LES OBJECTIFS DU MILLÉNAIRE POUR LE DÉVELOPPEMENT Cette émission a été diffusée la première fois en novembre 2015

Lectures

Rapport 2015 sur les objectifs du Millénaire pour le développement
Nombreuses collaborations
Publications des Nations Unies
01/04/2014

Présentation de l’ouvrage

Les OMD ont une histoire, qui commence en 1998, rappelée de manière concise sur le site des Nations Unies.

Le 6 juillet 2015, le rapport de conclusion sur les objectifs était rendu public par M. Ban Ki-moon, le Secrétaire général des Nations Unies, lors du Forum politique de haut niveau organisé par le Conseil économique et social dont on peut lire ou voir les interventions et les débats.

Ce rapport, ainsi que les documents qui l’accompagnent sont disponibles en téléchargement.

Note de l’éditeur

Les OMD montrent que l’établissement d’objectifs a permis de sortir des millions de personnes de la pauvreté, d’accroître l’autonomie des femmes et des filles, d’améliorer la santé et le bien-être général. Mais les changements climatiques et la dégradation de l’environnement compromettent les progrès déjà réalisés. Les conflits restent la menace la plus grave pour le développement humain et l’obstacle le plus important pour la réalisation des OMD.

Et ce sont les personnes les plus pauvres et les plus vulnérables qui en souffrent le plus.

L’état du partenariat mondial pour le développement
Nombreuses collaborations
Publications des Nations Unies
01/05/2014

Présentation de l'ouvrage

Ce rapport, intitulé “L’état du partenariat mondial pour le développement”, récapitule les réussites ainsi que les difficultés rencontrées récemment dans la mise en oeuvre de l’objectif 8 des OMD.

Pour en connaître, à minima, les bénéfices, le site des Nations Unies propose un communiqué de presse. Et pour connaître les origines des "lacunes", le site a mis en ligne une courte fiche d'information du "Groupe de réflexion sur le retard pris dans la réalisation des OMD".

Le rapport, et les documents y afférents sont téléchargeables.

À propos du sujet

La 3ème Conférence internationale sur le financement du développement, organisée par le Conseil économique et social des Nations unies, s'est déroulée en Éthiopie en juillet 2015. Y ont été évalués les progrès accomplis dans la mise en œuvre du Consensus de Monterrey (2002) et de la Déclaration de Doha (2008).

La Conférence se devait aussi de se pencher sur les questions nouvelles ou naissantes, compte tenu, entre autres, des synergies entre les objectifs de financement dans les trois dimensions du développement durable –croissance économique, équité sociale et protection de l’environnement- et de la nécessité d’appuyer le programme de développement des Nations Unies pour l’après-2015. L’Assemblée générale a approuvé le Programme d’action d’Addis-Abeba sur le financement du développement, avec pour slogan "quand on veut, on peut".

Pour de nombreuses ONG, par exemple Awid qui défend le droit des femmes dans le monde et dont le site reprend une analyse de l'ONG Adéquations, ce programme et les engagements pris sont loin d'être suffisants.

Les pays riches y ont réaffirmé leur engagement datant de quarante ans : 0,7 % du produit national brut consacré à l’aide au développement alors que la moyenne de l’APD ne dépassait pas 0,3 % du PIB, soit 135 milliards de dollars en 2014.

Le News Euractiv, l'ONG Oxfam, ou encore la Coordination Sud représentée par Pascale Quivy sur le site Développement 2015, analysent le financement de la France au sein de l'Europe. Si en volume d’aide, la France figure parmi les plus grands donateurs, en pourcentage de son revenu national brut, elle ne représente que 0,36 %, loin de l’objectif de 0,70 % et affiche même la cinquième plus forte baisse (- 9,2 %) des 19 pays européens membres du CAD de l’OCDE et selon l'étude de cette même organisation, seuls le Danemark, le Luxembourg, la Norvège, la Suède et le Royaume-Uni ont respecté en 2014 l’objectif de 0,70 % fixé par l’ONU.

