LE COMMERCE DES ESPÈCES MENACÉES 1/2 Cette émission a été diffusée la première fois en octobre 2013

Lectures

Les animaux sont-ils bêtes ?
Alain Leygonie
Klincksieck
01/2011

Présentation de l'ouvrage
Il y a un mystère animal dont le moindre mérite n'est pas de résister à la pensée : s'agissant de la question animale, le propos des philosophes, aussi grands soient-ils, est en général affligeant. Devant la bête silencieuse, profonde, énigmatique, le discours philosophique (et même scientifique), enlisé dans l'humain, se déprécie et se mord la queue : on croit parler de l'animal, c'est encore et toujours de l'homme qu'il s'agit. Chassez l'humain, il revient au galop... Rétablir l'animal dans sa dignité ontologique, s'étonner du mépris dans lequel il est tenu au nom de l'Intelligence, dénoncer la bêtise des opinions communes engraissées à la Raison, chasser la honte des origines, telle est l'ambition de cet essai qui combine la réflexion, l'anecdote et le récit métaphorique, pour tenter de rompre le douloureux "silence des bêtes".

À propos de l'auteur
Alain Leygonie est l'auteur de romans, récits et biographies et de ce seul essai. Il en a fait une lecture à l'Institut français de Stuttgart le 21 octobre 2013.

Regulating the world's wildlife trade

CITES
2013

La Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d'extinction (en anglais Convention on International Trade of Endangered Species, CITES) est un accord intergouvernemental signé le 3 mars 1973, à Washington. Il est aussi appelé Convention de Washington.

La brochure Regulating the world's wildlife trade a été préparée pour le quarantième anniversaire de la Convention. Parmi les publications, relevons la Liste des espèces CITES – 2011, uniquement sur CDRom, compilée par le PNUE-WCMC. Le site de CITES propose, parmi de nombreuses ressources, le rapport de la première réunion mondiale des Réseaux de lutte contre la fraude liée aux espèces sauvages, qui a eu lieu en mars 2013. CITES signale que l'Organisation mondiale des douanes a publié le premier numéro de son rapport annuel sur le commerce illicite, et consacre quelques pages sur le commerce illégal des espèces sauvages.

Switching Channels : wildlife trade routes into Europe and the UK
Dee Cook, Martin Roberts, Jason Lowther
Godalming : WWF-UK
2002

Cette étude a été commandée par TRAFFIC et par le WWF du Royaume-Uni.

Le document est téléchargeable sur le site : http://www.wwf.org.uk/search_results.cfm?searchText=Dee+Cook%2C+Martin+Roberts%2C+Jason+Lowther

La France et la biodiversité
UICN France
2005

Présentation de l'ouvrage
La France a un patrimoine très riche mais menacé. Elle est le seul pays présent dans cinq des trente-quatre "points chauds" de la biodiversité mondiale : Méditerranée, Caraïbes, océan Indien, Polynésie et Nouvelle-Calédonie. Elle possède le deuxième domaine maritime au monde avec 10 % des récifs coralliens et lagons. Au total, la France abrite plus d’espèces que toute l’Europe continentale, mais elle est au huitième rang mondial pour le nombre d’espèces animales et végétales menacées, selon la Liste rouge de l’UICN. Le rapport "La France et la biodiversité" est téléchargeable ici.

Créé en 1992, le Comité français de l’UICN est le réseau des organismes et des experts de l’Union internationale pour la conservation de la nature en France. Il regroupe au sein d’un partenariat original deux ministères, treize organismes publics, 41 organisations non gouvernementales et plus de 250 experts réunis en commissions spécialisées et en groupes de travail thématiques.
Le Comité français de l’UICN publie de nombreux documents pour développer l’état des lieux, la réflexion et la prise de conscience sur la biodiversité.
Les Listes rouges fondées sur les catégories et les critères de l’UICN fournissent un bilan objectif du degré de menace pesant sur les espèces, en France et dans le monde.

