LA CHINE CHANGE Cette émission a été diffusée la première fois en avril 2013

Lectures

Le grand livre de la Chine
Claude Chancel et Libin Liu Le Grix
Éditions Eyrolles
01/2013

Présentation de l’éditeur
Ce guide dresse un panorama inédit pour rendre compte de la réalité chinoise. Il aborde successivement histoire, géographie, civilisation, pensée, vie quotidienne et économie. Conçu conjointement par un historien et un chef d'entreprise, validé et cautionné par une équipe de sinologues, il constitue un outil unique de découverte et d'étude.

À propos des auteurs
• Claude Chancel est agrégé d'histoire et spécialiste de géopolitique. Il est déjà l'auteur de plusieurs ouvrages et, en particulier, Le monde chinois dans le nouvel espace mondial (PUF, 2008). Quelques articles sont accessibles sur le site Diploweb.
• Libin Liu Le Grix est française, d'origine chinoise. Installée en France, elle dirige 2L’FX International, une société spécialisée dans le conseil et l’accompagnement des entreprises européennes dans leurs implantations en Chine et des organismes chinois en Europe. On peut l'entendre, aux côtés de François Thierry (historien, conservateur général, chargé des monnaies orientales au département des Monnaies et Médailles de la BNF), dans l'émission de Franck Ferrand Au cœur de l'Histoire sur Europe 1, consacrée au premier empereur de Chine.

Chine - L'envers et l'endroit
Eric de La Maisonneuve
Éditions du Rocher
05/2012

Présentation de l’éditeur

La Chine n'est pas celle que vous croyez ni celle qu'on nous présente le plus souvent sans contrastes : soit dans l'admiration de son exceptionnelle réussite économique, soit dans l'indignation de son régime politique et de ses excès. La Chine est certes redevenue une grande puissance, et ses performances économiques sont hors normes. Mais la Chine a deux faces, selon sa théorie du yin et du yang : l'envers et l'endroit que l'auteur s'emploie à décrire avec le maximum d'objectivité.

Les enjeux sont colossaux et la tâche loin d'être achevée : une population gigantesque encore pour partie sous-développée, des systèmes d'éducation et de santé désuets, une transition politique incertaine, sans compter la bulle immobilière et l'emprise tenace de la corruption. C'est à ce travail prométhéen que seront confrontés les dirigeants chinois qui seront cooptés lors du XVIIIe Congrès en octobre 2012.

Loin de la menace qu'on agite sous nos yeux, la Chine est d'abord un défi pour elle-même avec les problèmes qu'elle doit absolument surmonter pour se perpétuer ; pour l'Occident aussi qui doit apprendre à partager son leadership ; pour le monde entier enfin qui doit intégrer la Chine et la sortir définitivement de son isolement millénaire.

À propos de l'auteur
Éric de La Maisonneuve, général de division (2S), est président de la Société de stratégie et directeur de la revue Agir. Au cours de fréquents séjours en Chine, il a eu de nombreuses occasions d'observer les problèmes de développement de ce pays. On peut l'écouter dans l'émission Les enjeux internationaux de notre confrère et partenaire Thierry Garcin sur le site de France Culture, à propos des relations de la France et de la Chine.

Que veut la Chine ? - De Mao au capitalisme
François Godement
Éditions Odile Jacob
10/2012