Un million de voix : le monde que nous voulons - Objectifs de développement durable
Nombreuses collaborations
Publications des Nations Unies
2015

Présentation de l’éditeur

Au Sommet sur le développement durable du 25 Septembre 2015, les États membres de l'ONU ont adopté un nouveau programme de développement durable, qui comprend un ensemble de 17 objectifs mondiaux pour mettre fin à la pauvreté, lutte contre les inégalités et l'injustice, et faire face au changement climatique d'ici à 2030, lien qui ne manquera pas d'être évoquer à Paris, du 30 novembre au 11 décembre, pour la 21e conférence de l’ONU sur le climat, la COP21.

À propos du sujet

En attendant d'autres documents sur ce dossier, vous pouvez lire : Un million de voix : le monde que nous voulons et Mettre en oeuvre le programme de développement pour l’après-2015.

Le site des Nations Unies précise : "Si les 17 objectifs du plan d’action entreront en vigueur le 1er janvier 2016 pour les États volontaires, le choix des moyens à mettre en œuvre pour atteindre ces objectifs reste à leur discrétion"…

Ces Objectifs de développement durable ont fait l'objet de critiques et de propositions alternatives, en cours de débats, comme l'indique l'article de Cécile Barbière "Les objectifs de développement durable sont-ils efficaces ?" pour le site européen Euractiv.

Développement durable ? - Doctrines, pratiques, évaluations
Sous la direction de Jean-Yves Martin
IRD Éditions
01/01/2002

Présentation de l’ouvrage

Petit retour en arrière : si l'environnement physique et biologique a été l'objet des discussions du Sommet de la Planète, tenu à Rio de Janeiro en 1992, le Sommet de Johannesburg d'août 2002 visait quant à lui à concilier les impératifs sociaux, économiques et environnementaux dans une nouvelle démarche : le développement durable.

Les contributions réunies dans cet ouvrage en questionnent les différents aspects.

L'ouvrage est présenté sur le site des publications de l'IRD et l'édition 2002 est consultable sur le site de la base de ressources documentaires de l'IRD ou sur OpenEdition Books.

À propos du sujet

Plus récemment, le numéro de février 2014 de la revue "Développement durable et territoires" proposait, dans le cadre d'un mini-dossier, une analyse de Jacques Theys intitulée "Le développement durable face à sa crise : un concept menacé, sous-exploité ou dépassé ?".

L’État de l’insécurité alimentaire dans le monde
Nombreuses collaborations
Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture
2015

Présentation de l’éditeur

Le rapport 2015 sur "L’état de l’insécurité alimentaire dans le monde" fait le point des progrès accomplis vers les objectifs de réduction de la faim définis au niveau international : le premier objectif du Millénaire pour le développement (OMD).

Pour la FAO les progrès sont inégaux et l'organisation fait campagne pour les nécessaires mesures sociales que nombre de pays en développement reconnaissent de manière de plus en plus affirmée pour éviter que des personnes déjà pauvres sombrent dans le dénuement total et que des personnes mieux loties se retrouvent elles aussi en situation de pauvreté à la suite d’une crise.

Le rapport interroge sur ce qui doit être fait pour accompagner la transition vers le nouveau programme de développement durable pour l’après-2015. On trouvera dans cette édition téléchargeable une analyse des progrès accomplis depuis 1990 dans chaque pays et chaque région, et dans l’ensemble du monde. Le site offre aussi une carte interactive, régionale et temporelle.

Pour la FAO, qui fête ses 70 années d’efforts pour atteindre la sécurité alimentaire pour tous, 2015 est aussi "l'Année internationale des sols". La dégradation biologique, l'artificialisation urbaine et l'accaparement prédateur des zones encore fertiles sont les principaux vecteurs de sa déperdition.