 

La peau de l'ours - Le livre noir du trafic d'animaux
Sylvain Auffret, Stéphane Quéré,
Nouveau Monde
05/2012

Présentation de l'ouvrage
Représentant une part considérable du trafic mondial, le commerce illégal d'animaux est cependant méconnu en France. Dissimulé au milieu du commerce légal, il est un véritable business dont l'organisation n'est pas sans rappeler celle du trafic de drogue : du particulier allant se fournir dans un pays exotique pour sa consommation personnelle au grossiste utilisant des faux papiers, corrompant des agents publics, des éleveurs.
Des poissons d'appartement aux nouveaux animaux de compagnie en passant par le braconnage d'animaux sauvages, les auteurs nous font découvrir les arcanes de ce commerce, les risques de disparition de certaines espèces traquées pour d'illusoires bienfaits médicaux (poudre de corne de rhinocéros, bile d'ours) ou pour assouvir la passion des collectionneurs. Les auteurs montrent le rôle des mafias, notamment chinoise et japonaise, dans ce commerce illicite, ainsi que l'implication de filières parfois communes aux trafics d'humains et de stupéfiants.
Une enquête sans précédent qui donne la parole aux douaniers, policiers, éleveurs et autres professionnels du monde animal.

À propos des auteurs
• Sylvain Auffret est journaliste indépendant, spécialisé dans les affaires criminelles.
• Stéphane Quéré est diplômé de l'Institut de criminologie, chercheur à l'université de Paris II sur le thème des menaces criminelles contemporaines et auteur de Planète mafias, La 'Ndrangheta (éditions La Manufacture de livres) et il est le coauteur du " Que Sais-Je ? " sur Le crime organisé avec Xavier Raufer. Stéphane Quéré est animateur du site CrimOrg.com spécialisé dans l'actualité du crime organisé et des trafics illicites.

La sixième extinction - Évolution et catastrophes
Richard Leakey, Roger Lewin, traduction de Vincent Fleury
Flammarion
02/2011

Présentation de l'éditeur
L'histoire de la Terre est ponctuée d'extinctions de masse qui, par cinq fois, ont détruit jusqu'à 95 % des espèces vivantes. L'hypothèse la plus répandue attribue ces catastrophes naturelles à la collision d'un astéroïde avec notre planète ; en outre, ces extinctions ne sont plus assimilées à des trous noirs de l'évolution car elles ont provoqué, à terme, des sursauts d'inventivité de la vie. Mais qui en réchappe ? Les scientifiques ont revu la thèse darwinienne de la sélection naturelle par le niveau d'adaptation des espèces à leur environnement : les mammifères n'étaient pas mieux adaptés que les dinosaures qu'ils ont remplacés à la fin du Crétacé. Chaîne du vivant en dents de scie, sauts qualitatifs d'une espèce à celle qui lui succède, part de l'aléatoire dans la sélection naturelle : telle est la révolution scientifique qu'évoquent Richard Leakey et Roger Lewin. Mais, avec cette histoire de la complexité croissante de la vie, ils nous invitent à une prise de conscience : au moment où la croissance démographique et l'exploitation frénétique des ressources naturelles risquent de provoquer la sixième extinction de masse, ils nous rappellent que l'aptitude proprement humaine à admirer la nature devrait avoir pour corollaire le souci d'en protéger la diversité, fruit de quatre milliards d'années.

À propos des auteurs
• Paléoanthropologue de renommée internationale Richard Leakey est né et vit au Kenya où il a été directeur des parcs nationaux. Il est notamment l'auteur de Wildlife. Mon combat pour sauver les trésors naturels de l'Afrique (Albin Michel, 2005) et de L'origine de l'humanité (Hachette, 2000).
• Roger Lewin est un écrivain scientifique britannique primé. Il est l'auteur de vingt livres et membre du Complexity Research Group de la London School of Economics. Dans son texte The Reality of Complexity, il développe les effets que la complexité peut avoir dans le monde de l'entreprise.

Le réseau Intelligence de la complexité est européen.

Ces animaux qu'on assassine - Trafics, mafias, massacres
Louis Bériot
Le Cherche-Midi
01/2012

