LES CARTES DE CASSINI - UNE ÉPOPÉE CARTOGRAPHIQUE Cette émission a été diffusée la première fois en mars 2011

Lectures

Villes de France - Cartes, plans et vues historiques
Jean-Yves Sarazin
Assouline
11/2007

Quoi de mieux pour connaître une ville que de plonger au cœur de ses artères ? Ceux qui rêvent de douceur et de sérénité dans des métropoles dominées par le bruit et la fureur, l'agitation et le tumulte, prendront plaisir à parcourir les images et les textes de ce beau livre sur les villes de France.

La vue d'une agréable perspective peut suffire à atténuer la mélancolie. Pour s'évader du quotidien, les panoramas urbains ne le cèdent en rien aux paysages champêtres. Le regard emprunte un parcours étonnant depuis la façade atlantique avec la triade Brest, Bordeaux, Nantes ; de là, il oblique vers la capitale de la Lorraine, Nancy ; il poursuit vers la cité du soleil, Montpellier ; il remonte d'un trait vers la Ville lumière, Paris ; puis il se pose tout à coup sur deux métropoles situées sur les marges de la France : l'une au nord, Strasbourg,  et l'autre au sud, Marseille. Au final, l'auteur laisse découvrir l'ancienne capitale des Gaules, Lyon, et la ville rose, Toulouse.

L'écriture de ce livre par un grand spécialiste de l'histoire des cartes s'appuie sur une sélection de documents rares, du XVe siècle à nos jours, de dix grandes métropoles de France parmi des centaines de vues ou de plans manuscrits, gravés et lithographiés, qui ont été produits entre 1493 et 1945 (Bordeaux, Brest, Lyon, Marseille, Montpellier, Nancy, Nantes, Paris, Strasbourg et Toulouse).

À propos de l'auteur

Directeur du département des cartes et plans de la Bibliothèque nationale de France. Il est membre-conseiller du conseil d'administration de la Société de géographie, membre de la Commission nationale de toponymie et de la section Géographie et environnement du CTHS.

Il est l'auteur de "Rêves de capitale : Paris et ses plans d'embellissement" (BNF, 2003) et du livre catalogue "Paris des lumières" (RMN, 2005).

 

Cartographie de la France et du monde, de la Renaissance au Siècle des lumières
Monique Pelletier
BNF - Collection : Conférences Léopold Delisle
01/2002

Les quatre textes publiés dans ce volume concernent deux périodes importantes pour la cartographie française, la Renaissance et le Siècle des lumières, qui ont posé des règles pour la mesure et la description du territoire.

Ces deux activités ont été pratiquées par des hommes de formations diverses (mathématiciens, ingénieurs, peintres, géographes) dont les talents étaient parfois concurrents et souvent complémentaires. Les uns ont proposé des méthodes dans le cadre de prestigieuses institutions comme le Collège royal (actuel Collège de France), l'Académie des sciences ou l'Académie de marine. D'autres étaient plus directement confrontés au terrain qu'ils devaient décrire pour différentes catégories d'usagers : juges, administrateurs, militaires, navigateurs, historiens, etc.

Toutefois les uns et les autres ont œuvré, directement ou indirectement, pour le pouvoir royal, maître non seulement de la cartographie de la France, mais encore de la description du monde. Certes, le contrôle exercé par ce pouvoir et l'intérêt manifesté par les rois et leurs ministres ont pu favoriser les progrès de la cartographie et encourager la publication de documents illustrant les actions glorieuses du monarque et la grandeur de la France, mais ils ont aussi restreint la diffusion de certaines cartes dont l'importance stratégique était évidente.

Même s'ils ne sont pas toujours apparents, les objectifs poursuivis par les cartographes et le mode d'utilisation de leurs productions sont toujours pris en considération dans ces quatre études, et ce indépendamment de la date de production des documents.

À propos de l'auteur

Directrice du département des cartes et plans de la BNF, de 1977 à 1999, et présidente de la section des sciences géographiques et de l'environnement du Comité des travaux historiques et scientifiques, Monique Pelletier continue ses recherches sur l'histoire de la cartographie.

Elle a étudié les grands globes de Vincenzo Coronelli, construits pour Louis XIV, et la cartographie française du XVIIIe siècle autour des travaux de la famille Cassini. Elle s'intéresse actuellement aux globes et cartes du monde de Martin Waldseemüller, membre du célèbre Gymnase vosgien, et aux cartes de France de la Renaissance. Elle a notamment publié : "La Carte de Cassini" (Paris, Presses de l'Ecole nationale des ponts et chaussées, 1990) ; "Portraits de la France : les cartes témoins de l'histoire" (Paris, Hachette/BNF, 1995) et plusieurs catalogues d'exposition.