Poverty in a rising Africa : overview
Nombreuses collaborations
World Bank
01/10/2015

Présentation de l’éditeur

Pour Jim Yong Kim, le président du Groupe de la Banque mondiale, le recul marqué de la pauvreté dans le monde ces deux dernières décennies est la "meilleure nouvelle qui soit". Pour autant, en Afrique subsaharienne, la situation est plus contrastée.

Selon les estimations de la Banque mondiale, le taux d’extrême pauvreté dans la région a chuté de 56 % en 1990 à 43 % en 2012. Mais, en dépit de cette évolution positive, il y avait en 2012 environ 63 millions d’Africains extrêmement pauvres de plus qu’en 1990. En cause : le rythme de la croissance démographique du continent qui l’a emporté sur les formidables forces économiques et sociales susceptibles de faire baisser l’extrême pauvreté. Les défis restent considérables : le continent compte aujourd’hui plus de pauvres qu’en 1990, deux adultes sur cinq sont analphabètes et la violence s’intensifie.

Poverty in a rising Africa : overview, le nouveau rapport de la Banque mondiale montre aussi que l’incidence de la pauvreté en Afrique pourrait être inférieure à ce qu’indiquent les estimations et que, le continent n’affiche pas de hausse systématique des inégalités.

Un rapport que condense le site Observatoire des inégalités.

On peut lire sur le site de la Banque Mondiale, en aparte, un article d'octobre 2015 intitulé : "Le mécontentement de la classe moyenne à l'origine du Printemps arabe".

L'aggravation des inégalités - Points de vue du Sud
Sous la direction de Bernard Duterme
Les éditions Syllepse - Collection Alternatives Sud Volume 22-2015/3
01/09/2015

Présentation de l’éditeur

Comble de la concentration des patrimoines, 1 % de l'humanité (73 millions d'ultrafortunés) détient aujourd'hui 50 % des richesses totales, tandis que la moitié de la population mondiale (3,65 milliards d'individus) dispose de moins de 1 % de celles-ci. Disproportion exorbitante, sans précédent et éthiquement injustifiable.

Quant à l'écart entre pays riches et pays pauvres, si son explosion remonte à la période coloniale, il a encore pratiquement triplé depuis lors, pour atteindre un rapport de 80 à 1. Des pistes politiques existent pour renverser la croissance des inégalités.

À propos de l’auteur

L'auteur, Bernard Duterme, sociologue, qui coordonne l’ouvrage, est le directeur du CETRI (Centre Tricontinental, Louvain-la-Neuve, Belgique). Les auteurs sont des experts et des responsables de mouvements sociaux d’Asie, d’Afrique et d’Amérique latine.

Tandis que l'OCDE en mai 2014 soulignait dans son rapport que "les inégalités – qui atteignent leur plus haut niveau depuis des décennies dans de nombreux pays – fragilisent la croissance économique et le bien-être", l'ONG Oxfam a pointé cette aggravation en Europe dans son rapport de septembre 2015. Joseph E. Stiglitz, auteur de La grande fracture : les sociétés inégalitaires et ce que nous pouvons faire pour les changer (09/2015, Les Liens qui Libèrent) répondait à Guillaume Erner pour les "Matins de France culture" sur les mécaniques mises en place et les moyens de l'enrayer.

Un monde d'inégalités - L'état du monde 2016
Sous la direction de Bertrand Badie et Dominique Vidal
La Découverte
01/09/2015

Présentation de l’éditeur

Cette édition 2016 de L'état du monde propose de nouvelles perspectives pour comprendre les inégalités contemporaines à l'échelle mondiale, régionale et nationale. S'appuyant sur de solides ressources statistiques et sur d'innombrables exemples, sur les cinq continents, les spécialistes qui ont contribué à ce volume en décortiquent les mécanismes et fournissent ainsi quelques pistes pour tenter de les combattre.

Le site de La découverte en propose une présentation générale, des extraits et les intitulés des articles et leurs contributeurs.