Présentation de l'éditeur
En enquêtant au cours des deux dernières années sur la disparition du tigre, Louis Bériot nous apprend que le braconnage et le trafic de ce félin mythique sont l'arbre qui cache la forêt des prédations humaines contre la faune sauvage. Derrière Ces animaux qu'on assassine, c'est la planète tout entière qui est mise à mal : ses forêts, ses océans, ses barrières de corail, ses fleuves, ses lacs...
L'auteur révèle que l'épicentre du trafic se situe en Asie, et que les grandes mafias du monde ont désormais supplanté les petits braconniers qui tuaient pour survivre. Leurs pièges rudimentaires ont été remplacés par des guerriers équipés d'hélicoptères, de kalachnikovs et de GPS. Un exemple : il y a dix ans, une demi-douzaine d'éléphants étaient massacrés chaque jour en Afrique pour leur ivoire ; en 2011, ce chiffre dépassait la centaine.
Peu surveillé, diffus, très rémunérateur et rarement sanctionné, le trafic des animaux est maintenant démultiplié par les ventes sur Internet. Il est considéré aujourd'hui par les instances internationales comme la principale activité criminelle devant celles des drogues, des armes et des humains. L'auteur dénonce aussi la responsabilité des nations sur tous les continents. Il décrit aussi les combats courageux, et souvent dangereux, de centaines d'ONG pour enrayer ce fléau.

À propos de l'auteur
Connu pour ses enquêtes dérangeantes comme Le bazar de la solidarité ou Abus de biens publics, Louis Bériot passe, cette fois, la planète au crible. Il est également l'auteur de vingt-deux romans, essais et documents, dont plusieurs sur l'écologie.

Requins - De la préhistoire à nos jours
Gilles Cuny, avec les illustrations de Alain Bénéteau et une préface de Philippe Janvier
Belin
08/2013

Présentation de l'éditeur
Les requins ? Ils sont presque à égalité avec les dinosaures dans l'imaginaire collectif. C'est l'histoire de ces animaux que cet ouvrage illustré de près de 200 reconstitutions et photographies propose de découvrir. Une histoire longue, puisque cela fait plus de 450 millions d'années que les requins existent. Une histoire qui nous conduit à découvrir des monstres du passé dont certains tutoyaient les 20 mètres de long. Une histoire qui nous invite aussi à réviser certaines idées reçues : non, les requins ne sont pas des sortes de fossiles vivants qui auraient traversé les âges sans changement. Et non, les requins ne sont pas tous des monstres sanguinaires. Ainsi, certains requins fossiles étaient dépourvus de dents !

À propos des auteurs
• Chercheur français à l'université de Copenhague (Danemark), Gilles Cuny est l'un des plus grands spécialistes mondiaux des requins.
Alain Bénéteau est un paléoillustrateur dont la réputation n'est plus à faire, en France et ailleurs.
Philippe Janvier est paléontologue.

Requins - Au-delà du malentendu
Robert Calcagno, avec une préface d'Albert II de Monaco
05/2013

Présentation de l'éditeur
L'Institut océanographique propose de laisser à quai préjugés et malentendus, et de partir à ta découverte de la grande famille des requins. Pour comprendre comment ces grands prédateurs sont loin d'être les "mangeurs d'hommes" que le cinéma nous a présentés, pour découvrir qu'aujourd'hui c'est en fait l'homme qui a décimé leurs populations, et pour apprécier le rôle essentiel que jouent les requins dans l'équilibre et la santé des océans.
Au-delà des requins, ce livre interroge la relation de l'homme à la mer, au milieu naturel et aux animaux sauvages. Quel espace sommes-nous aujourd'hui prêts à laisser à la nature, alors que nous nous emparons des océans comme nous l'avons déjà fait des continents ?

À propos de l'auteur
Robert Calcagno est directeur général de l'Institut océanographique/Fondation Albert I, Prince de Monaco. Il pilote à ce titre le Musée océanographique de Monaco et la Maison des océans, à Paris. Il anime régulièrement des rencontres internationales sur ces thèmes, et s'exprime souvent en faveur des aires marines protégées (AMP), de la préservation des grands fonds marins ou encore de la sauvegarde des requins.

Le grand requin blanc - Du mythe à la réalité
Patrice Héraud et Alexandrine Civard-Racinais, préface de Maud Fontenoy
Glénat
09/2011