Une sélection de ses articles vient d'être éditée : "Tours et contours de la Terre" (Paris, Presses de l'Ecole nationale des ponts et chaussées, 1999).

 

Dessiner le monde - Atlas de la cartographie du XIVe siècle à 1914
Chris Schüler
Place des Victoires
12/2010

Comment et quand avons-nous compris notre planète ? Les quelque trois cents cartes, les plus belles et significatives de la collection exceptionnelle de la Royal Geographical Society, nous montrent comment l'homme a imaginé, puis cerné le monde, de mieux en mieux.

Tous les peuples, à tout moment de l'histoire de l'humanité, ont cherché à se repérer pour se déplacer. L'émouvante carte mélanésienne schématisant le Pacifique nous rappelle le courage de ces marins capables de parcourir des milliers de kilomètres sur des coquilles de noix, sans autres repères que la taille des vagues, le sens des vents et des courants. Les cartes arabes, chinoises ou japonaises nous étonnent par leurs conceptions, étrangères aux projections occidentales. À partir de la Renaissance, les cartes se vendent à prix d'or, promesses de découvertes fructueuses, de métaux et pierres précieux, mais aussi de sécurité de navigation.

Si les cartes « nous permettent de voyager en restant au chaud, chez soi », ce livre nous entraîne dans la peau et les songes des aventuriers comme Stanley qui cartographie une partie de l'Afrique et trouve les sources du Nil.

Journaliste et écrivain, Chris Schüler est né à Londres.

Il a fait ses études à Oxford, au Pembroke College. Il est le co-auteur du "Traveller's Atlas". Il est l'éditeur de nombreux atlas thématiques et guides de voyages. Il a écrit, entre autres, pour "The Financial Times" et "The New Statesman".

 

 

 

Les plans de Paris - Des origines (1493) à la fin du XVIIIe siècle
Jean Boutier, avec la collaboration de Jean-Yves Sarazin et Marine Sibille
BNF
04/2007

"Les plans de Paris des origines (1493) à la fin du XVIIIe siècle" réunit pour la première fois 372 familles de documents cartographiques (1493-1800).

Ce catalogue collectif est un musée imaginaire de la cartographie parisienne ancienne, où sont décrits près de 3 000 plans ou vues conservés dans quelques 140 établissements parisiens, français et étrangers. Si la plus grande partie des documents se trouve à Paris même, dans les départements de la Bibliothèque nationale de France, aux Archives nationales et à la Bibliothèque historique de la Ville de Paris, des éditions originales inconnues en France ont été retrouvées et identifiées dans des cartothèques italiennes, espagnoles, anglaises, néerlandaises, belges, suédoises, allemandes, suisses et nord-américaines...

Conçue à l'origine pour remplacer le très utile "Catalogue des plans de Paris et de l'Ile-de-France" publié en 1908 par Léon Vallée, l'œuvre de Jean Boutier, qui a nécessité vingt années de travail, l'a dépassé tant elle est riche en découvertes et analyses. L'auteur donne à lire deux livres en un : une introduction – premier essai d'ensemble sur les cartographies de Paris –, suivie du catalogue et d'une bibliographie générale sur la cartographie urbaine ancienne à l'échelle de la planète.

Les plans et les vues sont classés selon l'ordre chronologique de leur première édition. L'auteur s'est efforcé de décrire les pièces, de les dater, de les localiser, de présenter la bibliographie qui leur correspond ; 350 d'entre elles – la quasi-totalité – sont reproduites. Sept index facilitent la consultation de l'ouvrage : noms de personnes, titres, thèmes, plans datés, ouvrages renfermant des plans, lieux d'édition, lieux de conservation.

Édition revue et augmentée.

 

Cassini - le DVD

CDIP/IGN
01/2011

C'est à l'initiative de Louis XV, impressionné par le travail cartographique réalisé en Flandre, qu'est levée la première carte géométrique du Royaume de France.

Les 181 feuilles de la carte de Cassini, numérisées en haute qualité par le CDIP, sont disponibles sur DVD ou en téléchargement. La carte est accompagnée du logiciel de visualisation et de localisation des communes, spécialement étudié pour consulter la carte de Cassini. Tous les outils indispensables sont présents dans le logiciel : navigation, zoom, impression, enregistrement…

Compatible uniquement avec PC.

La carte de Cassini est la référence pour les généalogistes, les historiens et les géographes. Retrouvez les lieux où vécurent vos ancêtres !

