VERS LE PIC PÉTROLIER Cette émission a été diffusée la première fois en novembre 2010

Lectures

The Impending World Energy Mess (The Environment)
Robert L. Hirsch, Roger H. Bezdek, and Robert M. Wendling
Apogee Prime
10/2010

Robert Hirsch est un ancien responsable de la recherche sur les carburants synthétiques du groupe Exxon, un ex-haut cadre de la RAND corporation et l’ancien patron du programme de fusion nucléaire américain. Le livre affirme que la production mondiale de pétrole va entrer en déclin d’ici 5 ans. James Schlesinger, ancien responsable du Secrétariat à l’Énergie du Président Carter, en signe la préface.

Une interview de l’auteur sur le blog du Monde « Oil Man » : petrole.blog.lemonde.fr/2010/09/16/entretien-avec-robert-l-hirsch-22/

Peaking of World Oil Production: Impacts, Mitigation, And Risk Management
Robert L. Hirsch, Roger Bezdek , Robert Wendling (Author)
Nova Science Publishers
12/ 2006

Le pic de production mondiale de pétrole se présente aux États-Unis et dans le monde avec un nombre sans précédent, de problèmes de gestion des risques. À l'approche de ce pic, les prix du carburant et la volatilité des prix augmentent de façon spectaculaire sans mesures d'atténuation adéquates. Les coûts pour la vie économique, sociale, et politique seront sans précédent. Y faire face est extrêmement complexe. Cela demande des milliards de dollars et exige de nombreuses années d'effort intense. Pour explorer ces complexités, trois scénarios de rechange sont ici analysés.

Peaking of world oil production: impacts, mitigation, & risk management ( février 2005) de Roger Bezdek , Robert Wendling et sous la direction de Robert L. Hirsch, SAIC, responsable du projet, est aussi téléchargeable sur le site du « National Energy Technology Laboratory » (U.S. Department of Energy) : www.netl.doe.gov/publications/others/pdf/Oil_Peaking_NETL.pdf

Peak Oil - Sicherheitspolitische Implikationen knapper Ressourcen
Zentrum für Transformation der Bundeswehr
SFT 21-Serie
08/2010

Une étude de la Bundeswehr évoque une menace pour la pérennité de la démocratie et de l’économie mondiale ! Mise en garde terrible, qui vient après celles du Pentagone et du département de l’énergie à Washington, de la Lloyd’s et de Chatham House à Londres.

Ce pic pétrolier, c’est-à-dire le jour à partir duquel la production mondiale de pétrole amorcera un déclin inéluctable, entraînera une flambée des prix, et « à moyen terme, le système économique global et chaque économie de marché nationale pourraient s’effondrer », estiment les analystes de l’armée allemande. « Des pénuries de biens vitaux », notamment de nourriture, pourraient apparaître, ajoutent-ils, conduisant à la mise en place de « politiques de rationnement ». Les auteurs du rapport s’inquiètent aussi des conséquences géopolitiques de la raréfaction du pétrole qui pourrait favoriser la montée des extrémismes. Dans ce contexte, « les États qui dépendent des importations de pétrole » seront obligés « de montrer plus de pragmatisme à l’égard des pays producteurs », estiment-ils, en se montant, dans le cas de l’Allemagne par exemple, plus souple à l’égard de la Russie ou plus dur vis-à-vis d’Israël.

Ce rapport de la Bundeswehr intervient dans la foulée de celui publié en mars dernier par l’état-major interarmées américain et qui prévoyait une « crise énergétique sévère » d’ici à 2015.

Le rapport est téléchargeable sur le site allemand : peak-oil.com/peak-oil-links.php

Pétrole : la Fête Est Finie ! L’avenir des sociétés industrielles après le pic pétrolier
Richard Heinberg avec une traduction de Hervé Duval et une préface de M. Colin J. Campbell
Éditions Demi-Lune Collection : Résistances Réactualisation
15 octobre 2008

