UN OU DEUX VIETNAM ? LA CROISSANCE 2/2 Cette émission a été diffusée la première fois en février 2013

Lectures

Anthropologie du Vietnam
Le Huu Khoa
Les Indes savantes (Les)
10/2012

Présentation de l’éditeur

L'auteur propose une analyse basée pour l'essentiel sur des matériaux issus de proverbes, de dictons, de maximes, d'adages, de devinettes et de chants populaires, en somme des savoirs langagiers, donc cognitifs, du peuple pour conduire à l'interprétation anthropologique du savoir national vietnamien. Ce monde cognitif populaire a sa propre grâce, c'est à l'anthropologue d'en découvrir la logique, le mécanisme, en livrant le sens singulier de cette "noblesse populaire".

De surcroît, ces matériaux populaires ont montré leur efficacité tout au long de l'histoire du Vietnam. Toujours à la hauteur de la culture dite savante, le savoir véhiculé par les proverbes a inspiré par ses hauteurs de vue les œuvres majeures des lettrés-sages et plus récemment celles des artistes nationaux. L'espace spirituel de la vie, du parcours de la créativité, de la lucidité à la réflexibilité de la sérénité, propose une autre projection anthropologique issue des divers champs d'existence, à partir de la fécondité de l'imaginaire collectif.

Cette anthropologie qui s'intéresse avant tout au sort de la personne vietnamienne est d'abord une réflexion spirituelle en soi puis une activité créatrice d'adages, de proverbes, de dictons, de devinettes et de chants populaires porteurs d'un gain d'humanité qui inspire le personnage conceptuel du savoir populaire à la vietnamienne face aux diverses épreuves, de la vie à la mort. Des figures variant de la science à l'art, de la bonté au chaos, de l'affront à la bienveillance, des figures qui entrent en résonance avec l'homme vivant comme sens mais aussi comme errance, entre risques de sombrer et chances de se redresser.

L'anthropologie littéraire est ici le noeud des rendez-vous où se croisent l'histoire, la philosophie, la sociologie. Au carrefour de ces disciplines, les oeuvres littéraires participent activement à la construction d'une (possible) pensée vietnamienne. Le Vietnam est un pays jugé souvent sans philosophie, d'où la difficulté de cette entreprise de chercher puis de laisser apparaître les arguments des grands auteurs vietnamiens, dans le contexte de la réalité historique du Vietnam, sans oublier de s'approcher progressivement des conditions du dialogue entre les auteurs et le peuple : la culture et le destin de ce pays.

À propos de l’auteur
Le Huu Khoa est professeur d'anthropologie, de sociologie et directeur du Master Asie Pacifique de l'Université Charles-de-Gaulle - Lille 3. Il est également président-fondateur du GRISEA (Groupe de recherche sur l'immigration du sud-est asiatique) et expert à l'Unesco.

Viêt Nam - Parcours d'une nation
Philippe Papin
Belin
11/2003

Présentation de l’éditeur

Porté par une histoire riche en contacts et par une situation géographique exceptionnelle qui le place à la charnière du monde chinois et de l'Asie du Sud-Est, le Viêt Nam présente encore une étonnante diversité ethnique et culturelle qui n'est pas sans exercer une influence profonde sur les évolutions économiques, politiques et sociales les plus contemporaines.

Marqués par un long millénaire de cohabitation avec le grand voisin chinois, les Vietnamiens ont ensuite tracé leur propre chemin, du nord au sud puis d'est en ouest, tâchant en permanence de consolider l'espace national et de promouvoir une culture politique originale qui, en articulant les villages sur la cour impériale et le monde rural sur celui des mandarins, a permis de réunir en un sort commun les mille et une facettes de cette mosaïque de peuples et de territoires.

Le Viêt Nam d'aujourd'hui, désormais en paix mais livré à lui-même depuis la chute du bloc de l'Est, est confronté à de nouveaux défis que l'auteur propose d'aborder sous l'angle de la perspective historique, seule capable de faire comprendre les enjeux, ressorts et limites de la difficile mutation qui s'accomplit aujourd'hui.

 

Atlas des guerres d'Indochine (1940-1990) - De l'Indochine française à l'ouverture internationale
Hugues Tertrais, Préfacier Pierre Schoendoerffer, Cartographe Krystyna Mazoyer
Autrement Editions
05/2004

Présentation de l’éditeur

Soixante-quatre pages pour mieux appréhender et comprendre un demi-siècle de conflit en Indochine, dont la complexité est à la mesure de la durée (de 1940 à 1990).

En effet, quatre périodes se succèdent dans ce long drame qui affecte la péninsule indochinoise. La mise en place a lieu lors de la Seconde Guerre mondiale, au moment de la fondation du Viêt Minh : l'Union indochinoise française, qui entre en conflit avec la Thaïlande en début de période, et subit la pression militaire des États-Unis à la fin, se retrouve de fait, placée sous l'autorité japonaise (1940-1945).

La "première guerre d'Indochine" commence alors, jusqu'à l'échec de la France face au mouvement vietnamien d'indépendance et à son retrait de la péninsule (1945-1954).