Présentation de l’éditeur

La Chine sera, avant 2020, la première puissance économique du monde. Va-t-elle en prendre la direction politique ? Oscillant entre un nationalisme arrogant et une étonnante discrétion dans le concert des nations, elle émet des signaux contradictoires pour l'opinion internationale. Machiavélisme de ses dirigeants ? Crainte de réveiller le fantôme des années Mao ? Ou, plus prosaïquement, absence de vision d'une élite avant tout préoccupée par ses problèmes ?
Les dirigeants chinois sont moins unifiés qu'on ne l'a cru ; ils sont inquiets de leur légitimité et du fossé grandissant avec la population.
Nourri des voyages de François Godement en Chine et de sa connaissance intime de son histoire, ce livre en décrypte les différentes facettes : des dessous de l'affaire Bo Xilai aux soubresauts qui agitent le Parti communiste chinois, des succès éclatants d'une économie hybride à l'aggravation non moins inquiétante des inégalités sociales, se dessine le portrait d'une Chine convulsive, inquiète, et qui n'a pas achevé sa mue.
Chacun perçoit que l'immobilisme politique est confronté à des attentes grandissantes de la société chinoise, individualiste et curieuse. Ce livre le montre. Si le monde attend la Chine, celle-ci pourrait encore bien le surprendre...

À propos de l'auteur
François Godement est historien, professeur des universités à Sciences Po,  et il a fondé, en 2005, Asia Centre, une association de recherche indépendante qui publie notamment la revue China Analysis. Il dirige également le programme Chine de l'European Council on Foreign Relations, un influent think tank européen. Il est membre associé du Carnegie Endowment for International Peace. On peut lire sur ce site le texte France's China Challenge.

La voie chinoise - Capitalisme et empire
Michel Aglietta et Guo Bai. Traductions de Christophe Jaquet
Éditions Odile Jacob
09/2012

Présentation de l’éditeur

Le succès économique de la Chine est incontestable. S'agirait-il d'une économie capitaliste qui ne dit pas son nom ? En ce cas, où est l'État de droit qui devrait l'accompagner ? Et comment concevoir un capitalisme sans capitalistes, ces acteurs privés dont l'influence politique est prépondérante ?
Michel Aglietta et Guo Bai tournent ici le dos aux explications néolibérales pour explorer le formidable héritage culturel et politique de la Chine. Dans une approche qui allie à la théorie du développement économique la philosophie chinoise et les enseignements de l'histoire, ils expliquent pourquoi ce miracle économique ne s'est pas produit après la chute de l'Empire en 1911, et montrent l'importance de l'époque socialiste (1950-1978) pour la réussite de la réforme.
Au-delà des changements que connaît la Chine depuis trente-cinq ans, les auteurs analysent ses atouts et les adaptations nécessaires pour aborder le défi d'une croissance soutenable.
Vaste fresque inspirée de la méthode de Fernand Braudel, ce livre propose une réflexion foisonnante sur les rapports entre les institutions politiques et sociales et les marchés. Une véritable référence sur la Chine d'aujourd'hui.

À propos des auteurs
• Michel Aglietta, économiste marxien, est professeur émérite à l'université Paris-X-Nanterre, conseiller scientifique au CEPII et à Groupama-AM. Parmi d'autres titres, il est membre d'honneur de l'association Recherche & Régulation de l'université de Grenoble. Il explique, dans un entretien publié sur le site Multitudes, ce qu'est la "Théorie de la régulation". Il vient d'être nommé membre du Haut conseil des finances publiques par Jean-Pierre Bel, Président du Sénat.
• Guo Bai, diplômée de l'université de Pékin et de l'ESCP Europe, a notamment exercé la fonction d'attachée pour les questions économiques et financières auprès de l'ambassade de France en Chine. Le site Atlantico propose un entretien avec Guo Bai sur le thème du choix de l'exil par les Chinois riches.

