UN PRINTEMPS BIRMAN ? (1/2) Cette émission a été diffusée la première fois en novembre 2012

Lectures

Histoire de la Birmanie contemporaine : Le pays des prétoriens
Renaud Egreteau
Fayard
09/2010

Présentation de l'éditeur
"Née par les armes voilà soixante ans, la Birmanie est aujourd’hui le plus ancien régime militaire du monde.
Résultat : des forces armées omniprésentes asphyxient la vie politique, laissent trente millions de Birmans avec moins d’un euro par jour pour vivre et une dizaine d’ethnies en guerre civile plus ou moins continue. Grenier à riz de l’Asie et l’un des pays les plus alphabétisés du monde en 1948, la Birmanie marche au pas de l’oie vers le non-développement.
Et les vicissitudes infligées à Aung San Suu Kyi, Prix Nobel iconifiée qui incarne la seule opposition démocratique, laissent augurer un long purgatoire.
Sauf que la réalité, mesurée sur le terrain et étayée par les sources inédites rassemblées par Renaud Egreteau, se révèle beaucoup plus compliquée. La Birmanie ploie sous le poids d’un « passé qui ne passe pas » : l’influence japonaise des années 1930 et la colonisation britannique ; elle est hantée par la menace des deux géants qui la bordent – la Chine et l’Inde – et par « l’invasion » redoutée des ONG, des Occidentaux et du capitalisme libéral.
Sans complaisance ni concession, Renaud Egreteau déconstruit le paradoxe d’un pays qui tient ensemble sous la poigne des prétoriens. Si la démocratie et le développement comptaient moins que l’entre-soi ?"

À propos de l’auteur
Docteur de l’Institut d'études politiques de Paris, Renaud Egreteau est chercheur à l’université de Hong Kong.

Ma Birmanie
Aung San Suu Kyi s'entretient avec Alan Clements . Traduit par Françoise Marchand-Sauvagnargues
Fayard/Pluriel
02/2012

Présentation de l'éditeur

Aung San Suu Kyi est l'âme de la résistance du peuple birman à la dictature et prix Nobel de la paix. D’où tire-t-elle la conviction et la force qui, depuis près de vingt ans, lui permettent de mener avec un héroïsme tranquille le plus inégal des combats contre la junte au pouvoir en Birmanie ? Elle refuse la provocation, elle refuse la peur, elle refuse la haine.

Elle s’obstine à réclamer le dialogue. Comment a-t-elle réussi à garder cette extraordinaire mesure face aux injures, aux arrestations – elle est depuis douze ans prisonnière dans sa propre maison et est restée plus de deux ans sans nouvelles de son mari et de ses jeunes enfants – et face aux brimades quotidiennes ? Avec une clarté et une simplicité admirables, elle l’explique longuement dans ce livre.

À propos de l’auteur

Alan Clements, qui a réalisé ces entretiens publiés en première édition sous le titre La Voix du défi, a vécu sept ans dans un monastère birman, avant d’être expulsé de Birmanie. Pour cette édition, il a actualisé la chronologie et rédigé une introduction inédite.

Birmanie - Rêves sous surveillance
Gérard Cohen et Manon Ott
Autrement
05/2008

Présentation de l'éditeur

« La société civile birmane connaît l'oppression de la dictature militaire depuis quarante ans. Dans un univers répressif ubuesque, la survie et la résistance des esprits sont devenues une culture intime et nationale au fil des générations. Manon Ott et Grégory Cohen ont rencontré des Birmans. Intellectuels, commerçants, moines ou travailleurs migrants qui racontent leurs rêves sous surveillance ».

À propos des auteurs : Manon et Grégory sont tous deux photographes et cinéastes documentaristes. En parallèle de recherches en sciences sociales, ils ont suivi des formations en photographie et en cinéma documentaire. Leur double formation les a menés vers une démarche documentaire, en photographie comme en cinéma, avec ce désir de réfléchir au travers des images sur des enjeux contemporains de nos sociétés, de s’interroger sur le rôle des images et sur la question du regard, sur la place de celui qui « regarde » et sur son rapport à l’Autre.

En 2003, ils ont fondé avec d’autres photographes et cinéastes documentaristes le collectif : Les yeux dans le monde.

