L’AUSTRALIE DANS LE SIÈCLE ASIATIQUE (2/2) Cette émission a été diffusée la première fois en septembre 2013

Lectures

La Grande Barrière de corail
David Doubilet
NATIONAL GEOGRAPHIC SOCIETY
10/2002

" La plus grande structure corallienne du monde, vue à travers l'objectif du plus grand photographe sous-marin... Spectaculaire ! " Peter Benchley.

Présentation de l'éditeur
Le capitaine Cook et son équipage furent les premiers Occidentaux à explorer cet immense labyrinthe de corail qui serpente sur plus de 2 000 km au large de la côte australienne, cette Grande Barrière sur laquelle ils faillirent, en 1770, perdre leur navire et leurs vies. Mais il fallut attendre encore un siècle pour que les récifs soient appréciés pour leur extraordinaire beauté : aucun paysage sur Terre n'offre une telle magie, un tel enchantement que ce domaine sous-marin sillonné par des poissons magnifiquement colorés. Le célèbre photographe David Doubilet tomba sous le charme il y a plus de vingt-cinq ans et ne cessa d'y retourner pour témoigner de ces splendeurs. Cet ouvrage nous en offre une extraordinaire variété. Accompagnées d'un commentaire alerte, ces images sont des fenêtres ouvertes sur un monde unique et lointain, grouillant de couleurs et de vie, à tout jamais inoubliable. Cet ouvrage est le fruit des nombreuses missions que David Doubilet a réalisées sur la Grande Barrière australienne.

À propos de l'auteur
David Doubilet est né à New York en 1946. À douze ans, il se met à la photo sous-marine dans les eaux froides et vertes qui baignent la côte du New Jersey, et réalise en 1969 son premier reportage pour le magazine National Geographic. Depuis, il en a effectué plus de soixante pour le magazine, comme photographe attitré de la National Geographic Society, ainsi que six livres, qui couvrent presque tous les océans du monde. Membre honoraire de la Royal Photographic Society de Grande-Bretagne, il a été distingué par le Karolinska Institute de Stockholm, qui lui a attribué en 2001 le prix Lennart Nilsson pour la photographie.

Plus prosaique et plus technologique, alors qu'en 50 ans, plus de 40 % des coraux ont été détruits, Le projet Seaview Catlin Survey se propose de créer une vaste base de données photographiques des récifs coralliens dans le monde, en haute résolution et à 360 degrés . Ce qui permettra de suivre les changements subis et aidera les scientifiques, les décideurs et le public de voir et comprendre les enjeux que représentent les récifs coralliens. Le site propose les images archivées et rend compte des dernières missions en cours: http://catlinseaviewsurvey.com/surveys/caribbean/mexico

Atlas de l'Océanie
Luc Vacher, Sarah Mohamed-Gaillard, Fabrice Argounes et Cécile Marin pour la cartographie.
Éditions Autrement Collection Atlas Monde
05/2011

Présentation de l'éditeur
L’espace océanien est par excellence « l’autre bout du monde» et amène dans son sillage toutes sortes d’images : à la fois territoires maritimes des antipodes, ailleurs qui nourrit l’imaginaire des Occidentaux depuis longtemps (îles désertes, vahinés, expéditions scientifiques et refuge des mutins) ou trou noir (bases militaires et essais nucléaires). Cet atlas s’ouvre ainsi sur une carte down under qui renverse nord et sud, est et ouest. Pour comprendre ce territoire, il est en effet essentiel de convoquer la géographie, l’histoire et la science politique mais aussi la cartographie. Car en changeant d’échelles, en mesurant, en quantifiant et en comparant, une image absolument nouvelle de l’Océanie apparaît. Une multitude de micro-États sont dominés par l’Australie et la Nouvelle-Zélande, pourtant garants d’une bonne gouvernance. En effet, l’Océanie est la cible de toutes sortes de conquêtes et convoitises tant dans les domaines stratégiques et militaires que pour ses ressources naturelles et ce, de la part des Occidentaux aujourd’hui supplantés par les puissances asiatiques. Logiques, enjeux, stratégies sont ainsi marqués par ce territoire maritime, lointain, insulaire, aux jeux d’échelles étonnants.

 

À propos des auteurs

• Luc Vacher est géographe, maître de conférences à l’Université de La Rochelle. Ses recherches traitent du développement du tourisme dans les espaces périphériques, en particulier dans le nord de l’Australie. Il est responsable du laboratoire de cartographie (CTIG) de l’Université de La Rochelle.

• Sarah Mohamed-Gaillard est historienne, maître de conférences à l’Inalco. Ses travaux portent sur l’histoire des relations entre la France et ses territoires d’Océanie et les enjeux régionaux et internationaux du Pacifique Sud. On peut lire sur le site CAIRN.info quelques articles parus dans le Journal de la société des océanistes dont le dernier numéro (135/2012) est consacré aux "Relations internationales et régionales en Océanie"

• Fabrice Argounes est politologue et spécialiste de la politique étrangère de l’Australie et de la Nouvelle-Zélande dans l’aire Asie-Pacifique. Il est chercheur au Centre Emile Durkheim (Sciences Po Bordeaux) et au sein du Réseau Asie & Pacifique (FMSH-CNRS).

• Géographe et cartographe indépendante, Cécile Marin enseigne la cartographie au lycée Maximilien Vox à Paris. Pour une présentation plus large et connaitre son travail, on peut consulter le site collégial et international "Cartographier le présent".

