LE COMMERCE DES ARMES Cette émission a été diffusée la première fois en mai 2008

Lectures

Armes légères, destructions massives
Bernard Adam et Michel Wery
Éditions Complexes / GRIP (Groupe De Recherche et D'information Sur La Paix Et La Sécurité)

500 000 morts par an, une victime par minute : c'est le lourd tribut payé chaque année aux armes légères. Difficile d'oublier les tueries de Nanterre, Zug, Dunblane ou du lycée de Littleton qui inspira Michael Moore pour son pamphlet « Bowling for Colombine ». Au-delà de ces images choc, la réalité est malheureusement plus terrible et plus banale. En Belgique, il y a quatre suicides par arme à feu pour un homicide ; en France, le rapport est de sept à un : chez nous, les armes tuent tous les jours, sans avoir droit ni à la une, ni à la rubrique des faits divers.

Dans les pays en proie à la guerre, elles sont omniprésentes. À la portée de tous, elles font d'énormes ravages, ce qui a amené Kofi Annan à les qualifier d'« armes de destruction massive ». Selon de récentes estimations, il y aurait quelque 640 millions d'armes légères de par le monde.

Longtemps indifférente, la communauté internationale semble avoir pris la mesure du problème. Une première conférence onusienne s'est tenue en 2001. Il reste que la partie s'annonce longue et difficile vu les multiples résistances, en particulier de la part des pays producteurs et des vendeurs. D'énormes profits sont en jeu._Ce livre didactique fait le tour de la question des armes légères, de manière synthétique et complète : depuis leur origine jusqu'aux destinataires – notamment les réseaux terroristes –, en passant par les techniques des trafiquants, les lacunes des législations et les impacts sur le terrain... Nous sommes tous concernés.

Michel Wéry est chargé de recherche au GRIP ; Bernard Adam est directeur du GRIP.

Armaments, Disarmament and International Security - Yearbook 2007 – Rapport 2007
SIPRI - Stockholm International Peace Research Institute

The Yearbook is SIPRI's annual compendium of data and analysis of developments in security and conflicts, military spending and armaments and non-proliferation, arms control and disarmament.

Le Rapport est téléchargeable sur le site.

Il existe aussi condensé en 40 pages et en 8 langues :

La version résumée en Français a été faite en collaboration avec l’Institut de Relations Internationales et Stratégiques (IRIS) - Dirigé par Pascal Boniface, depuis sa création en 1990.

La version résumée en Allemand a été faite en collaboration avec

Das Institut für Friedenspädagogik Tübingen e.V. hat sich seit

seiner Gründung im Jahr 1976 (damals unter dem Namen

Verein für Friedenspädagogik Tübingen e.V.) als

friedenspädagogische Servicestelle bundesweit etabliert.

Trafic d’armes
Laurent Léger
Flammarion Collection Enquête
09 2006

Cette enquête montre que les trafics d'armes s'effectuent sous les yeux des dirigeants des pays démocratiques. Elle révèle l'ampleur des connexions entre les trafiquants et les services officiels.

La guerre est-elle une bonne affaire ?
Jacques Fontanel, Gabriel Galice, Mayeul Kauffmann, Claude Serfati
Dernier Cahier n°6 du GrIPI / diffusé par L’Harmattan
Février 2008

Pour répondre à cette question, les auteurs de ce livre étudient les imbrications du commerce des armes, des conflits armés et des intérêts économiques, politiques et financiers. Les analysées présentées convergent dans leur dénonciation du Pouvoir qui, lorsqu'il est mal encadré, conduit à la guerre.

Alors que le développement des échanges commerciaux est traditionnellement considéré comme facteur de paix, la mondialisation et l’avènement d’une économie globale s’accompagnent aujourd’hui de conflits régionaux sanglants et d’une montée générale de l’insécurité. Les analyses présentées convergent dans leur dénonciation du Pouvoir qui, lorsqu’il est mal encadré, conduit à la guerre. Le pouvoir économique (pouvoir d’accumuler), le pouvoir politique (l’accumulation de pouvoir) et le pouvoir militaire (la concentration de forces et d’armes), sont tour à tour analysés. Le commerce a certainement besoin de la paix pour se développer mais l’accumulation de pouvoir qu’il entraîne, comme celui du complexe militaro-industriel des Etats-Unis, peut finalement conduire à la guerre.

Dictionnaire de géographie militaire
Paul-David Régnier
Editions CNRS
02 2008

Pourquoi les terroristes préfèrent-ils les aéroports aux ports ? Comment attaque-t-on un désert ? Quel est l’impact stratégique d’une opération humanitaire ? Comment défend-on un site nucléaire ? Les géographes sont-ils des espions ?

En associant les spécificités de la guerre moderne à la complexité des territoires et à la diversité des lieux, ce dictionnaire revient sur des notions fondamentales – blocus, frontière, guérilla, lutte anti-drogue, espaces aériens – en les revisitant.

Nourri d’exemples tirés des conflits les plus récents, il annonce le retour en France d’une discipline en pleine expansion outre-Atlantique : la géographie militaire.

Agenda

Les sentinelles meurtries - Jane Evelyn Atwood
Maison Robert Doisneau Gentilly / France
15 mai au 3 août 2008

Dans ces guerres, les ennemis se rencontrent moins fréquemment face à face. Ils meurent en marchant, alors qu’autour d’eux tout est désert et silencieux. La mort les prend à la dérobée, elle les guette tapie sous le sable, sous une pierre, sous une touffe d’épines noires. La terre était autrefois la source de vie, un grenier à blé, quelque chose de désirable. Aujourd’hui, dans ces régions, l’homme la regarde d’un air soupçonneux, méfiant, avec crainte et horreur.

( Extrait du livre de Ryszard Kapuscinski, D’une guerre l’autre, Flammarion éditeur, Paris, 1988)

De 2000 à 2003, Jane Evelyn Atwood, en collaboration avec Handicap International, a rencontré, photographié et recueilli les témoignages de victimes de mines antipersonnel (interdites depuis 1997) au Cambodge, au Mozambique, au Kosovo, en Angola et en Afghanistan.

Quatre-vingts photographies en noir et blanc, portraits d’hommes, de femmes et d’enfants au destin brisé, racontent la violence de ces armes et les conditions de vie des victimes mais aussi les aides et le soutien qu’elles reçoivent.

Jane Evelyn Atwood photographie la guerre après la guerre, quand les armes se sont tues mais que, d'autres plus sournoises continuent de frapper.