 

L'histoire en cartes - Il était une fois la Révolution française
Nombreuses contributions
Areion - Magazine CARTO n°4
Mars-avril 2011

Éditorial

« Le numéro 4 de CARTO contient deux dossiers : l’un, historique, consacré à la Révolution française vue à travers les cartes, l’autre aux zones franches. Une façon de mettre en relief les dynamiques spatiales tant d’épisodes historiques que de processus en cours.

La rubrique « Les grandes batailles » nous replonge dans l’histoire napoléonienne avec la bataille de Wagram en 1809, l’« Environnement » traite de l’enjeu de l’éthanol aux États-Unis et des conséquences pour la France de l’extension des zones maritimes dans le monde.

Et « Insolito Carto » décrypte la campagne de publicité entièrement cartographiée de la principauté de Monaco. ».

En ce qui concerne l’actualité, on revient notamment sur les débuts difficiles de la présidence tournante de la Hongrie à la tête de l’UE au premier semestre 2011, les trois ans d’indépendance du Kosovo et la polémique suscitée en France par l’éventuelle exploitation de gaz de schistes.

L’actualité africaine est marquée bien sûr par la « révolution » tunisienne et par la crise ivoirienne que les dernières élections présidentielles n’ont en rien réglée. Celle de l’Asie s’intéresse au Vietnam, aux aménagements ferroviaires entrepris par la Chine sur le toit du monde.

Dans l’actualité des Amériques : la libéralisation économique forcée de Cuba et le financement croissant de l’aide au développement par des fondations nord-américaines ont plus particulièrement retenu notre attention. Enfin, dans la rubrique Moyen-Orient, deux États assez peu médiatisés sont à l’honneur : le Qatar qui, grâce à une diplomatie particulièrement active, est en passe de devenir le principal organisateur au monde des rencontres sportives de la décennie, et le sultanat d’Oman, dont le souverain vient de fêter quarante ans de règne.

 

www.carto-presse.com/

Les carnets du paysage n° 20
Jean-Marc Besse , Jean-Luc Brisson
Actes Sud
12/2010

Cette livraison des "Carnets du paysage" a pour objectif, d'une part, de rendre compte des divers types d'utilisation que les paysagistes font ou pourraient faire de la cartographie, aussi bien dans leurs pratiques de projet que dans des approches plus « pédagogiques » qui les mettent aux prises avec des élus, des commanditaires ou des étudiants.

Mais elle cherche également à témoigner de la vitalité actuelle des recherches sur la cartographie dans des domaines aussi divers que l'histoire de l'urbanisme et des territoires, les arts visuels ou la théorie de la connaissance, entre autres.

Des recherches qui illustrent parfaitement l'extraordinaire inventivité plastique dont la cartographie a été le prétexte et le support depuis quelques années.

Et qui montrent surtout qu'il n'y a pas aujourd'hui une mais des cartographies, des pratiques cartographiques très diverses.

Toute carte instaure un monde autant qu'elle le révèle.

Elle peut conduire à la rêverie ou à l'exploration alors même qu'elle revêt les apparences les plus austères de la science. Elle signale que le réel et l'imaginaire sont des provinces parentes dans le pays de la vérité, et que les cartes d'artistes en disent tout autant sur l'imagination géographique d'une culture que les productions les plus rigoureuses de la cartographie scientifique ou que les propositions les plus audacieuses des paysagistes.

 

Atlas des peuples d'Afrique
Jean Sellier
La Découverte
10/03/2011

Avec ses cinquante-trois États, ses 1 400 langues et ses multiples conflits ethniques, l'Afrique ne cesse de surprendre par sa complexité.

L'"Atlas des peuples d'Afrique", qui comprend le Maghreb, ainsi que Madagascar et les îles occidentales de l'océan Indien, guide le lecteur dans ce labyrinthe, en mariant trois approches : un récit historique concis et complet, la présentation des principaux peuples selon des critères linguistiques et culturels et l'analyse de l'évolution politique récente, État par État.

On perçoit ainsi que la colonisation, dont sont issus la quasi-totalité des actuels États africains, n'a effacé ni le souvenir d'une histoire souvent très ancienne, ni les différences, voire les rivalités, entre peuples voisins, de l'Egypte ou de l'Ethiopie aux peuples de la forêt intertropicale, en passant par ceux du Sahel ou des savanes.

L'influence des grands empires passés – Mali, Songhaï, Kanem-Bornou, Monomotapa – ou plus au nord celle des Almoravides et des Almohades – est rappelée, ainsi que les conséquences des diffusions linguistiques et religieuses, clés de compréhension des grandes aires culturelles d'aujourd'hui.