Présentation de l'ouvrage
Coupable du délit de "squale gueule", le grand requin blanc est en train de s'éteindre, dans une indifférence quasi-générale. Surnommé la "mort blanche", il traîne toujours dans son sillage une réputation de tueur en série. Pourtant, les rares biologistes marins qui s'intéressent à son cas esquissent peu à peu les contours d'un portrait plus flatteur. Véritable merveille de l'évolution, le grand requin blanc est un animal exceptionnel, parfaitement adapté à son environnement.
Aussi est-il urgent de poser un nouveau regard sur le grand blanc. Pendant plus de dix ans, Patrice Héraud est allé à sa rencontre dans les eaux australiennes. Il en rapporte des images remarquables, toutes réalisées en milieu naturel, dans des conditions de prise de vue souvent difficiles. Cet ouvrage est le fruit de ce travail de longue haleine et de sa collaboration avec Alexandrine Civard-Racinais, qui propose un tour d'horizon des connaissances les plus récentes sur le grand blanc, acquises notamment grâce au suivi scientifique de Ticka, Jammie, Jonny, Biscotto... Et la réalité s'avère plus saisissante encore que le mythe.

À propos des auteurs
• Photographe professionnel et instructeur de plongée, Patrice Héraud est aussi président fondateur de l'association SOS Grand Blanc.
• Auteure et vulgarisatrice scientifique, Alexandrine Civard-Racinais a codirigé chez Fayard l'ouvrage Aux origines de l'environnement, et rédigé chez ce même éditeur le Dictionnaire horrifié de la souffrance animale, livre qui a pour exergue la sentence de Victor Hugo : « L'enfer n'existe pas pour les animaux, ils y sont déjà. »

Les derniers rhinocéros - Les aventures extraordinaires d'un homme qui voulait sauver une espèce
Lawrence Anthony Graham Spence, traduction de Jane Martin
Éditions Les 3 génies
10/2012

Présentation de l'éditeur
La vie dans la réserve de Thula Thula n'est jamais morne, entre les cobras cracheurs qui s'en prennent aux rangers et le troupeau d'éléphants au comportement imprévisible avec lesquels Lawrence Anthony, environnementaliste réputé et propriétaire des lieux, entretient une relation si particulière (voir L'homme qui murmurait à l'oreille des éléphants). Il y a aussi Heidi, le jeune rhinocéros orphelin, le préféré des invités et du personnel de la réserve. Quand Heidi est brutalement assassinée pour voler sa corne, Lawrence Anthony se met en tête de poursuivre les braconniers. Il s'embarque alors dans une aventure extraordinaire qui le mène au Congo pour sauver les derniers rhinocéros blancs du Nord, en voie d'extinction. Alors que les efforts diplomatiques échouent, Lawrence décide de se rendre dans les zones de combat, là où vivent les rhinocéros, et de traiter directement avec les rebelles de la redoutable Armée de résistance du seigneur.
Réchappera-t-il à ce qui constitue sa plus dangereuse aventure à ce jour ? Les rhinocéros et les animaux de Thula Thula vont-ils survivre aux multiples dangers qui les guettent ? Lawrence Anthony, environnementaliste et écrivain réputé, ne recule devant aucun obstacle quand il s'agit de sauver des animaux (voir L'Arche de Babylone, l'incroyable sauvetage du zoo de Bagdad). Ce nouveau livre nous plonge au coeur de l'Afrique, là où les hommes blancs ne vont jamais.
Tout est vrai dans ce formidable récit qui vous transportera dans un monde de sorciers, de soldats rebelles, de politiciens véreux et d'hommes au grand coeur et au courage sans faille, prêts à risquer leur vie pour sauver les animaux en danger.

À propos de l'auteur
Lawrence Anthony est un célèbre défenseur de la nature. C'est aussi un aventurier, membre du club des explorateurs de New York et un écrivain. Il est le fondateur de The Earth Organization et de la Fondation Lawrence Anthony pour la protection des rhinocéros. Il est l'auteur de deux autres ouvrages consacrés à ses aventures auprès des animaux qui sont devenus des succès mondiaux. Le premier livre, L'Arche de Babylone, l'incroyable sauvetage du zoo de Bagdad, a obtenu le prix 30 Millions d'Amis, le "Goncourt animalier" décerné chaque année au meilleur livre consacré aux animaux. Le second ouvrage, L'Homme qui murmurait à l'oreille des éléphants, connaît encore un grand succès international. Tous deux édités chez Les 3 génies.

