SURPOPULATION : UNE FAUSSE QUESTION Cette émission a été diffusée la première fois en décembre 2010

Lectures

2033, Atlas des Futurs du Monde Premier atlas de prospective internationale
Virginie Raisson
Editions Robert Laffont
novembre 2010

"Aux hommes de choisir leur avenir avant que le futur le leur impose"

Surpopulation, crise alimentaire, épuisement des ressources, pénurie de pétrole, réchauffement climatique, disparition des espèces, guerre de l’eau : l’avenir que le monde réserve est-il aussi noir qu’on le laisse généralement penser ?

2033, Atlas des Futurs du Monde apporte des éléments de réponse à cette ambitieuse question. Au travers des nombreux enjeux que l’ouvrage de prospective aborde et relie ensemble, il repère les mutations en cours afin d’éclairer les futurs possibles d’une manière raisonnée, sans céder au fatalisme ni à l’utopisme. En croisant la science politique, l’économie et la géographie, il propose une cartographie des futurs possibles et donne à voir les contours du monde en gestation.

La réponse s’impose alors au fil des pages : ce n’est que si nous restons passifs que nous nous réservons le pire des futurs possibles. Car le futur n’est pas écrit.

Plusieurs années de travail, de recherche et de terrain, des scénarios, des textes synthétiques d’une grande clarté, plus de cent cinquante cartes et graphiques innovants, des centaines de références : 2033, Atlas des Futurs du Monde est un livre hors normes. « Atlas du futur » et « futur de l’atlas », il allie le sens et le beau pour esquisser d’un trait nouveau le monde et son avenir.

« Nous avons cessé de nous intéresser au long terme. Notre civilisation pourrait en mourir, car c’est de l’indifférence au long terme que sont morts les grands empires. Et voilà, coup de tonnerre dans un ciel bleu, qu’une équipe intelligente est capable de mettre nos peurs en cartes, de quantifier les menaces. Ce document est inouï. L’imagination cartographique et symbolique est fabuleuse. »

Michel Rocard, ambassadeur aux pôles Arctique et Antarctique, ancien Premier ministre

Biographie :

Virginie Raisson est analyste en relations internationales et dirige le Lépac, un laboratoire indépendant d’études géopolitiques et prospectives. Avec Jean-Christophe Victor, elle est notamment co-auteur des deux atlas du Dessous des Cartes (Arte éditions / Tallandier, 2005 et 2007).

Pour ce nouvel ouvrage, Virginie Raisson s’est appuyée sur les recherches menées au sein du Lépac et a travaillé avec le cartographe Alexandre Nicolas et les graphistes Christian Garon et Véronique Desanlis.

Contacts

Au LÉPAC (www.lepac.org) :

contact@lesfutursdumonde.com

Yannig Lavocat : 01 34 83 17 00 (ylavocat@lepac.org)

Tarik El Aktaa (telaktaa@lepac.org)

Aux Editions Robert Laffont (www.laffont.fr):

Élisabeth Trétiack-Franck : 06 84 97 65 56 (efranck@robert-laffont.fr)

Sandrine Perrier-Replein (Régions et Suisse) : 01 53 67 14 59 (sperrier@robert-laffont.fr)

Brigitte Forissier (Belgique) : 00 32 2 345 06 70 (auteurs@skynet.be)

Nathalie Lepage (Canada) : 514 282 3946 (nlepage@robert-laffont.ca)

La population du monde - Bientôt 7 milliards, et après ?
Catherine Rollet
Larousse Collection: Petite encyclopédie Larousse
07/2010

En moins de deux siècles, la population mondiale est passée de 1 à 7 milliards.

S'agit-il d'un phénomène transitoire ou doit-on craindre une explosion démographique? Et si tel était le cas, quelles en seraient les conséquences sur l'équilibre mondial? Cet ouvrage propose une analyse à la fois rétrospective et prospective de cet enjeu prioritaire en six chapitres : - Sept milliards d'hommes fin 2011 - Révolution ou transition démographiques ? - Vivre plus longtemps - Naître ou ne pas naître - Migrations: L'autre mondialisation - Le prévisible et l'imprévisible, avec des cartes, des illustrations et des analyse

L'auteur en quelques mots... : Catherine Rollet, professeur émérite à l'Université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines, membre du laboratoire Printemps (CNRS), mène des travaux de recherche en démographie et en histoire des populations.

Membre du conseil de l'Union internationale pour l'étude scientifique de la population, elle a présidé le Comité international et le Comité national d'organisation du XXVe Congrès international de la population qui s'est tenu à Tours en 2005.

Le pire des mondes possibles : de l'explosion urbaine au bidonville global
Mike Davis Traduction de Jacques Mailhos
La Découverte Collection : La Découverte Poche / Sciences humaines et sociales n°261
09/2007

" Pour mortels et dangereux qu'ils soient, les bidonvilles ont devant eux un avenir resplendissant. " Des taudis de Lima aux collines d'ordures de Manille, des bidonvilles marécageux de Lagos à la Vieille Ville de Pékin, on assiste à l'extension exponentielle des mégalopoles du tiers monde, produits d'un exode rural mal maîtrisé. Le big bang de la pauvreté des années 1970 et 1980 dopé par les thérapies de choc imposées par le FMI et la Banque mondiale a ainsi transformé les bidonvilles traditionnels en " mégabidonvilles " tentaculaires, où domine le travail informel, " musée vivant de l'exploitation humaine ". Un milliard de personnes survivent dans les bidonvilles du monde, lieux de reproduction de la misère, à laquelle les gouvernements n'apportent aucune réponse adaptée. Désormais, les habitants mettent en péril leur vie dans des zones dangereuses, instables ou polluées. Parallèlement, la machine impitoyable de la rénovation urbaine condamne des millions d'habitants pauvres au désespoir des sombres espaces périurbains. Bien loin des villes de lumière imaginées par les urbanistes, le monde urbain du XXIe siècle ressemblera de plus en plus à celui du XIXe, avec ses quartiers sordides dépeints par Dickens, Zola ou Gorki. Le pire des mondes possibles explore cette réalité urbaine méconnue et explosive, laissant entrevoir, à l'échelle planétaire, un avenir cauchemardesque.