La Chine et l'OMC
Leïla Choukroune
Éditions Larcier
09/2013

Présentation de l’éditeur

Le 11 décembre 2001, après plus de quinze ans d'une négociation particulièrement difficile, la République populaire de Chine (RPC) accédait à l'Organisation mondiale du commerce (OMC). Dix ans après cet événement historique, alors que la Chine est devenue la deuxième puissance économique mondiale et un acteur central du commerce et de l'investissement international, la majorité des affaires traitées par l'Organe de règlement des différends (ORD) de l'OMC impliquent Pékin.
Si la Chine se saisit des normes du commerce international comme autant d'instruments de sa montée en puissance, la révolution juridique enclenchée par son accession à l'OMC n'a pas conduit à "l'État de droit par l'internationalisation" espéré par les États-Unis et l'Europe. Les errances de la réforme juridique chinoise, tout comme son degré d'imbrication politique, ne peuvent conduire qu'à une application sélective des engagements consentis par Pékin.
Ainsi, l'analyse des changements produits par l'accession et la participation de la Chine à l'OMC offrent les clés d'une réflexion plus générale sur le rôle du droit dans le développement politique et économique de l'État.
Fondé sur une étude minutieuse du protocole d'accession de Pékin à l'OMC et des affaires impliquant la Chine devant l'ORD, l'ouvrage met en lumière un certain nombre d'interactions entre droit chinois et droit international, et tente de développer un regard critique et original sur le rôle du droit dans un contexte de mondialisation.

À propos de l'auteure
Leïla Choukroune est docteur en droit international à l'Université Paris-I-Sorbonne et avocate qualifiée au Barreau de Paris. Elle est directrice des masters de la faculté de droit de Maastricht, en droit économique international et européen.Elle est aussi coordonnatrice pédagogique de l'Institut international pour la mondialisation et le règlement (Igir).Ses activités de recherche sont concentrées sur la Chine et sur l'Inde.
Le site Perspectives chinoises donne à lire une étude de Leïla Choukroune et Antoine Garapon sur "Les normes de l’harmonie chinoise".

Coffret DVD : "Chine, le nouvel Empire - De l'humiliation à la domination (1911 – 2013)"
Jean-Michel Carré, réalisateur
Arte Éditions
03/2013

Synopsis : Le film Chine, le nouvel Empire propose, à travers le regard singulier des seuls citoyens chinois, une peinture globale d’un siècle et demi d’histoire, depuis la guerre de l’opium, en 1839, jusqu’à la nomination de Xi Jinping à la présidence de la République populaire. Une présidence qui marquera les dix prochaines années de la politique chinoise et qui, pour la première fois, sera exercée par un homme qui n’a été choisi ni par Mao Zedong ni par Deng Xiaoping.
S’appuyant sur de nombreuses analyses et des archives inédites, mettant en perspective les événements politiques passés et contemporains qui ont interagi pour construire la Chine d’aujourd’hui, Jean-Michel Carré réalise un film essentiel pour appréhender l’une des mutations les plus importantes que le monde ait connue depuis quatre siècles : le déplacement du centre de gravité du pouvoir, de l’Atlantique au Pacifique.
Le film est en trois parties :
• 1911-1976 : La Chine s'éveille
• 1977-2001 : la Chine s'affirme
• 2002-2013 : la Chine domine

En complément de programme, outre un livret d’accompagnement, est proposé un entretien inédit avec Yu Xiaofei, professeur de religions à l’École centrale du Parti (20 mn) ainsi qu’un sujet sur les cartes postales de Chine (10 mn). Pour commander le coffret.

Le film a été présenté lors du festival Sunny Side of the doc de 2012 dont le site propose un large descriptif et une interview de Jean-Michel Carré. Les trois parties du film sont diffusées le 30 avril, dans le cadre d'une programmation spéciale d'Arte intitulée "Le futur est-il chinois ?" du samedi 27 avril au vendredi 03 mai 2013. Par ailleurs, sur ce même thème de la Chine, Arte Éditions propose également Mao, une histoire chinoise, une série documentaire d’Adrian Maben.