Le temps de l'intervention américaine vient avec la fin des années 1950, contre le même adversaire, et culmine dans la "guerre du Viêt Nam" proprement dite (1965-1975).

Au-delà, l'après-guerre est à peine plus calme : un conflit opposant le Viêt Nam et la Chine, impliquant aussi le Cambodge, se prolonge jusqu'en 1990.

La succession de cartes à différentes échelles, ainsi que de graphiques et d'infographies, constitués à partir de sources émanant de toutes les parties en conflit, permet de débrouiller ces guerres complexes qui ont non seulement entraîné les grandes puissances mais aussi, à des degrés divers, de nombreux pays d'Asie orientale.

À propos des auteurs

• Hugues Tertrais est maître de conférences en histoire contemporaine à l'Université de Paris-I / Panthéon-Sorbonne. Il travaille à la fois sur les conflits et sur le processus d'intégration régionale en Asie orientale.
• Krystyna Mazoyer est géographe-cartographe indépendante.
• Pierre Schoendoerffer, écrivain, scénariste et réalisateur, a écrit la préface. Il était membre de l'Institut (Académie des beaux-arts).

Immigrés de force - Les travailleurs indochinois en France (1939-1952)
Pierre Daum avec une préface de Gilles Manceron
Actes Sud - Collection : Archives du colonialisme
05/2009

Présentation de l’éditeur

Après soixante-dix années de silence, voici enfin mise en lumière une page enfouie de l'histoire coloniale française : le recours, pour travailler dans l'Hexagone, à une main-d'œuvre immigrée de force.

Déjà, en 2006, le film Indigènes de Rachid Bouchareb avait révélé un aspect peu connu de l'utilisation des peuples colonisés lors de la Seconde Guerre mondiale. Or, à cette époque, la France n'avait pas seulement besoin de soldats, mais aussi d'ouvriers, afin de remplacer les Français mobilisés.

Pour les travaux les plus pénibles, comme ceux du maniement des poudres dans les usines d'armement, la France fit venir en 1939 vingt mille Indochinois de sa lointaine colonie d'Extrême-Orient. Recrutés pour la plupart de force, débarqués à la prison des Baumettes à Marseille, ces hommes furent répartis à travers la France dans les entreprises relevant de la Défense nationale.

Bloqués en Métropole pendant toute la durée de l'occupation allemande, logés dans des camps à la discipline très sévère, ils furent loués, pendant plusieurs années, par l'État français à des sociétés publiques ou privées – on leur doit le riz de Camargue –, sans qu'aucun réel salaire ne leur soit versé.

Ce scandale se prolongea bien après la Libération. Renvoyés vers le Viêtnam au compte-gouttes à partir de 1946, ce n'est qu'en 1952 que les derniers de ces hommes purent enfin revoir leur patrie. Un millier fit le choix de rester en France.

Après trois ans de recherches en archives et d'enquête menée dans les banlieues de Paris et de Marseille, et jusqu'à Hanoi et aux villages les plus reculés du Viêtnam, Pierre Daum a réussi à retrouver vingt-cinq des derniers acteurs encore vivants de cet épisode si peu "positif" de l'histoire coloniale française. C'est leurs récits qu'il nous restitue dans ce livre.

À propos de l’auteur
Journaliste au Monde puis à Libération, dont il a été le correspondant pour le Languedoc-Roussillon, Pierre Daum collabore actuellement comme grand reporter au Monde diplomatique et à quelques autres journaux.

 

De Gaulle et le Vietnam - 1945-1969, La réconciliation
Pierre Journoud avec le préface de Robert Frank et la postface de David Schalk
Tallandier
05/2011

Présentation de l’éditeur

À travers les deux conflits qui se sont succédés dans la péninsule indochinoise de 1945 à 1975, la guerre française puis américaine, Pierre Journoud entreprend de pourfendre quelques idées reçues.

Non, les États-Unis n'ont pas tout fait pour évincer les Français d'Indochine après 1954. Non, le Général n'était pas un antiaméricaniste primaire et ne s'est pas contenté de condamner verbalement l'engagement militaire des États-Unis, comme dans son discours de Phnom Penh le 1er septembre 1966.

Sa diplomatie publique et secrète, l'action discrète de certains Français en faveur de la paix sont quelques-unes des révélations de ce livre novateur. Et c'est par le prisme du dialogue entre Français et Américains, acteurs majeurs et omniprésents, que l'auteur donne à comprendre les relations franco-vietnamiennes, du malentendu initial à la réconciliation.

Fruit d'un important travail de recherche, cet essai propose une réflexion originale sur le processus de "décolonisation mentale" du général de Gaulle, et au-delà, sur l'ensemble de sa politique extérieure.

À propos de l’auteur
Docteur en histoire de l'université Paris I / Panthéon-Sorbonne, Pierre Journoud est chercheur à l'Irsem (Institut de recherche stratégique de l'École militaire), chercheur associé à l'UMR-IRICE et au Chac (Centre d'histoire de l'Asie contemporaine). Le travail universitaire à l'origine de cet ouvrage a reçu le prix Jean-Baptiste Duroselle de la meilleure thèse d'Histoire des relations internationales.