La condition animale, plaidoyer pour un statut de l'animal
Laurianne d'Este, avec une préface de Allain Bougrain –Dubourg
Le Sang de la Terre
2006

Présentation de l'éditeur
Ce livre se veut une défense de l'animal par rapport à son actuel statut hérité du code Napoléon (1804). Malgré les conquêtes sur le plan législatif et juridique de ces dernières années, jamais la condition animale n'a été aussi malmenée : transport, trafic, maltraitance, expérimentation et industrialisation de l'animal... L'animal est réifié, nié alors que le traité d'Amsterdam le reconnaît comme "être sensible". Cette contradiction même rend la loi le plus souvent inapplicable en matière de justice. Notre propos a été de démontrer que l'anthropocentrisme et l'anthropomorphisme ont, pendant des siècles, présidé au destin de l'animal, que le rationalisme du XVIIe siècle a imposé avec Descartes l'animal-machine qui a permis tous les crimes commis à l'encontre de la vie animale, notamment l'expérimentation animale et certaines traditions d'une cruauté injustifiable. Cet ouvrage fait aussi le point juridique sur la condition animale et sur les propositions de révision du code civil proposées par le rapport Antoine.

À propos de l'auteure
Une présentation de Laurianne d'Este et de ses travaux sur son site personnel.
Le site français Code Animal se fait le relais de le mouvement intellectuel et éthique auquel elle appartient.

Agenda

Sebastião Salgado : Genesis
La Maison européenne de la photographie (MEP), Paris, France
du 25 septembre 2013 au 5 janvier 2014

L'exposition

Genesis est un travail photographique de longue haleine, dans la lignée des précédents projets à long terme faits par Sebastião Salgado (" La main de l’homme", " Exodes").
Sur le thème de la grande beauté de la planète et de la nature, de ce qu’il en reste encore, à côté des nombreuses destructions causées par les activités humaines, le photographe tente d’en faire le portrait, de montrer la beauté et la grandeur encore intouchées : les paysages, la vie animale et les communautés humaines qui continuent à vivre selon de très anciennes cultures et traditions.
"Il s’agit de voir, de s’émerveiller et de comprendre la nécessité de préserver tout cela et enfin, d’inspirer à l’action pour cette préservation."
La série des reportages a commencé en 2004 et s'est terminée en 2012.
Signalons que le projet Genesis fut réalisé avec le soutien de Christensen Fund, de Susan et Mark Buell aux États-Unis  et plus spécialement de la Companhia Vale do Rio Doce au Brésil.
Stephen Corry, directeur de Survival International, déclarait à propos de cette exposition : "Dans son inventaire des territoires encore préservés par le monde moderne, Salgado célèbre la foisonnante diversité de l’humanité à travers ses clichés des peuples indigènes contemporains. Malheureusement, la plupart d’entre eux sont victimes de telles persécutions que leur existence-même est menacée. Il est à espérer que cette exposition incitera le grand public qui la visitera à prendre conscience de leur situation critique et à s’impliquer pour la reconnaissance de leurs droits."
Genesis est l'occasion pour Survival International de mettre en lumière dans une page dédiée la situation de certains des peuples qui y sont représentés dont les voix n'ont que peu d'écho dans les politiques nationales et dont le silence est étouffé dans la cacophonie mondiale.

À propos des auteurs

• Sebastião Salgado est né le 8 février 1944 à Aimorés, État du Minas Gerais, Brésil. Il commence sa carrière de photographe à Paris en 1973, et travaille successivement avec les agences Sygma, Gamma et Magnum Photos jusqu’en 1994. Il voyage dans plus de cent pays pour ses projets photographiques qui, au-delà de nombreuses publications dans la presse, furent ensuite pour la plupart présentés dans les livres tels que Autres Amériques (1986), Sahel, l’homme en détresse (1986), La main de l’homme (1993), Terra (1997), Exodes et Les enfants de l’exode (2000) et Africa (2007). Des expositions itinérantes de ces travaux ont été et continuent d’être présentées à travers le monde.
Sebastião Salgado a reçu de nombreux prix, il est Ambassadeur de bonne volonté pour l’UNICEF et membre honoraire de l'Académie des arts et des sciences des États-Unis.
La Bibliothèque nationale de France lui consacre un dossier et une exposition virtuelle intitulée "Territoires et vies".

• Lélia Deluiz Wanick et Sebastião Ribeiro Salgado fondent en 1994 l'agence photographique Amazonas Images qui permet de retrouver l'ensemble des travaux et des publications du photographe. Ensemble, Sebastião et Lélia travaillent depuis les années 1990 à la récupération de l'environnement d'une petite partie de la forêt Atlantique au Brésil. Ils ont rendu à la nature une parcelle de terre qu’ils possédaient et en 1998 ont transformé cette terre en une réserve naturelle et ont créé Instituto Terra qui a pour mission la reforestation et l’éducation environnementale.