Le monde voit ses réserves en pétrole bon marché s’épuiser, avec les changements dramatiques que cela implique. Désormais, même si les pays industrialisés entament une conversion à des sources d énergie alternatives, ils disposeront chaque année de moins d’énergie nette pour effectuer le travail essentiel au maintien de sociétés humaines complexes. Nous entrons dans une nouvelle ère, aussi différente de l’ère industrielle que cette dernière fut différente de l’époque médiévale. Dans Pétrole, la fête est finie !, HEINBERG replace cette transition décisive dans son contexte historique. Il démontre comment l’industrialisation s’est développée sur la base de la maîtrise de l’énergie fossile ; à quel point la compétition pour le contrôle de l’accès au pétrole fut centrale dans la géopolitique du XXe siècle ; comment enfin les tensions provoquées par l’amenuisement des ressources énergétiques au XXIe siècle entraîneront des guerres de prédation. Anticipant l’impact probable de la déplétion pétrolière, il étudie le rôle de substitution que pourraient jouer les énergies alternatives et recommande une «descente contrôlée» susceptible d’ouvrir la voie à une société plus modérée et soutenable. Plus lisible que les autres livres traitant de la question, cette version mise à jour de l’ouvrage de référence sur le pic pétrolier constitue un saisissant cri d alarme. Mais il s’agit aussi d’un recueil riche en idées positives à différents niveaux. La communauté internationale, les collectivités locales, les individus, tous doivent maintenant agir concrètement afin d’affronter dans les meilleures conditions la «fin de la fête» et ce livre explique comment faire, de façon admirablement claire et honnête.

Basé à Santa Rosa, en Californie, Richard Heinberg écrit depuis des années sur les questions de ressources énergétiques ainsi que sur la dynamique du changement culturel. Il est mondialement reconnu comme l'un des principaux et des meilleurs communicants sur la question du pic pétrolier. Journaliste, conférencier et membre du principal corps enseignant du New College of California où il dispense un cours sur « La culture, l'écologie et la collectivité durable », il a une demi-douzaine de livres à son actif, (dont Powerdown et celui-ci, véritable livre de référence sur le sujet) qui lui ont valu plusieurs récompenses et le rôle de principal communicant au sein de l'ASPO (Association pour l'étude du pic pétrolier).

M. Colin J. Campbell fait autorité dans le domaine du pétrole : il peut se targuer de 40 années d’expérience au sein de l’industrie pétrolière, pour laquelle il a travaillé comme géologue de terrain, comme directeur et consultant. Il fut employé par l’université d’Oxford, mais il a surtout travaillé pour de grandes compagnies comme Texaco, British Petroleum, Amoco, Shenandoah Oil, Norsk Hydro et Fina ; il a aussi collaboré avec les gouvernements suédois et bulgares. Associé à la société Petroconsultants à Genève, il est membre d’honneur du Oil Depletion Analysis Center à Londres.

Poursuivant ses travaux de recherche sur le pic pétrolier, M. Campbell a fondé l’ASPO, association internationale pour l’étude du pic pétrolier et gazier. Il donne de très nombreux colloques et présentations afin de promouvoir la prise de conscience du public.

L'après-pétrole a commencé
Serge Enderlin
Seuil H.C. ESSAIS
9 avril 2009

L'or noir s'épuise. Dans deux ou trois décennies, les réserves auront diminué de façon spectaculaire, disent les pétropessimistes. Au contraire, rétorquent les optimistes, il en reste beaucoup, et les technologies d'extraction ne cessent de s'améliorer. Au fond, peu importe. Car le pétrole doit mourir. Parce qu'il est la cause de conflits récurrents, mais encore davantage parce qu'il est le principal coupable au banc des accusés du réchauffement climatique. Dès lors, comment s'en passer? A quoi ressemblera la vie sans pétrole? Aurons-nous demain assez d'énergie pour conserver le mode de vie qui est le nôtre? Avec quelles énergies nouvelles le monde fonctionnera-t-il? Pour répondre à ces angoissantes questions, Serge Enderlin a parcouru la planète de l'Amérique à l'Asie, en passant par l'Europe et le golfe Persique, afin d'esquisser les pistes de l'après-pétrole. Du charbon chinois à l'éthanol américain, sans oublier l'incroyable retour en grâce du nucléaire et les innovations de la Scandinavie, cette enquête fait le tour du monde des projets, des idées et des solutions. Premiers consommateurs, et premiers gaspilleurs, d'énergie au monde, les Etats-Unis occupent une place prépondérante dans la révolution énergétique que l'élection de Barack Obama va accélérer. En Europe, l'Allemagne, l'Espagne et le Danemark ont pris une belle longueur d'avance dans la course aux énergies vertes. Tandis que la Chine est devenue, il y a peu, la première puissance mondiale... des émissions de gaz à effet de serre.

Serge Enderlin est grand reporter, il concentre son travail sur les questions énergétiques. Ses reportages sont diffusés dans plusieurs titres de la presse européenne, dont Libération, Internazionale, 24 Heures, et à la Télévision suisse romande. Il est co-auteur d'Un monde de brut. Sur les routes de l'or noir (Seuil, 2003).

