TURQUIE, RETOUR VERS L’ORIENT ? Cette émission a été diffusée la première fois en septembre 2011

Lectures

Istanbul, ville monde
Coordonné par Nil Deniz et Thierry Fabre
Actes Sud / La pensée de midi n°29
10/2009

Après Alger, Palerme, Athènes, Beyrouth et Tanger, voici, dans la série des “portraits de ville”, le nouveau numéro de la revue "La pensée de midi "consacré à Istanbul.

Istanbul est une ville saturée de clichés. Minarets et mosquée Bleue, Bosphore et Corne d’Or, perle d’Orient et rêve d’Occident… Comment échapper à ces images toutes faites ? Comment se détacher du poids de l’histoire qui fait de cette ville une des rares mégapoles depuis plus de 2000 ans, à travers Byzance, Constantinople puis Istanbul ?... Poli, la ville par excellence ! Notre choix, dans ce dossier, a été de tenter d’approcher la ville d’aujourd’hui, dans ses facettes les plus contemporaines. Comment saisir cette ville monde, ville monstre qui laisse une empreinte durable, ville-aimant, qui s’entoure d’un halo de mystère et de brume, ville étendard de la Turquie contemporaine ?…

Ce numéro propose un voyage au centre d’Istanbul, en dix-neuf escales, avec des textes de : Elif Safak, Kerem Öktem, Karin Karakasli, Ugur Tanyeli, Michel Peraldi, Senem Deviren, Altan Gökalp, Atilla Yücel, Tangör Tan, Orhan Esen, Cengiz Aktar, Korhan Gümüs, Pelin Tan, Feride Çiçekoglu, Derya Bengi, Nil Deniz, Timour Muhidine, Küçük Iskender et des photographies de Alp Sime.

Une invitation à découvrir la multiplicité de cette ville “entre-mondes”, où quelque chose de singulier du XXIe siècle advient sous nos yeux…

Un projet labellisé par Cultures France dans le cadre de la saison culturelle de la Turquie en France.

La pensée de midi en quelques mots...

La pensée de midi est une revue littéraire et de débats d’idées fondée en 2000 par plusieurs intellectuels et écrivains de la Méditerranée au nombre desquels Thierry Fabre, Jean-Claude Izzo, Bernard Millet...

Avec ses trois parutions annuelles, coéditées avec Actes Sud, son ambition est de réunir, à partir de Marseille et pour un public qui se veut le plus large possible, les textes, les créations et les prises de paroles des mondes méditerranéens contemporains.

“La pensée de midi” est une image, inventée par Camus, pour ouvrir l’horizon et s’opposer au nihilisme de la violence totalitaire et tracer des limites face à la démesure de son temps. Cette pensée est toujours fertile aujourd’hui, elle nous inspire et nous oriente, notamment dans la définition d’une autre relation entre l’Europe et la Méditerranée...

www.lapenseedemidi.org/Revue-no29-Istanbul-ville-monde.html

Le mondial des nations
Sous la direction de João Medeiros, avec une préface de Jean-Baptiste Meyer
Choiseul
01/2011

Cet ouvrage est né d'un pari scientifique ambitieux, et même un peu fou : visiter un maximum de nations sur les cinq continents et cartographier l'identité nationale de chacune d'entre elles.

Chercheurs, diplomates et journalistes, français et étrangers, ont ainsi interrogé le sentiment afghan, brésilien, marocain, israélien, chinois, yéménite, français... pour nous offrir un voyage insolite, passionnant et troublant.

Le Mondial des nations se lit comme un grand livre de contes humains, définitivement originaux.

La tulipe du mal
Jörg Kastner. Traduction de Olivier Mannoni
Éditions JC Lattès
04/2011

"La tulipe et les Néerlandais

Si les premiers oignons de tulipe arrivèrent aux Pays-Bas, en provenance de l'Empire ottoman, en 1562, ce fut plutôt le fruit d'un hasard. Ils se trouvaient à bord d'un navire de commerce, coincés, sans que l'on sache pourquoi, entre des ballots de tissu. Le marchand de drap, surpris, fit ce que l'on fait généralement avec des oignons : il demanda qu'on lui fasse revenir à la poêle une partie de cette marchandise qu'il n'avait pas commandée, et se les fit servir avec du vinaigre et de l'huile. Le plat lui parut tellement succulent qu'il fit planter le reste des bulbes dans la terre de son jardin, pour pouvoir en manger un plus grand nombre l'année suivante. Mais il n'en fit rien : le printemps venu, il découvrit que sa plate-bande brillait des vives couleurs de la tulipe. C'est du moins ce que raconte la légende.

