LA SUISSE, UN ÎLOT EN EUROPE Cette émission a été diffusée la première fois en mai 2014

Lectures

Histoire de la Suisse - 9e édition
Jean-Jacques Bouquet
Éditions PUF - Collection "Que Sais-Je"
08/2013

Cet ouvrage retrace l’histoire de la Suisse depuis la description du peuple helvète par Jules César jusqu’aux débats sur l’opportunité d’une adhésion à l’Union européenne.

L’auteur nous livre sa biographie et sa bibliographie sur le site de son éditeur Les Presses universitaires de France.

 

Das Boot ist voll ("La Barque est pleine") - DVD
Markus Imhoof
Impuls / DVD Deutsch/Schweizer Dialekt/Italienisch/Englisch
1981

Présentation du film

En mars 2014, le cinéaste Daniel Wyss présentait en avant-première La Barque n'est pas pleine à la cinémathèque de Lausanne. Ce film est consacré au mouvement de désobéissance civile pour l'accueil des réfugiés du Chili après le coup d'État du 11 septembre 1973. Une histoire qui résonne étrangement en 2014….

Le titre du film fait référence à La Barque est pleine ("Das Boot ist voll"), un film suisse réalisé par Markus Imhoof, sorti en 1981. Le film, disponible en DVD, fut nominé à l'Oscar du meilleur film en langue étrangère. Ce film est une reconstitution : en août 1942, Heinrich Rothmund, chef de la division fédérale suisse de la police, estime que « la barque est pleine ». Devant l’afflux de réfugiés fuyant le nazisme, une circulaire fédérale annonce la fermeture des frontières.
Selon la Commission Bergier, jusqu’en juillet 1944, 24 000 réfugiés, dont de nombreux juifs, sont refoulés du territoire et promis à une mort certaine. Ce chiffre et la méthode sont cependant controversés par les recherches récentes de Serge Klarsfel, l’historien qui permit de faire comparaître devant les tribunaux Klaus Barbie, le "boucher de Lyon", et qui joua un rôle fondamental dans le procès Papon.

Mais la question reste posée : pourquoi, à la différence de la Suède qui a montré plus d’humanité dès 1942 – l’année du grand massacre qui verra plusieurs millions de Juifs disparaître dans les flammes de la « catastrophe » – la Confédération a-t-elle attendu juillet 1944 pour changer sa politique ? La réponse du Conseiller fédéral fut sans détour : « L’embarcation de sauvetage est déjà lourdement chargée », déclarait Eduard von Steiger en août 1942. « La barque est pleine, renchérit Rothmund, et son ravitaillement tout juste assuré. » C’est ce à quoi tente de répondre l’article intitulé Ce que savaient vraiment les Suisses.

L’expression « La barque est pleine » a souvent été utilisée dans les débats précédant la votation du 9 février, y compris comme slogan de campagne de l’UDC.

Swiss made. Tout ce que révèle le succès de l'économie suisse
Sous la direction de R. James Breiding
Éditions Slatkine
05/2014

Présentation de l'ouvrage
Comment un petit pays privé de ressources naturelles a-t-il pu se doter d'une économie prospère, capable de rayonner dans le monde entier et dans quasiment tous les secteurs ? Comment a-t-il pu se hisser au rang de pays le plus compétitif du monde ? Sur quelles institutions et sur quelles caractéristiques a-t-il pu s'appuyer pour obtenir d'aussi flatteurs résultats ? Et que signifie ce "Swiss made" qui sait se renouveler constamment ? Ces questions reviennent régulièrement dans les journaux et dans les discours politiques. Peut-on parler de modèle ? Et peut-il inspirer d'autres pays ? Et ce modèle est-il durable ? Ce livre répond à ces questions, balayant toutes les idées reçues qui encombrent souvent les commentaires relatifs à la Suisse !
Les détails sur le livre et sur son auteur sont disponibles sur le site de l’éditeur Slatkine.

À propos de l’auteur
R. James Breiding a été élu Senior fellow par le Centre de l’université de Harvard pour le développement international dans le cadre de ses recherches sur le "Swiss made", et détient la double nationalité américaine et suisse. On peut lire ses commentaires sur le World Economic Forum, le rendez-vous annuel de Davos, dans un texte intitulé "The Unbearable Vanity of Davos" pour le Wall Street Journal.

