œuvre sont saisis dans leur application concrète. Un livre d’espoir et de mobilisation des consciences."

À propos de l’auteur

Rapporteur spécial à l’ONU pour le droit à l’alimentation de 2001 à 2008, aujourd’hui membre du comité consultatif du Conseil des droits de l’homme des Nations unies, Jean Ziegler est professeur émérite de sociologie à l’université de Genève. Il a consacré l’essentiel de son œuvre, principalement publiée au Seuil, à dénoncer les mécanismes d’assujettissement des peuples du monde.
Ses trois derniers livres ont été de francs succès : Les Nouveaux maîtres du monde (Fayard, 2002), L’Empire de la honte (Fayard, 2005, et réédité en poche en 2007), « La Haine de l’Occident » (Albin Michel, 2008), tous trois repris au Livre de poche.
Le site de Le Monde Diplomatique propose une contribution de l'auteur : http://www.monde-diplomatique.fr/2012/02/ZIEGLER/47426
Right of Food est le site officiel de Jean Ziegler et de son équipe : http://www.righttofood.org/

Le prix de l'inégalité
Joseph Stiglitz. Traduction de Françoise et Paul Chemla
Éditions Les Liens qui libérent
09/2012

Présentation de l’éditeur
Ce livre est consacré à l'un des grands sujets de l'économie actuelle et curieusement assez peu traité : les inégalités. Joseph Stiglitz y explique comment les inégalités ont ainsi prospéré dans le monde depuis près de vingt ans. Et pourquoi ces tels écarts de richesses entre les plus riches et les plus pauvres sont à la fois inacceptables socialement et extrêmement dangereux économiquement.
Stiglitz démontre qu'il n'y aurait sans doute jamais eu la crise de 2007 si les classes pauvres et moyennes, américaines notamment, avaient vu leur pouvoir d'achat augmenter régulièrement (il stagne voire décroît aux États Unis depuis deux décennies). Contrairement à la doxa libérale qui pense que moins l'État intervient pour réglementer mieux se porte l'économie, l'auteur démontre que c'est précisément cette absence de régulation qui a provoqué la crise.
De même contrairement à la doxa libérale qui prétend que l'argent ruisselle spontanément des plus riches vers les plus pauvres, la richesse s'est concentré en un glacis détenu pour l'essentiel par 1 % des habitants du globe. Un livre qui, bien entendu, non content de dénoncer et d'expliquer, toujours avec un remarquable sens pédagogique, propose de solutions et surtout des alternatives à un système économique mondial qui, s'il n'est pas profondément réformé, risque l'effondrement.
À lire dans le prolongement deux ouvrages du même auteur, réédités récemment dans la collection de poche Babel chez Actes Sud : "Le triomphe de la cupidité" et "Le rapport Stiglitz - Pour une vraie réforme du système monétaire et financier international après la crise mondiale".

À propos de l’auteur
Prix Nobel d'économie, professeur à Columbia, ex-directeur de la Banque mondiale et conseiller de Clinton, Joseph Stiglitz est sans conteste l'économiste le plus respecté et le plus lu au monde. L'un des rares à avoir, depuis une dizaine d'années, tiré la sonnette d'alarme sur les dérives de la financiarisation de l'économie et sur les dangers de ce qu'il a appelé le fondamentalisme du marché. L'auteur propose sur son site de nombreuses ressources dont des articles de presse, synthèses universitaires et discours : http://www.josephstiglitz.com/

L'histoire comme champ de bataille - Interpréter les violences du XXe siècle
Enzo Traverso
La Découverte
01/2012

Présentation de l’éditeur

"Le XXe siècle s'est arrêté un beau jour de 1989, avec la chute du mur de Berlin. Ce qui jusqu'à la veille palpitait dans le présent a soudainement semblé faire partie de l'histoire. Profondément affectée par cette rupture, l'historiographie a dû remettre en cause ses paradigmes, questionner ses méthodes, redéfinir ses domaines. Dans ce livre, Enzo Traverso reconstitue de manière magistrale et critique le tableau d'ensemble des mutations qui sont au cœur des grands débats historiographiques actuels.
Il y aborde les grandes catégories interprétatives, tant anciennes (révolution, fascisme) que nouvelles (biopouvoir), pour mettre en lumière à la fois la fécondité et les limites de leurs apports ou de leurs métamorphoses. Il y interroge le comparatisme historique, d'abord en étudiant les usages de la Shoah comme paradigme des génocides, puis en mettant en parallèle l'exil juif et la diaspora noire, deux thèmes majeurs de l'histoire intellectuelle.
Il analyse, enfin, les interférences entre histoire et mémoire, entre mise à distance et sensibilité du vécu, qui affectent aujourd'hui toute narration du XXe siècle."