Guérillas - Du Vietnam à l'Irak
Gérard Chaliand
Hachette Littératures
02/2008

Présentation de l’éditeur

Du Vietnam à l'Irak, de l'Afrique à l'Amérique latine, Gérard Chaliand témoigne des luttes armées dont il a été l'observateur depuis quarante ans.

Les enquêtes de terrain ici réunies constituent une contribution de première main à l'étude des conflits irréguliers : guérilla, guerre populaire ou terrorisme, formes privilégiées des affrontements des dernières décennies. Aujourd'hui encore, en Irak ou en Afghanistan, la guérilla – alliée aux actions terroristes qui l'ont presque toujours accompagnée – réaffirme une fois de plus sa terrible efficacité, particulièrement contre un adversaire étranger.

Quel bilan tirer de ces décennies de conflits ? Si les luttes armées menées grâce à l'organisation intelligente de la violence ont débouché sur l'indépendance, les projets des partis révolutionnaires ne se sont-ils pas presque toujours révélés des échecs ?

Krieg ohne Fronten. Die USA in Vietnam
Bernd Greiner
Hamburger Edition
04/2009

À ce jour, le massacre de My Lai est resté l'épisode le plus choquant de la guerre du Vietnam. Pourtant, il est désormais clair que cet incident infâme n'était pas une exception ou une aberration.

Basé sur des recherches approfondies et grâce à l'accès sans précédent aux archives militaires américaines, Krieg ohne Fronten - Die USA in Vietnam révèle la véritable ampleur des crimes de guerre commis par les troupes américaines au Vietnam. Dans une série d'études de cas, Greiner se penche sur le "travail de tuer" des escadrons de la mort de l'Armée des États-Unis, entre 1967 et 1971.

Bernd Greiner est professeur à l'Université de Hambourg et directeur du programme de recherche sur la théorie et l'histoire de la violence à l'Institut de recherches sociales de Hambourg (Hamburger Institut für Sozialforschung).

Bernd Greiner a été choisi comme lauréat 2009 du prix Willi Paul Adams pour son livre. Parrainé par l'Organisation des historiens américains (OAH), le prix est décerné tous les deux ans pour le meilleur livre sur l'histoire américaine publiée dans une langue étrangère.

Le livre n'est pas encore traduit en français.  Il a été par contre traduit en anglais (War Without Fronts: The U. S. in Vietnam) par Anne Wyburd avec Victoria Fern pour la maison d'édition universitaire Yale University Press.

Spiegel TV a diffusé en 2010 un documentaire en trois parties réalisé par Michael Kloft autour du livre et avec Bernd Greiner.

Histoire du Vietnam contemporain - La nation résiliente
Pierre Brocheux
Fayard
10/2011

Présentation de l’éditeur

L'histoire contemporaine du Vietnam est dominée par l'occupation du pays par les Français, par trente années de guerre et par la résilience d'un État national séculaire.

Grâce à sa connaissance des sources vietnamiennes, américaines et françaises, Pierre Brocheux propose un récit original, en même temps que l'analyse de la gestation douloureuse d'un Vietnam moderne. Il souligne combien le moment colonial, pour avoir été un intermède court à vue historique, a transformé la société et la culture nationales.

Pour autant, le Vietnam n'est nullement "sorti d'Asie pour entrer dans l'Occident" : qu'il s'agisse de religion, de mode de vie et de pensée, de vision de l'avenir, le Vietnam contemporain offre le spectacle étonnant de sédimentations nettement repérables depuis le lointain héritage Viêt jusqu'à l'apport chinois ou américain. Cette synthèse pionnière permet de comprendre la place particulière du Vietnam dans l'Extrême-Orient d'aujourd'hui comme dans la mémoire française.

Agenda

2013 : Année de la France au Vietnam
Au Vietnam puis en France
mars 2013 à juin 2014

L’année 2013 marque le quarantième anniversaire de l’établissement des relations diplomatiques entre la France et le Vietnam.

Les gouvernements français et vietnamien ont souhaité, à cette occasion, organiser une « Année France-Vietnam ».

Celle-ci s’ouvrira au printemps 2013 au Vietnam (saison française), et se poursuivra jusqu’à la mi-2014 en France (saison vietnamienne).

Au delà du large éventail d’événements annoncés, l’Année France-Vietnam sera l’occasion « de mettre particulièrement en valeur l’acquis représenté par le dynamisme de la coopération décentralisée entre les collectivités des deux pays, très présente sur tout le territoire. Elle s’appuiera également sur l’apport des communautés vietnamiennes en France.

Tout en s’attachant à présenter des éléments remarquables de l’histoire, du patrimoine et des traditions de la France et du Vietnam, cette Année a pour ambition de faire découvrir à chacun des deux pays, les aspects les plus contemporains et les plus créatifs de l’autre, et de donner un nouvel élan aux échanges, tant dans le domaine économique, que dans les domaines : culturel, éducatif, scientifique et sportif. »