Le monde chinois
Jacques Gernet
Éditions Pocket
05/2006

Présentation de l’éditeur

Cet ouvrage embrasse les quatre millénaires de civilisation chinoise sans lesquels il est impossible de comprendre ce pays aujourd'hui. Jacques Gernet nous présente les transformations successives de ce monde immense et fait ressortir les liens qui, à chaque moment, ont existé entre société, politique, économie, techniques, religions et vie intellectuelle. Il montre également que les relations entretenues avec d'autres parties du monde, et leurs apports constants, ont largement contribué à modeler la Chine contemporaine.
Fin XIXe, prise entre l'échec de sa modernisation et les progrès de l'intrusion étrangère, la Chine se délite, puis tente de se restructurer autour du mouvement nationaliste de Sun-Yat-Sen. La guerre sino-japonaise et la guerre civile consécutive à la défaite du Japon en 1945 mènent à l'avènement du communisme. Depuis la mort de Mao, la Chine populaire s'est engagée dans la voie de profondes mutations économiques et sociales.
Sommaire
• Tome 1 - De l'âge de Bronze au Moyen âge
• Tome 2 - L'époque moderne Xe-XIXe siècle
• Tome 3 - L'époque contemporaine – XXe siècle

 

À propos de l'auteur
Jacques Gernet est né à Alger en 1921. Licencié en lettres classiques en 1942, il est mobilisé la même année, et participe à la guerre contre l'Allemagne et ses alliés. Il doit interrompre ses études jusqu'en 1945. Diplômé de chinois de l'École nationale des langues orientales en 1947, il devient membre de l'École française d'Extrême-Orient, et réside à Hanoi en 1949 et 1950.
Par la suite, il sera chercheur au CNRS, directeur d'études à l'École pratique des hautes études devenue l'École des hautes études en sciences sociales (EHESS), de 1955 à 1976, puis professeur de langue et civilisation chinoise à la Sorbonne. Il sera le fondateur, en 1968, de l'Unité d'enseignement et de recherche des langues et civilisations de l'Asie orientale (Paris VII). Titulaire de la chaire d'Histoire sociale et intellectuelle de la Chine au Collège de France de 1975 à 1992, il est considéré comme l'un des spécialistes incontestés des études chinoises en France.
Vous trouverez une notice biographique et bibliographique de Jacques Gernet sur le site de l’École française d’Extrême-Orient.
Quelques articles de l'auteur sont publiés sur le site de l'Académie des inscriptions et belles lettres.

Histoire de la Chine - Des origines à nos jours
John K. Fairbank, Merle D. Goldman. Traduction de Simon Duran
Éditions Tallandier
04/2010

Présentation de l’éditeur

La Chine, dont le bilan historique est partagé entre d'admirables accomplissements et de funestes échecs, a un passé singulier. Son avenir ne peut être qu'unique. Ainsi John K. Fairbank, qui consacra son existence à penser et écrire l'histoire de la civilisation chinoise, présente-t-il "l'Empire du milieu".
Scrutant les origines d'une civilisation vieille de 4 000 ans, l'auteur donne alors les clés de lecture d'une culture toujours fantasmée, pour le meilleur et pour le pire, par les Occidentaux. Mais comment déchiffrer la coutume si énigmatique des pieds bandés sans connaître les structures sociales et familiales chinoises ? De quelle manière interpréter les relations des différentes ethnies qui font la richesse de ce pays-continent sans comprendre le rôle des nomades des steppes à l'époque Yuan ? Comment expliquer les rapports à l'autorité et à l'État qu'entretiennent plus d'un milliard d'individus sans s'interroger sur les structures des empires qui ont forgé la société chinoise ? Il faut alors remonter aux temps troublés des Royaumes combattants, se pencher sur le destin des dynasties Song, Ming et Qing, découvrir la foi bouddhiste et la pensée confucéenne, s'intéresser à la révolution nationaliste et à la Longue marche, expliquer les enjeux de la prise de pouvoir de Mao Zedong ou de la Révolution culturelle. Car comprendre la Chine sans connaître son histoire est une gageure. Il fallait cependant la hauteur de vue et le talent de conteur de Fairbank pour éclairer les tendances à long terme et les réalités contemporaines qui façonneront le futur de la Chine et celui du reste de la planète.

À propos de l'auteur
John King Fairbank créa la chaire d'Histoire de la Chine moderne à Harvard et travailla pour le gouvernement américain en Chine pendant la Seconde Guerre mondiale, plus exactement pour l'Office of Strategic Services et le United States Office of War Information. Directeur de la monumentale Cambridge History of China (15 tomes), il demeure l'un des plus éminents sinologues américains. Livre d'une vie, résultat de cinquante années de recherches, cette Histoire de la Chine est son dernier ouvrage. Le site La Chine en question en fait une lecture critique.