À propos de l’auteur

Enzo Traverso est né en Italie, en 1957. Maître de conférences en sciences politiques à l'université de Picardie Jules-Verne, il est l'auteur de plusieurs ouvrages traduits en une douzaine de langues. Aux éditions de La Découverte, il a publié Les Juifs et l'Allemagne (1992) Siegfried Kracauer : Itinéraire d'un intellectuel nomade (1994, réédité en 2006).
Le site de "La Revue des livres" propose un texte de Enzo Traverso à propos de l'œuvre de l'historien anglais, récemment disparu, Eric Hobsbawm.

 

La mariée mécanique - Folklore de l'homme industriel
Marshall McLuhan avec une traduction de Emilie Notéris
Editions Ȯe
09/2012

Présentation de l’éditeur

"Notre ère est la première à avoir fait de la pénétration des consciences collectives et publiques par des milliers de consciences individuelles, parmi les mieux formées d'entre elles, une activité à plein temps. Il est à présent question de s'introduire dans les consciences à des fins de manipulation, d'exploitation et de contrôle. Avec pour objectif de produire de la chaleur et non de la lumière.
« Maintenir chacun dans un état d'impuissance engendré par la routine mentale prolongée est l'effet produit par un grand nombre de publicités et de programmes de divertissement ». C'est par ces mots que Marshall McLuhan introduit la préface de son premier livre, La Mariée mécanique, en 1951.
Ce livre grand format, comprenant 65 illustrations d'origine, était jusqu'à ce jour inédit en français. Dans un style littéraire et inventif, Marshall McLuhan analyse la culture de masse de l'homme moderne des années 1950 à travers 59 textes. Le champ des références parcouru par McLuhan est immense, à l'image du développement exponentiel des médias et de la communication. À la simplification généralisée, il oppose la plus grande richesse de contenu possible."

Le site officiel dédié à Marshall McLuhan fête le centième anniversaire de sa naissance.

 

L'enfance de l'humanité - Des communautés pacifiques aux premières sociétés guerrières
Catherine Claude
L'harmattan
01/1997

Présentation de l’éditeur

"Se démarquant des ténors français de la Préhistoire, dont les travaux privilégient les primates dont l'homme est issu, Catherine Claude enquête sur l'aventure proprement humaine, de sa première enfance pacifique à l'émergence de sociétés guerrières de plus en plus conquérantes. L'éclairage qu'elle porte sur l'aventure humaine conduit à poser la question des raisons de la crise que l'humanité traverse aujourd'hui.
La démarche de l'auteur la conduit à établir une circulation entre les disciplines les plus diverses : pistes des arts, des mythes, de la biologie moléculaire, de la linguistique, et de l'ethnologie. En contrepoint de la recherche principale, les péripéties de la relation entre les sexes : d'un statut de complémentarité entre eux, à la domination du féminin par le masculin."

La destitution des intellectuels et autres réflexions intempestives
Yves Charles Zarka
PUF
09/2010

Présentation de l’éditeur

"Pour dire en quelques mots cette destitution, l'intellectuel était traditionnellement un auteur (romancier, poète, philosophe, savant, ou autres) que son œuvre dotait d'une autorité spirituelle susceptible de donner du poids à ses propos et à ses interventions comme citoyen dans la cité : interpellation du pouvoir, appel de celui-ci à la responsabilité, à la justice ou au droit, appel à l'opinion publique sur une question grave mais ignorée, etc. C'était un citoyen auquel son œuvre donnait une autorité, parfois considérable.
Aujourd'hui l'intellectuel est devenu un histrion sans œuvre ni autorité, mais doté d'une place dans des réseaux de pouvoirs pour se maintenir dans la visibilité médiatique. « Agis de telle sorte que tu continues à être visible ! » Tel est son impératif catégorique, la loi qui commande ses faits et gestes. Comment ce changement s'est-il produit ? Cet essai tente de répondre à la question."

À propos de l’auteur

Yves Charles Zarka est philosophe, professeur à l'université Paris Descartes (Sorbonne) et l'un de principaux penseurs politiques contemporains. Il y dirige à Paris IV le Centre de philosophie, d’épistémologie et de politique et le programme « Territoires, environnement et citoyenneté », programme d'un Groupement d’intérêt scientifiques réunissant de nombreux chercheurs.
Directeur de collections chez divers éditeurs, il dirige aussi la revue Cités (PUF) en lecture libre sur le site Cairn.
Il est l'auteur d'une œuvre considérable, tant sur la plan de l'histoire de la philosophie politique que sur celui de la philosophie politique contemporaine, traduite en plusieurs langues.
Pour en savoir plus, découvrez un entretien avec l'auteur sur le livre, mené par le philosophe Daniel Salvatore Schiffer.
Et pour lire ou relire des articles, notamment sur la fin de la civilisation du livre, déjà parus dans la presse ou des revues, le blog d'Yves Charles Zarka.