Across the ravaged Land


Présentation de l'exposition

Les photos panoramiques d'animaux et de paysages de Nick Brandt constituent une vision épique de l'Afrique sans précédent. La majesté de ses portraits iconiques d'animaux témoigne d'une attention habituellement réservée aux êtres humains… Brandt dresse le portrait d'une Afrique mythique qui se bat tragiquement contre des forces implacables. Dans quelques années, en regardant ces clichés impressionnants, nous nous demanderons pourquoi l'humanité n'a pas fait davantage pour préserver ce coin de paradis terrestre.

Les photographies de l'artiste, assemblées sous l'intitulé "Across the ravaged Land" sont exposées par différentes galeries en Europe jusqu'au début de l'hiver.
- À Paris : A Galerie, du 15 octobre au 7 décembre 2013.
- À Berlin : Camerawork Gallery, du 18 octobre au 07 janvier 2014.
- À Londres : Atlas Gallery, du 21 octobre au 10 novembre 2013.
- À Bruxelles : Young Gallery, du 23 octobre au 8 janvier 2014.

Lors de la parution de son premier ouvrage, "On This Earth", les critiques ont acclamé les talents de photographe de Nick Brandt. Le philosophe Peter Singer explique en quoi les photographies de Brandt font écho, chez les êtres humains, à une conscience morale de plus en plus aiguë concernant la façon de traiter les animaux. L'éminente critique Vicki Goldberg donne à l'œuvre de Brandt la place qui lui revient dans l'histoire de la photographie. Brandt lui-même nous offre un récit captivant des expériences qu'il a vécues sur le continent africain en photographiant les animaux.

"L'Afrique au crépuscule" (Éditions La Martinière, 2009) montre en cinquante-huit planches géantes en trichromie l'ambitieux projet de l'auteur d'immortaliser la grandeur naturelle de l'Afrique orientale et les marques de sa disparition. Les textes de Peter Singer et Vicki Golberg y sont repris et traduits. La même maison d'édition propose, en octobre 2013, le livre des photos qui font l'objet des expositions actuelles : "Chronique d'une terre dévastée" .

Le site de Nick Brandt

Ashes and Snow
Musée nomade

Présentation de l'exposition

« Quand je me suis lancé dans Ashes and Snow en 1992, je voulais explorer les relations entre les hommes et les bêtes de l’intérieur vers l’extérieur. En découvrant un langage partagé et des sensibilités poétiques communes à toutes les espèces animales, je travaille à restaurer le lien qui existait quand l’homme vivait en harmonie avec les animauxToutes les cultures, des Égyptiens aux Mayas en passant par les Indiens d’Amérique et les Bédouins ont créé des bestiaires qui leur permettaient d’exprimer leur rapport à la nature. Ashes and Snow est un bestiaire du XXIe siècle, composé d’animaux du monde entier. L’orchestre de la nature ne compte pas que l’Homo sapiens mais l’éléphant, la baleine, le lamantin, l’aigle, le guépard, l’orang-outan, et bien d’autres. » Grégory Colbert

Ashes and Snow, de l'artiste canadien Gregory Colbert, explore les sensibilités poétiques communes des hommes et des bêtes. Ce travail, qui demanda quarante expéditions sur seize années, se présente comme une installation d’œuvres photographiques, cinématographiques et d'un récit épistolaire qui voyage dans le Nomadic Museum, une structure temporaire construite spécialement pour l'exposition. L'exposition Ashes and Snow, "la plus grande de l'histoire de l'Europe", a commencé à Venise, le 9 avril 2002, puis a migré à New York en 2005, à Santa Monica en 2006, Tokyo en 2007 et à Mexico en 2008. En juillet 2009, Ashes and Snow avait été vue par plus de dix millions de personnes, devenant ainsi l'exposition d'un artiste vivant la plus visitée de l'histoire de l'art.

Si le site de Gregory Colbert est d'une rare qualité technique, généreuse et poétique, Il a pu créé avec le Rolex Institute un site interactif (qui fonctionne sur le téphone portable) qui fait découvrir délicatement son codex.