La fin du pétrole : Le vrai défi du XXIe siècle
James Howard Kunstler avec la traduction de Philippe Delamare
Plon
09/2005

Le spectre de la pénurie du pétrole se fait de plus en plus pressant. Au train où nous le consommons, la moitié des réserves sera épuisée dans quelques années et, avant le terme de ce siècle, il se pourrait que notre civilisation industrielle ait à affronter un choc immense et pourtant prévisible : la fin du pétrole. Notre mode de vie en sera bouleversé, notre modèle économique et social totalement transformé.

C'est donc à une véritable prise de conscience que l'auteur nous invite. En rupture avec l'optimisme traditionnel des pays producteurs, compagnies, et autres économistes, il dépeint avec méthode et lucidité un monde à venir dans lequel de grands défis attendent l'humanité. Ce n'est qu'après cette période de troubles pour notre civilisation, que Kunstler nomme la " Longue Catastrophe ", que nous retrouverons un monde viable. Lire La Fin du pétrole est déjà nous y préparer.

James Howard Kunstler est né en 1948 à New York. Il est l'auteur de plusieurs œuvres d'anticipation géopolitique. Il fut aussi éditeur du magazine Rolling Stone et ses articles sont parus notamment dans le New York Times Magazine.

Pétrole apocalypse
Yves Cochet
Fayard
2005

Transports, agriculture, plastiques, vêtements, médicaments : le pétrole est partout. C'est pourquoi la hausse du prix des hydrocarbures ne sera pas un simple choc économique, ce sera la fin du monde tel que nous le connaissons. Pour Yves Cochet, il est encore possible de repousser la date de cet événement et d'en limiter les effets par la mise en œuvre d'une société nouvelle. Mais cela implique d'organiser la décroissance de la consommation d'énergie, tout en sauvegardant la solidarité, la démocratie, la paix. À ce prix, la transition peut être moins douloureuse…

Agenda

Carnets de voyage - Le monde au bout du crayon
Galerie du Messager - Musée de La Poste - Paris
Du 18 novembre 2010 au 23 avril 2011

Pourquoi voyage-t-on ? « Un voyage se passe de motifs, écrivait Nicolas Bouvier en 1963 dans L’Usage du monde, il ne tarde pas à prouver qu’il se suffit à lui-même », ajoute-t-il. Sans doute, à l’instar de l’illustre globe-trotter, quelques carnettistes ont-ils éprouvé ce besoin irrépressible de larguer les amarres pour rompre avec le quotidien et tromper l’ennui. Pour d’autres, la tension vers le départ n’est pas une fuite mais une quête. Porté par des lectures de jeunesse, on poursuit un mythe, un explorateur ou une route légendaire. L’Adresse Musée de la Poste présente un très large panorama des artistes voyageurs d’aujourd’hui – nous faisant découvrir le Transsibérien, les tribus de la vallée de l’Omo… ou les brocantes de Picardie. (Art Aujourdhui)

Quarante-six artistes nous font découvrir le monde tel qu’ils le voient

Un vrai tour du monde... En 600 dessins et 200 extraits de carnets. Les sujets : des gens surtout, mais aussi des paysages, des villes, des scènes quotidiennes. De la vie a chaque page. En couleur et noir et blanc. Réalisés au crayon, à l'aquarelle... La grande expo automne/hiver de l'Adresse Musée de La Poste invite ainsi à prolonger nos migrations de l'été en partageant celles de près d'une cinquantaine d'artistes. Dessinateurs ou illustrateurs professionnels, ils ont ramené de leurs périples sur tous les continents des travaux pleins d'attention, de sensibilité.

" Cette exposition sur les carnets de voyage est très différente de celle que nous avons présentée il y a deux ans, précise Patrick Marchand, le commissaire d'exposition, elle est exclusivement consacrée aux carnettistes contemporains et propose un bien plus grand nombre d'oeuvres ". L'accrochage revisite toute la planète. On se retrouve en Roumanie en compagnie d'un ouvrier forgeron, en Egypte avec une danseuse, à Calcutta aux côtés d'un marchand de thé, en Sibérie, au Mali, au Québec... On s'arrête même un instant dans des lieux imaginaires. Frank Watel a ainsi dessiné une Auvergne réduite à un chapelet d'îles en raison de la montée des eaux.

Des objets ponctuent aussi la visite : un barkoto, appuie-tête traditionnel d'Ethiopie utilisé par Antonia Neyrins pour s'asseoir lorsqu'elle dessinait, une mappemonde en fil de fer réalisée par des enfants d'Afrique du Sud pour Elsie Herberstein... Et des témoignages "audio" des dessinateurs complètent le voyage. Un vrai tour du monde...

Le catalogue de l’exposition est publié par les éditions Snoeck : www.snoeckpublishers.be/