Australie
Maïa PONSONNET, Pierre GRUNDMANN
Éditions de La Découverte, collection "La Découverte Poche / État du monde" n°343
04/2011

Présentation de l'éditeur
Désert de poussière, patrie de Nicole Kidman et de Rupert Murdoch, ou berceau de l'une des plus grandes traditions artistiques de l'humanité ? L'Australie n'est jamais exactement – ou jamais seulement – telle qu'on l'imagine.
Une île déserte ? C'est un pays dur, aride, mais aussi le royaume du surf et des promenades en forêts tropicales. Une petite Amérique ? L'Australie est l'alliée des États-Unis, mais son histoire la lie plus qu'intimement à la Grande-Bretagne. Un urbanisme ultramoderne ? On connaît les fronts de mer bordés de gratte-ciel, l'opéra de Sydney ; on connaît moins les marchés aux poissons, les quartiers asiatiques, les façades victoriennes et les jardinets des banlieues bien loties. Quant aux Aborigènes, que font-ils lorsqu'ils ne peignent pas ces toiles fabuleuses ? Qu'ont-ils vécu avant l'arrivée des colons, et depuis ?
Ce guide invite le lecteur à découvrir un pays kaléidoscope, souvent surprenant.

 

À propos es auteurs

• Philosophe et anthropologue, Maïa Ponsonnet est une spécialiste de la culture aborigène. Elle est affiliée au Centre de recherche et de documentation sur l'Océanie et à l'Australian National University.

• Pierre Grundmann, journaliste et écrivain, a vécu dix ans en Australie.

L’Australie
Nombreuses contributions
Collection Pouvoirs n°141
04/2012

Présentation de l'éditeur


Lointaine, souvent méconnue, l’Australie apparaît de plus en plus aujourd’hui comme un véritable laboratoire de comparatisme. Entre parlementarisme britannique et constitutionnalisme à l’américaine, combinant influences occidentales et spécificités du monde Asie/ Pacifique, l’Australie développe un modèle d’État de droit et une vie politique, qui illustrent les multiples facettes d’une démocratie contemporaine. Ses éléments de multiculturalisme, ses dynamiques politiques propres, ses méthodes de gouvernance, sa stratégie de puissance régionale apportent autant d’innovations ou de dispositifs originaux susceptibles d’alimenter la réflexion.


La revue Pouvoirs a été créée en 1977 aux Presses universitaires de France par Philippe Ardant et Olivier Duhamel. Publiée par les éditions du Seuil depuis 1994, elle est dirigée actuellement par Olivier Duhamel, Marc Guillaume et Claire Zalc. Elle est devenue l’une des premières revues françaises dans le domaine des institutions et de la science politique, et son rayonnement et son autorité, au-delà du monde des spécialistes, n’ont cessé de grandir. Chaque numéro de la revue est consacré à un thème traité en une dizaine d’articles commandés pour former un ensemble cohérent. Le choix des thèmes vise à porter à la connaissance du public universitaire et cultivé, les analyses les plus récentes sur des institutions ou des domaines à appréhender, du point de vue de la science politique et du droit et sur tel ou tel pays étranger. Après avoir pris connaissance du cours résumé d'un article, il est possible de le télécharger unitairement.
Les repères étrangers proposent une sélection de la chronologie détaillée des évènements de la vie politique internationale recensés par Dominique Breillat, Pierre Astié et Céline Hiscock-Lageot (Université de Poitiers). L’intégralité de leur travail est consultable en libre accès sur le site du Centre d’études sur la coopération juridique internationale (du dernier trimestre 2005 à aujourd’hui). Une interrogation par pays y est possible depuis 2008.

Agenda

Tous en scène ! Semaine des cultures étrangères à Paris
Paris
du 20 au 29 septembre 2013

En 2013, Tous en scène !

Une semaine, quarante cultures, quarante lieux et plus de soixante manifestations autour des arts de la scène !

 La 12e édition de la Semaine des cultures étrangères invite les centres culturels étrangers à présenter au public parisien divers événements autour de la thématique des arts de la scène avec au programme du théâtre, des concerts, de la danse, des expositions, des débats etc.

 Les centres et instituts célèbrent la diversité linguistique avec un Passeport pour les langues qui permettra aux visiteurs de s’initier gratuitement à plus de 30 langues étrangères pendant toute la Semaine.  Les centres culturels proposent à cette occasion une soirée « speak-dating » linguistique (le jeudi 26 septembre) où, dans un contexte plus décontracté qu’un cours de langue classique, chacun pourra former un tandem de conversation avec l’autre, le temps d’une soirée ou peut être plus…

C'est aussi une manière de découvrir des architectures contemporaines s'inscrivent dans le tissu urbain parisien et des immeubles et hôtels particuliers plus anciens, aménagés pour que se rencontrent le public et les objets de cultures lointaines.

Paris est la capitale qui réunit le plus grand nombre d'instituts culturels étrangers. Ils sont 51 réunis au sein d'une association unique au monde, de l'Amérique latine en passant par la Méditerranée, l'Europe, la Russie, l'Asie, l'Extrême et le Moyen Orient.

 

Le Forum des instituts culturels étrangers à Paris (FICEP) a été créé en 2002 à l'initiative du Centre culturel canadien. Le site vous propose le programme de la semaine de toutes les diversités.

http://www.ficep.info/