L'"Atlas des peuples d'Afrique", vivant et accessible, est illustré de 85 cartes originales en couleurs.

De nombreux encadrés présentent des personnages, des traditions culturelles, des mouvements ou des lieux emblématiques.

Enfin, une fiche signalétique est consacrée à chaque État contemporain (population, langues, religion, drapeau, etc.).

Bel ouvrage de référence, cet atlas vient combler un manque. Il séduira aussi bien ceux qui, à la faveur d'une expérience personnelle, sont restés amoureux de l'Afrique, que les nouvelles générations curieuses de comprendre l'histoire longue de ces pays, dans le cadre de voyages mais aussi de projets professionnels ou de coopération.

Edition revue et corrigée

La voie des airs
Sous la responsabilité éditoriale de Jean Guibal, Pascal Kober et Dominique Vulliamy
Glénat/Musée Dauphinois n° L’Alpe 52
2011

Voler. Un vieux rêve, une aventure nouvelle et la volonté de "vaincre ce qui n’a ni fin, ni bord, ni fond [et] dompter le vent ", comme l’écrit Victor Hugo dans "Plein ciel". Après avoir bravé les mers et les confins de la Terre, les hommes pouvaient-ils se contenter de contempler le ciel d’en bas ? Voire depuis les plus hauts sommets, dont la conquête accompagne d’ailleurs celle de l’air ? Les aérostiers et les aviateurs des premières heures ont fait preuve d’audace, d’inventivité et de persévérance, surtout en montagne où les courants d’air font des cabrioles. Comme Ferdinand Ferber testant ses planeurs dans le Mercantour, Géo Chavez grimpant "toujours plus haut" jusqu’à franchir les Alpes, puis les pilotes osant se poser sur les glaciers ou ceux d’aujourd’hui inventant les aéronefs du futur. Sans oublier cette joyeuse communauté libertaire qui met les voiles du haut des falaises et vole à tire-d’aile presque aussi librement que les oiseaux.

À l’instar d’autres explorateurs de terres inconnues, certains ont payé ces exploits de leur vie. Ils ont surtout enrichi notre vision du monde. Car survoler la Terre, et plus encore lorsqu’il s’agit de montagnes, procure le miraculeux sentiment d’échapper à sa condition humaine. Et apporte une troisième dimension aux paysages. Dieu sait, par exemple, si les Cassini durent rêver d’un engin volant leur permettant d’embrasser les reliefs et ainsi réaliser plus facilement leur célèbre carte !

De nos jours, les avions sillonnent le ciel et n’attirent plus les foules comme jadis les meetings aériens. Pourtant, à l’instant où les roues quittent le sol, la magie commence… Croiser dans les nues, à hauteur des sommets enneigés, et voir se dérouler la houle des Alpes à ses pieds reste une expérience inoubliable. Et qu’on ne cesse de vouloir répéter ; car attention, voler peut vite devenir une drogue ! Notre prochain numéro vous parlera d’ailleurs d’autres cieux…” L'éditorial par Dominique Vulliamy, Rédactrice en chef adjointe de L'Alpe

Au dossier : Portfolio : passagers du ciel - 1784-2011 : une histoire de fous (volants) - Un chasseur alpin en pionnier de l’air - Vécu : dans le sillage de Jorge Chavez (1910-2010) - Des hippies dans l’azur - Vol au-dessus d’un nid de brebis. Et aussi : L’idole de pierre et la momie des glaces - Il y a 150 ans naissait l’Italie. Et maintenant ?

Et enfin La saga des Cassini : Cartographes, géographes et topographes de père en fils depuis la fin du XVIIe siècle jusqu’au début du XIXe, les Cassini auront dessiné le territoire de la France avec une précision inégalée jusqu’alors. Ces trésors scientifiques et artistiques sont conservés à la cartothèque de l’Institut géographique national (IGN). Nous en avons extrait de merveilleux détails alpins pour les reproductions offertes en 2011 et 2012 à nos abonnés. Par Bernard Bèzes, responsable de la cartothèque de l’IGN et Marc Duranthon, ingénieur divisionnaire des travaux géographiques et cartographiques de l’État.

Et toujours, les actualités de L’Alpe : Rencontres, beaux livres, colloques, musées, expositions, gastronomie, cinéma, etc. Toute l’actualité culturelle de l’Europe alpine, de Nice à Vienne et de Genève à Ljubljana.

Le site Internet, créé en 1998, offre 1200 pages de présentations, de compléments et d'inédits. Des traductions des résumés d’articles sont proposés en allemand, anglais et italien : www.lalpe.com/lalpe-52-la-voie-des-airs/