 

150 ans de passion humanitaire - La Croix-Rouge suisse de 1864 à 2014
Collectif avec Guy Mettan, François Bugnion, Jean-François Pitteloud et Serge Nessi, Philippe Bender et Serge Bimpage.
03/2014

Présentation de l’éditeur
Glorieuse fondation que celle de la Croix-Rouge genevoise (CRG), qui a été créée trois fois : en 1864, à l'initiative des pères fondateurs du premier comité international, dont le général Dufour et Henry Dunant ; en 1889, avec le lancement de la Société des dames de la Croix-Rouge ; et en 1914 avec la fondation de l'institution telle qu'on la connaît aujourd'hui.
Pendant 150 ans, en temps de guerre comme en temps de paix, la CRG a aidé des centaines de milliers de blessés, de prisonniers, d'enfants, de mères, de personnes âgées et d'adultes vulnérables.
Sans concession mais avec empathie, les auteurs narrent l'histoire de ce qui reste l'une des plus belles aventures humanitaires du monde.
Le Mouvement international de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge comprend deux institutions internationales basées à Genève : le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) et la Fédération internationale. 150 ans après, la Croix Rouge poursuit ses missions dans les Balkans, en Guinée, aux Philippines…

Les Alpes et leurs imagiers. Voyage et histoire du regard
Claude Reichler
Éditions PPUR
11/2013

Présentation
Professeur de littérature française à l'université de Lausanne, spécialiste des voyages dans les Alpes, Claude Reichler a préfacé Ecrits sur les Alpes, le livre de l’essayiste et critique d'art britannique John Ruskin (1819-1900) réédité dans une nouvelle traduction par les Presses universitaires PARIS-SORBONNE.
Ici , comme en résonnance, Claude Reichler propose de feuilleter les imagiers des Alpes, aujourd'hui oubliés, qui constituent une histoire du regard sur le monde alpin. Une importante documentation multimédia accessible sur internet complète le travail de l’auteur. Au-delà de la présentation et du sommaire de l'ouvrage « Les Alpes et leurs imagiers. Voyage et histoire du regard », le site des Presses polytechniques et universitaires romandes permet d’écouter l’auteur dans un bref entretien.

 

 

La face cachée du Léman - Mythes, légendes et sornettes
Plonk & Replonk
Plonk & Replonk éditeurs
01/2008

Connaissez-vous la pêche à la truite velue, le gavage des nains de jardins palmés, la fameuse légende de la malédiction de la mouette rieuse ? Les photomontages et intitulés loufoques de cet imagier vous apprendront tout sur les mythes suisses… vus par le collectif Plonk & Replonk.
Plus récemment, les éditions Hoëbeke ont fait paraître des mêmes auteurs et avec une préface de Daniel Pennac :  De zéro à Z - L'abécédaire de l'inutile 2013. Le site propose quelques pages à feuilleter.

Agenda

Meret Oppenheim. Rétrospective
"LaM" Lille métropole - Musée d'art moderne, d'art contemporain et d'art brut (Villeneuve-d'Ascq, France).
Du 15.02 2014 au 01.06 2014

Passée du statut de muse scandaleuse du surréalisme à celui de figure majeure du mouvement, Meret Oppenheim (Berlin, 1913 - Paris, 1985) a tout au long de son parcours artistique exploré le thème de l’indétermination des genres en s’inspirant des mythes, des rêves et de la littérature de son temps, dont les écrits de Jung. Son sens de la liberté fit d’elle non seulement une icône du féminisme, mais aussi une artiste surréaliste protéiforme, capable de redéfinir les marges de l’art.

L’exposition propose une approche thématique du travail de Meret Oppenheim à travers un parcours en huit sections et près de 200 œuvres, mises en regard de celles des artistes surréalistes dont elle fut la plus proche : Marcel Duchamp, Max Ernst et Man Ray. La rétrospective s'est tenue d'abord au Kunstforum de Vienne, puis au Martin-Gropius-Bau de Berlin. Elle bénéficie du mécénat de la fondation suisse pour la culture Pro Helvetia et de Air France.
Le catalogue, publié  cette occasion par Hatje Cantz en allemand et en anglais, est édité en français avec les auteurs Heike Eipeldauer, Ingried Brugger, Gereon Sievernich, avec une préface de la directrice du Lam, Sophie Lévy.

En janvier 1914 par ailleurs, un jury de cinq personnes a primé vint-deux livres publiés en 2013, dans le cadre du concours "Les plus beaux livres suisses" organisé par Office fédéral de la culture (OFC), concours qui célébrait alors ses 70 ans. Le grand prix est allé à l’éditeur, chansonnier et auteur zurichois Patrick Frey. Peu de temps après, le livre Meret Oppenheim. Worte nicht in giftige Buchstaben einwickeln recevait la 'Goldene Letter', la plus haute récompense décernée par le concours international Les plus beaux livres du monde entier organisé par la Stiftung Buchkunst. Les éditrices en sont Lisa Wenger, Martina Corgnati, avec la conception graphique de Bonbon, Valeria Bonin et Diego Bontognali pour les éditions suisses Scheidegger + Spiess.