NOMMER LE MONDE Cette émission a été diffusée la première fois en juillet 2008

Lectures

Planète Sports – L’enjeu des Jeux La GéoGraphie numéro 1530

Glénat livres/ Société de géographie/ IGN www.lageographie.fr
juillet 2008

Ni magazine de voyages, ni publication savante, La nouvelle formule de la GéoGraphie, digne héritière de la revue de la Société de géographie créée en 1822, propose un nouveau concept, fort de l’engouement d’un certain public pour une meilleure compréhension du monde à travers la géographie et la cartographie.

Avec une mise en page résolument moderne et une iconographie couleur de très grande qualité, cette revue trimestrielle de 112 pages, diffusée en kiosque et par abonnement, a pour objectif principal de faire découvrir, au plus grand nombre, la géographie sous toutes ses latitudes !

Pour l’été, à quelques semaines des Jeux olympiques de Pékin, « La GéoGraphie » consacrez un numéro sur le sport.

« Le sport est un objet géographique. C’est même aujourd’hui un sujet très sensible. Un champ d’études où la question des frontières trouve tout son sens. Comme le problème du poids politique des protagonistes. Ou la réflexion sur la diffusion planétaire de pratiques de loisirs en majorité occidentales. Et si le sport, souvent abordé dans les magazines sous des angles naïvement consommateurs, était lui aussi, et d’abord, colonisateur ? »

« Le sport ne peut évidemment être réduit à sa stricte dimension spatiale. Aucun domaine ne saurait d’ailleurs être valablement étudié à l’aune d’une et d’une seule discipline scientifique. D’où l’intérêt de croiser ici les regards. L’œil du géographe et celui de l’historien, […] mais aussi le regard du sociologue. […] Ou encore celui de l’ethnologue.»

Enfin, nous n’oublierons pas l’art. Paradoxalement, le système économique très encadré des Jeux olympiques a permis la production de chefs-d’œuvre. […] Ce sont toutes ces dimensions du sport, activité complexe, riche et irréductible à sa seule présence médiatique, que La GéoGraphie met en avant cet été. » Pascal Kober, Rédacteur en chef

ATLAS DU MONDE GLOBAL
Pascal Boniface et Hubert Védrine
Arman Colin/ Fayard
02/2008

Les deux auteurs incontournables décryptent le monde global dans sa complexité. Ils présentent en 80 cartes, une mise en perspective historique, les différentes thèses existantes, les données globales et la diversité des visions du monde de grands pays et peuples.

Une carte simple pour chaque thème : En un clin d'œil, chaque carte permet de comprendre les tensions et les enjeux du monde du XXIe siècle. Chaque double page permet de visualiser la problématique traitée et de "lire" le monde de façon intuitive.

Une vision multipolaire : Comment un Chinois, un Iranien ou un Russe voient-ils le monde ? Dans la 4e partie de l'atlas, les auteurs nous proposent des regards croisés qui permettent de comprendre le monde vu par "les autres" sans occidentalocentrisme.

La mesure d’un continent, atlas historique de l’Amérique du Nord - 1492-1814
Raymonde Litalien, Jean-François Palomino et Denis Vaugeois
Septentrion/Presses universitaires Paris-Sorbonne
2008

« Avec cet atlas sous-titré : Atlas historique de l’Amérique du Nord, 1492-1814, le lecteur plonge dans une Amérique en cours d’exploration. En compagnie du coureur des bois, de l’intendant, du commerçant et du missionnaire, il perce le brouillard de ce continent de marais et de forêts, de steppes, de lacs et de montagnes. Tous ces pionniers ont produit un imaginaire («_survolté_» selon Lise Bissonnette, la préfacière québécoise) qui nourrira le romantisme et le western du XIXe siècle. Trois siècles plus tôt, ce sont les relations de voyage de Jacques Cartier et Giovanni da Verrazzano qui ont nourri les premiers cartographes italiens. La qualité éditoriale et documentaire de cet album donne à voir les premiers plans italiens sur bois des villages indiens, les premières cartes de Virginie par John Smith (1612), là où s’établirent les nouvelles colonies de 1607, et de multiples dessins enfouis dans des archives, y compris privées. De mémorables conflits surgissent sur les cartes, telle celle des forts de l’Ohio dressée par George Washington montrant pourquoi cette chaîne de forteresses inquiétait les Anglo-Américains. Quant à la conquête du Saint-Laurent, Denis Vaugeois ne prend pas position sur la manière dont il faut l’interpréter_: occupation ou cohabitation_? Jean-François Palomino pourrait offrir une réponse par son exégèse de l’écriture toponymique qu’il lit comme une prise de possession du territoire. Abandonnant le canot pour le chariot, les Anglais comme les Français n’oublient jamais totalement le passage du Nord-Ouest comme voie directe vers le Pacifique. Cette obsession du passage pourrait être la clé géographique de ce continent mesuré par des aventuriers. » Gilles Fumey

Agenda

1000 Familles
Roissy-en-France
du 5 avril au 6 novembre 2008

Uwe Ommer se passionne pour la photographie dès son plus jeune âge. En 1962, il s’installe à Paris où il travaille d’abord comme assistant photographe et s’impose rapidement par la qualité de son travail dans la photographie de mode et de publicité.

Il commence à exposer dans des galeries parisiennes et publie en 1979 son premier livre, un recueil mêlant oeuvres personnelles et publicitaires.

En décembre 1995, il prend le pari de réaliser un album de famille planétaire. Il sillonne alors les cinq continents avec son Rolleifl ex et son studio portable, de 1996 à 2000.

Plus de 1 300 familles dans 130 pays sont photographiées et interviewées.

C’est à la Photokina 2000 (Cologne), qu’il présente pour la première fois le fruit de ces quatre années de travail. Mille portraits de familles sont exposés sur un parcours de 1,6 km.

L’Afrique, l’Amérique, l’Asie, l’Europe ou l’Océanie : des portraits grand format (156 cm x 125 cm) de 130 familles « habiteront » les Parcs de la Mairie et de L’Orangerie. Cette exposition, en accès libre, se découvrira entre le pôle hôtelier et le village de Roissy-en-France dans un cadre verdoyant.

De plus, un concours invitera les Roisséens à faire partie de l’exposition. Ils auront la possibilité d’envoyer leur portrait de famille, trois d’entre eux seront choisis et participeront alors à une séance photo. Les heureux gagnants rejoindront ainsi l’« album de famille planétaire ».