La pensée en Chine aujourd'hui
Sous la direction de Anne Cheng avec la collaboration de Jean-Philippe de Tonnac
Éditions Gallimard
05/2007

Présentation de l’éditeur

Un mythe concernant la Chine hante les élites et les intellectuels : les Chinois penseraient différemment des Occidentaux, affichant une radicale altérité. Dans l'Europe des Lumières s'est construite, puis figée, l'image d'une Chine dotée d'une écriture idéographique, soumise à une tradition despotique et isolée du reste du monde pendant des siècles, ce qui expliquerait son immobilisme philosophique, politique et scientifique dont l'Occident serait opportunément venu la tirer, avant d'en découvrir à son tour la sagesse. Cette vision du monde exerce en retour une influence considérable sur la façon dont les élites chinoises ont envisagé leur propre culture, dénigrée du fait de son supposé retard, puis aujourd'hui exaltée par le régime en place comme une identité nationale spécifique. Il a donc paru opportun d'offrir aux lecteurs un état des lieux, inédit et pionnier, de ce qu'est aujourd'hui la pensée en Chine.
Ce travail collectif de spécialistes européens et chinois a pour souci premier et constant de fournir une information précise, critique et contextualisée sur quatre grands thèmes : les dynamiques de la modernité chinoise ; l'invention des catégories modernes (philosophie, religion, médecine) ; les questions d'identité (écriture, langue, histoire) ; l'introuvable altérité, enfin.

À propos de l'auteure
Anne Cheng a mené ses travaux de recherche et d'enseignement sur les sources de la tradition et de la modernité chinoises, d'abord au CNRS, puis à l'INALCO, avant d'être élue au Collège de France en 2008 à la chaire d'Histoire intellectuelle de la Chine. Elle est l'auteur notamment d'une traduction en français des Entretiens de Confucius (1981), d'une Histoire de la pensée chinoise (1997, réédité en 2002 et traduite en de nombreuses langues) et a dirigé plusieurs ouvrages collectifs, dont La Pensée en Chine aujourd'hui (2007).
Chez Fayard et en collaboration avec le Collège de France, Anne Cheng a plus récemment publié La Chine pense-t-elle ? (2009). L'auteure y propose d'exercer notre oreille à capter ce que les auteurs chinois nous donnent à entendre. La Chine ne serait-elle pas capable, après tout, de penser et de se penser par elle-même ? C'était d'ailleurs le sujet même de sa leçon inaugurale au Collège de France le 11 décembre 2008. Elle y propose depuis cinq ans une série de cours intitulée : Confucius revisité : textes anciens, nouveaux discours dont les vidéos sont proposées sur le site.

Agenda

Sebastião Salgado : Genesis
The Natural History Museum (Waterhouse Gallery) London Great Britain
du 11/04 au 08/09/2013

Genesis est un travail photographique de longue haleine, dans la lignée des précédents projets à long terme faits par Sebastião Salgado (" La main de l’homme", "Exodes").

Sur le thème de la grande beauté de la planète et de la nature, de ce qu’il en reste encore, à côté des nombreuses destructions causées par les activités humaines, le photographe tente d’en faire le portrait, de montrer la beauté et la grandeur encore intouchées : les paysages, la vie animale et les communautés humaines qui continuent à vivre selon de très anciennes cultures et traditions.

"Il s’agit de voir, de s’émerveiller et de comprendre la nécessité de préserver tout cela et enfin, d’inspirer à l’action pour cette préservation."

La série des reportages a commencé en 2004 et s'est terminée en 2012.

L'exposition sera présentée en Europe :

Au Musée de l’Ara Pacis, Rome, Italie, du 15 mai au 15 septembre 2013.