Ce qui est certain, c'est que la tulipe, originaire des territoires ottomans, arriva en Europe au cours du XVIe siècle et s'y répandit rapidement. On la vit à Augsbourg en 1570, à Vienne deux ans plus tard, en Angleterre en 1582 et à Francfort en 1593, en 1598 dans le sud de la France. Partout, la tulipe trouva des amis et des admirateurs, pas tant comme aliment - bien que le savant Charles de L'Escluse (Carolus Clusius) l'eût, dit-on, jugée excellente confite dans du sucre -, mais pour sa beauté. C'est la multiplicité de ses formes, et tout particulièrement de ses couleurs, qui avait séduit ses admirateurs, mais aussi et surtout le fait que les oignons produisaient parfois de tout nouveaux types de fleurs.

Ce sont les Néerlandais qui s'entichèrent le plus de la tulipe, après que ce même savant, Charles de L'Escluse, nommé en 1593 professeur de botanique à l'université de Leyde, leur eut fait découvrir cette fleur. Les Hollandais, toujours prêts à faire des affaires, transformèrent leur passion en commerce, et au cours des décennies suivantes le commerce des oignons de tulipes prit des dimensions insoupçonnées. Une véritable « tulipomania » s'empara du pays. Pour un seul oignon de l'une des espèces rares, qui se caractérisaient par un dessin inhabituel, on paya bientôt mille, puis cinq mille, voire dix mille florins. Pour une somme pareille, on aurait pu avoir une belle maison au bord des grachten (des canaux) les mieux situés du cœur d'Amsterdam.

Mais en 1637, la bulle spéculative sur les tulipes éclata brutalement lorsque la demande cessa de suivre l'offre. De plus en plus nombreux, des spéculateurs qui avaient pu s'enrichir en revendant les oignons avant même d'avoir la marchandise en main se retrouvèrent avec leurs collections achetées à prix d'or dans les bras. Grands et petits marchands de tulipes sombrèrent ainsi les uns après les autres dans la pauvreté.

Et d'un seul coup, la tulipe eut mauvaise réputation. On continuait certes à trouver des amateurs pour en faire le commerce, mais désormais, leurs prix étaient régulés par la loi.

La tulipe ne conduirait plus jamais les Pays-Bas au bord de la catastrophe. C'est du moins ce que l'on croyait.…" extrait

Agenda

" Untitled (12e Biennale d'Istanbul), 2011"
Antrepo 3 - Istanbul - Turquie
du 17 septembre au 13 novembre 2011 Journées professionnelles : 15 -16 septembre 2011
Istanbul Kültür Sanat Vakfi Adriano Pedrosa et Jens Hoffmann

Le magazine Beaux-Arts (BAM 327) a posé à Adriano Pedrosa et Jens Hoffmann, commissaires invités, la question de l'inscription de cette édition 2011 dans l'histoire de la biennale qui explore depuis plusieurs années les liens entre art et politique.

Réponse :

" Nous voulons maintenir cette préoccupation, mais en trouvant une approche nouvelle. À trop se préoccuper de questions militantes ou documentaires, on en arrive à négliger une interrogation sur les formes plastiques. Or, nous pensons que le visuel et le politique peuvent très bien s'articuler. Ce que nous démontrons notamment en prenant comme figure tutélaire de la biennale Felix Gonzalez-Torres , qui brasse des questions sociales et corporelles autant qu'esthétiques. Il sera comme une présence désincarnée au coeur de notre exposition, dont nous ne voulons pas dévoiler la liste des artistes, afin qu'elle ne soit pas "consommée" avant d'être vue."

La 12e Biennale d'Istanbul va donc explorer la relation entre art et politique, en se concentrant sur les œuvres qui sont à la fois formellement innovant et politiquement franc-parler. Le travail de l'artiste américano-cubain Felix Gonzalez-Torres (1957-1996) est un exemple clair de ce type de pratique artistique et la source principale d'inspiration de la biennale. Le titre de la biennale :"Untitled (12e Biennale d'Istanbul), 2011", fait délibérément référence de la manière dont González-Torres nommée la plupart de ses œuvres : "Untitled" suivi d'une description entre parenthèses.

La 12e Biennale d'Istanbul comprendra cinq expositions de groupe et quelques 45 présentations en solo. Chacune des expositions de groupe mettra en évidence un grand nombre d'œuvres d'artistes réunis sous un thème particulier : "Untitled" (passeport), "Untitled" (Ross), "Untitled" (Death by Gun), Untitled (Abstraction) et Untitled (Histoire). Ces thèmes se référent à des œuvres de Gonzalez-Torres.

Pour réaffirmer le principe de l'exposition elle-même, la biennale sera en un espace unique privilégiant la présentation et la juxtaposition des œuvres d'art. Une attention particulière est accordée à l'architecture de l'exposition, conçue par Ryue Nishizawa des Sejima et Nishizawa et Associés (SANAA), Tokyo, avec une conception graphique développée en collaboration avec Jon Sueda of Stripe, de San Francisco.

Le Festival du Film d'Istanbul (Avril 2011) avait était un préambule à la Biennale. Untitled (Film) présenta 10 des films qui se rapportent esthétiquement et politiquement aux 5 thèmes examinés par la biennale.

Les noms des artistes présents seront gardés secrets jusqu’à l’inauguration de la Biennale dans le but de respecter le principe « Untitled » — sans nom.