LE BASCULEMENT DE LA RICHESSE Cette émission a été diffusée la première fois en janvier 2011

Lectures

Les pays émergents - Brésil-Russie-Inde-Chine... Mutations économiques et nouveaux défis
Julien Vercueil
Bréal
09/2010

Le monde occidental assiste aujourd'hui à l'irrésistible ascension de pays autrefois mal ou sous-développés qui, en quelques années, se sont imposés comme des acteurs majeurs de la scène économique internationale.

Le Brésil, la Russie, l'Inde et la Chine (les " BRIC ") sont les plus éminents d'entre eux, mais ils ne sont pas les seuls : une cinquantaine de pays, répartis sur cinq continents, peuvent aujourd'hui être qualifiés d'émergents ". Réunis, ils représentent près de 50 % de la richesse mondiale. Quels sont les succès et les échecs de ces pays émergents ? Quels nouveaux défis devront-ils relever ? Lesquels poseront-ils aux vieux pays industrialisés ? Doivent-ils être sujets de crainte ou d'espoir.

Julien Vercueil, ancien élève de l'ENS Cachan et de l'IEP de Paris, est fondateur et directeur de la licence professionnelle " Marchés émergents " de l'université Jean Moulin de Lyon. Auteur ou co-auteur de plusieurs ouvrages sur les économies en transition, il publie régulièrement dans des revues scientifiques consacrées à l'économie internationale.

L'enjeu mondial. Les pays émergents
Sous la direction de Christophe Jaffrelot, directeur du CERI
Presses de Sciences Po/L'Express
10/2008

La théorie du vol d'oies sauvages est un modèle de développement économique décrit par l'économiste japonais Kaname Akamatsu en 1937. Elle fut complétée par Shinohara en 1982. Dans ce modèle d'industrialisation, on observe qu'un pays initie le processus d'industrialisation sur un produit à faible technicité, il en devient exportateur, puis l'abandonne pour un produit à plus haute valeur ajoutée. Cet « abandon » permet à un autre pays d'entamer son propre processus d'industrialisation. Ainsi, on observe trois phases : premièrement, le pays importe le produit, puis il substitue la production nationale aux importations avant de l'exporter.

Après le Japon, les nouveaux pays industrialisés (NPI) de la première génération (Singapour, Corée du Sud, Hong Kong, Taïwan) ont ainsi entamé leur industrialisation dans les années 1960. Dans les années 1980, une seconde génération de NPI apparaît (Thaïlande, Malaisie, Philippines et Indonésie). L'industrialisation de la république populaire de Chine s'appuie sur d'autres éléments, mais son insertion récente dans l'économie mondiale se rapproche de ce modèle d'industrialisation.

À propos de Kaname Akamatsu : Né dans un milieu modeste à Fukuoka (île de Kyushu), Kaname Akamatsu (1896-1974) fait des études d'économie et de philosophie à Tokyo, où il s'intéresse au marxisme. En 1924-1926, il séjourne en Allemagne, se familiarise avec les théories du nationalisme économique de List et de l'école historique allemande, mais aussi avec la philosophie de Hegel sur lequel il publie même un essai dans une revue berlinoise. Quittant l'Allemagne, il va s'incliner sur la tombe de Karl Marx à Londres, puis passe quelques mois à Boston au tout nouveau Harvard Bureau of Economic Statistics. De retour au Japon, en juillet 1926, il enseigne à l'université de Nagoya et cherche à étayer le nationalisme économique à l'allemande par la rigueur théorique et mathématique anglo-saxonne.

Criminalité sans frontières

Alternatives Internationales N°49
12/2010

Des pays d'Afrique de l'Ouest commencent à exporter des produits manufacturés vers le Japon et la Corée du Sud. Et c'est un organisme international des plus officiel qui vient de l'annoncer. On devrait s'en réjouir, car jusqu'à présent, le continent noir a surtout vendu au reste du monde des matières premières brutes dont il tire un profit trop limité. Hélas, ces nouveaux produits manufacturés d'exportation sont des méthamphétamines fabriquées dans des laboratoires clandestins, de Guinée-Conakry notamment. Selon l'ONUDC (Office des Nations unies contre la drogue et le crime), ces drogues de synthèse voyagent dans les bagages de passagers transitant par les aéroports du golfe Persique vers l'Extrême-Orient, mais aussi par cargo depuis le Nigeria, par exemple. Des routes et des moyens de transport on ne peut plus banals à l'heure de la mondialisation pour le commerce légal, et donc aussi pour son verso, l'ensemble des trafics illégaux qui traversent la planète en tout sens.

Drogue, contrefaçon, prostitution... Pour saisir les opportunités qu'offrent des marchés aux chiffres d'affaires gigantesques, les groupes criminels ont assoupli leurs structures et nouent des alliances ponctuelles loin de leur territoire, au gré des trafics. Une mue qui les rend plus difficiles à combattre. À l'étude : Joint-ventures, Fluidité des réseaux, Cécité des paradis fiscaux

Un dossier géopolitique est consacré aussi à ce "que veulent les pays émergents" : Membres du G20 que la France préside pour un an, le Brésil, l'Inde, la Chine, l'Afrique du Sud ont réussi à faire reconnaître la réalité de leur puissance nouvelle. Et ils sont capables de s'unir dans le domaine commercial, financier ou climatique pour empêcher l'Occident de faire prévaloir ses vues.

16 nouvelles questions d'économie contemporaine
Philippe Askenazy , Daniel Cohen , collectif
Economiques 2 Albin Michel
17/03/2010

Economiques 2 continue à défricher les nouveaux territoires de l'économie politique.

Autour de Philippe Askenazy et de Daniel Cohen se sont rassemblés des auteurs qui partagent leur approche concrète et pragmatique des faits. Cette nouvelle édition de questions d'économie contemporaine s'appuie, comme la précédente, sur les travaux de recherche du Cepremap, le Centre pour la recherche économique et ses applications. Trois thèmes principaux ont été retenus. Le premier traite de la crise financière, qui reste entourée d'une certaine opacité sur les mécanismes qui l'ont produite.

Le second porte sur ce qu'on appelle depuis longtemps le " mal français ". Quelles sont la nature, l'origine et les solutions éventuelles à apporter à ce phénomène ? Le troisième développe les menaces qui pèsent de plus en plus sur l'Etat-providence. Une refonte majeure de notre système de protection sociale permettrait-elle de le pérenniser tout en le rendant plus efficace ? Ce volume est la suite de la magistrale entreprise commencée avec Economiques

Philippe Askenazy est directeur de recherche au CNRS, et directeur adjoint du Cepremap.

Il est l'auteur des Désordres du travail, au Seuil. Daniel Cohen, professeur à l'Ecole normale supérieure, directeur du Cepremap, est l'auteur de nombreux livres dont le dernier, La Prospérité du vice, chez Albin Michel, a été un best-seller remarqué par toute la presse.