Les Rohingya de Birmanie - Arakanais, musulmans et apatrides
Gabriel Defert
Aux lieux d'être
06/2007

Présentation de l'éditeur
"La junte militaire qui dirige la Birmanie n'offre pas à ses citoyens des conditions de vie idéales. Autoritaire et brutale, elle a maintenu en détention pendant de longues années le Prix Nobel de la paix Aung San Suu Kyi, pratique le travail forcé et ne répugne pas à la violence. Pourtant, il y aurait pire que d'être birman : ne pas l'être.
Les Rohingya, population musulmane du nord de la province birmane d'Arakan située à la frontière du Bangladesh, sont exclus de la liste officielle recensant les 135 minorités nationales et sont privés des droits les plus élémentaires. Leurs déplacements sont étroitement contrôlés, leurs terres confisquées, leur droit à fonder des familles discuté. Ils sont soumis à toutes sortes de brimades de la part d'une administration qui les méprise. Ce livre s'efforce de comprendre comment pareille exclusion a pu se produire, remontant aux racines de l'histoire de la région jusqu'à révéler la pénible réalité du présent."

À propos de l’auteur
Gabriel Defert est l'auteur de nombreux articles et de deux ouvrages sur l'Asie du Sud-Est : « Timor Est : le génocide oublié » (L'Harmattan) et « L'Indonésie et la Nouvelle-Guinée-Occidentale » (L'Harmattan).

Une histoire birmane
George Orwell - Traduction de Claude Noël
10/18
2001

"Cinq années d'ennui, sans même le son des trompettes ! Dans ce livre, George Orwell relate son expérience d'officier dans les forces de l'ordre en Birmanie de 1922 à 1927. Il marque également sa prise de conscience personnelle et son interrogation sur le destin de l'Angleterre en tant que puissance coloniale. Ce récit donne à sentir – de l'intérieur toujours, et non sans force dramatique – le conditionnement fait d'extrême discipline, d'arrogance, de snobisme et de terreur travestie qui constitue le bagage de tout serviteur de l'Empire britannique." Jil Silberstein, « Le Passe-Muraille ».

À propos de l’auteur
George Orwell, de son vrai nom Eric Arthur Blair, est un écrivain anglais, chroniqueur, critique littéraire et romancier, né le 25 juin 1903 à Motihari (Inde britannique, aujourd'hui en Inde) et mort le 21 janvier 1950 à Londres.

Son œuvre porte la marque de ses engagements, qui trouvent eux-mêmes pour une large part, leur source dans l'expérience personnelle de l'auteur : contre l'impérialisme britannique, après son engagement de jeunesse comme représentant des forces de l'ordre colonial en Birmanie ; pour la justice sociale et le socialisme, après avoir observé et partagé les conditions d'existence des classes laborieuses à Londres et à Paris ; contre les totalitarismes nazi et soviétique, après sa participation à la guerre d'Espagne.

La vallée des rubis
Joseph Kessel
Gallimard
01/1994

Présentation de l'éditeur
"Plus secrète que la Mecque, plus difficile d'accès que Lhassa, il existe au cœur de la jungle birmane une petite cité inconnue des hommes et qui règne pourtant sur eux par ses fabuleuses richesses depuis des siècles : c'est Mogok, citadelle du rubis, la pierre précieuse la plus rare, la plus chère, la plus ensorcelante. Mogok, perdue dans un dédale de collines sauvages par-delà Mandalay. Mogok autour de laquelle rôdent les tigres. La légende assure qu'aux temps immémoriaux un aigle géant, survolant le monde, trouva dans les environs de Mogok une pierre énorme, qu'il prit d'abord pour un quartier de chair vive tant elle avait la couleur du sang le plus généreux, le plus pur. C'était une sorte de soleil empourpré. L'aigle emporta le premier rubis de l'univers vers la cime la plus aiguë de la vallée. Ainsi naquit Mogok..."

À propos de l’auteur
Joseph Kessel (1898-1979) est un voyageur aventurier, journaliste, grand reporter et romancier français. Une bio-bibliographie complète est proposée sur le site de l'éditeur : Gallimard.