Au Musée Royal de l’Ontario, Toronto, Canada, du 2 mai au 2 septembre 2013.

À la Maison européenne de la photographie (MEP), Paris, France, du 25 septembre 2013 au 5 janvier 2014.

Au Musée de l’Élysée, Lausanne, Suisse, du 21 septembre 2013 au 12 janvier 2014.

Signalons enfin que projet Genesis fut réalisé avec le soutien de Christensen Fund, http://www.christensenfund.org/ , de Susan et Mark Buell aux Etats-Unis ttp://www.gogreenfoundation.com/index.php/about/advisory_board/, et plus spécialement de la Companhia Vale do Rio Doce http://www.vale.com/PT/Paginas/Landing.aspx au Brésil.

Stephen Corry, directeur de Survival International, déclarait à propos de cette exposition : "Dans son inventaire des territoires encore préservés par le monde moderne, Salgado célèbre la foisonnante diversité de l’humanité à travers ses clichés des peuples indigènes contemporains. Malheureusement, la plupart d’entre eux sont victimes de telles persécutions que leur existence même est menacée. Il est à espérer que cette exposition incitera le grand public qui la visitera à prendre conscience de leur situation critique et à s’impliquer pour la reconnaissance de leurs droits.”

Genesis est l'occasion pour Survival International de mettre en lumière dans une page dédiée http://www.survivalfrance.org/actu/9094 la situation de certains des peuples qui y sont représentés, dont les voix n'ont que peu d'écho dans les politiques nationales et dont le silence est étouffé dans la cacophonie mondiale.

Sebastião Salgado est né le 8 février 1944 à Aimorés, état du Minas Gerais, Brésil. Il commence sa carrière de photographe à Paris en 1973 et travaille successivement avec les agences Sygma, Gamma et Magnum Photos jusqu’en 1994.

Il voyage dans plus de 100 pays pour ses projets photographiques qui, au-delà de nombreuses publications dans la presse, furent ensuite pour la plupart présentés dans les livres tels que Autres Amériques (1986), Sahel, l’homme en détresse (1986), La main de l’homme (1993), Terra (1997), Exodes et Les enfants de l’exode (2000) et Africa (2007). Des expositions itinérantes de ces travaux ont été et continuent d’être présentées à travers le monde.

Sebastião Salgado a reçu de nombreux prix, il est Ambassadeur de Bonne Volonté pour l’Unicef, et membre honoraire de The Academy of Arts and Science aux Etats-Unis.

La Bibliothèque nationale de France lui consacre un dossier et une exposition virtuelle intitulée "Territoires et vies" : http://expositions.bnf.fr/salgado/arret/1/index1.htm

Lélia Deluiz Wanick et Sebastião Ribeiro Salgado fondent en 1994 l'agence photographique Amazonas Images http://www.amazonasimages.com/ qui permet de retrouver l'ensemble des travaux et des publications du photographe.

Ensemble, Sebastião et Lélia travaillent depuis les années 1990 à la récupération de l'environnement d'une petite partie de la Forêt Atlantique au Brésil. Ils ont rendu à la nature une parcelle de terre qu’ils possédaient et en 1998 ont transformé cette terre en une réserve naturelle et ont créé Instituto Terra http://www.institutoterra.org/ qui a pour mission la reforestation et l’éducation environnementale.

L'éditeur Taschen www.taschen.com/pages/fr/catalogue/photography/all/05767/facts.sebastio_salgado_genesis.htm propose une luxueuse édition de collection, au nombre d'exemplaires limité, et une édition grand public qui présente une sélection différente de photographies organisées en cinq chapitres géographiques : “Aux confins du Sud”, “Sanctuaires”, “Afrique”, “Terres du Nord” et “Amazonie et Pantanal”. Toutes deux ont été conçues et réalisées par Lélia Wanick Salgado. Une façon de rendre hommage au projet Genesis de Salgado, aussi grandiose qu'exceptionnel qu'il appelle «Ma lettre d’amour à la planète.»