36 résultats

La victoire de la liberté - De la Sierra Maestra à Santiago de Cuba
Fidel Castro avec une traduction de Marie Kosmowski
Michel Lafon

Quatrième de couverture
« Le 1er janvier 1959, les révolutionnaires rebelles pénétrèrent dans Santiago de Cuba, renversant la dictature de Batista. Du 6 août 1958 jusqu'à la victoire, l'énorme disproportion entre les forces en présence nous avait contraints à nous déplacer sans cesse et à lutter sans relâche, et il semblait impossible que des civils sans armes, sans expérience et sans le moindre entraînement clans le domaine militaire parviennent à battre les forces ennemies, équipées par les États-Unis.
Au long de ces cinq mois, j'ai envoyé d'innombrables lettres aux responsables des troupes rebelles. Au Che bien sûr, mais aussi à tous les combattants fidèles et courageux présents sur les différents fronts depuis le début de la lutte. Je lus ou fis lire de nombreux communiqués à l'antenne de Radio Rebelle. Ces messages, reproduits ici, montrent les difficultés auxquelles nous avons dû taire face et les décisions que nous avons dû prendre. Dans Les Chemins de la victoire, j'ai raconté comment nous avions organisé et initié la Révolution. Je pense qu'il est temps, maintenant, de relater en détail les événements qui nous ont conduits à La Victoire de la liberté.»

Contester à Cuba
Marie-Laure Geoffray avec une préface de Olivier Dabène
Dalloz-Sirey - Coll. Nouvelle Bibliothèque Thèses

Présentation de l’éditeur
« La chute spectaculaire de plusieurs régimes autoritaires à l'occasion du "printemps arabe" de 2011 ne doit pas nous inciter à la paresse intellectuelle. La tentation est pourtant forte de voir dans ces événements une validation des thèses téléologiques et normatives sur la fin de l'histoire et le caractère inéluctable de l'avènement mondial de la démocratie. Les commentaires ne manquent pas qui évoquent une globalisation ne tolérant plus d'écart par rapport à la norme libérale occidentale ; la longévité des régimes autoritaires ne mérite plus guère d'attention, puisqu'ils sont suspendus à un fil ténu qui menace de rompre à tout moment.
L'ouvrage de Marie Laure Geoffray vient opportunément s'inscrire en faux contre une telle tentation, qui conduit régulièrement à un grossier déterminisme. Tout l'intérêt du travail de Marie Laure Geoffray repose sur cette intuition initiale : afin de comprendre une "situation" autoritaire, il convient de se pencher sur ces espaces "intermédiaires" de contestation, ni totalement réprimés ni complètement tolérés.
Elle met en scène des jeunes pour qui la prise de parole ou l'occupation d'espaces peuvent être des fins en soi, dépourvues de projet de société alternatif car ils ont aussi souvent liés par ce qu'elle qualifie de "persuasion coercitive". Leur répertoire d'action peut cependant s'avérer subversif, car il ambitionne de donner à voir comment pourraient s'exercer des formes plurielles de citoyenneté.
Au-delà, Marie Laure Geoffray offre une explication dense, précise et très convaincante du mode de domination politique du régime castriste. Elle montre notamment à quel point ce régime sait faire preuve d'une grande plasticité. Et c'est sans doute cette capacité du régime à négocier le tolérable, à une échelle souvent micro, qui explique le mieux sa solidité. L'ordre social, nous montre l'auteure, est ainsi coproduit par des acteurs interdépendants.
Ce texte de référence sur Cuba est issu, d'une thèse de doctorat brillamment soutenue à Sciences Po, en 2010. Sa lecture achevée, de nombreuses questions demeurent qui, on peut le souhaiter, appelleront d'autres travaux comparatifs. Marie Laure Geoffray a souhaité "dés-exceptionnaliser" Cuba. II reviendra à d'autres chercheurs de lui donner raison en relevant le défi de la comparaison. »

Le Guide Risque Pays
Compagnie française d'assurance pour le commerce extérieur (Coface)

Cet ouvrage, référence pour l'analyse des risques pays dans le monde, permet de consulter 155 fiches pays particulièrement utiles dans un environnement économique complexe et mouvant. Elles sont fondées sur une analyse mondiale du comportement des entreprises et des pratiques des affaires pays par pays.

Le guide donne les appréciations et notations de la Coface, les perspectives 2010 par zone géographique et par secteur d'activité, les indicateurs économiques pour chaque pays ainsi que les moyens de paiement et techniques de recouvrement.

L’économie du "risque pays"
Pierre-Charles Pradier
Éditions de La découverte Collection : Repères n°444

La notion de risque a envahi l’actualité. L’analyse économique du risque repose essentiellement sur un outil, le calcul des probabilités. La prégnance des mathématiques n’est pas en cette matière une nouveauté, puisque les mathématiques du hasard se sont développées pour résoudre des questions économiques. C’est d’abord cette histoire qu’il faut restituer pour comprendre l’élargissement de la notion de risque, de l’assurance vers la démographie, la finance, la statistique mathématique et enfin la constitution d’une théorie de la décision économique. L’abstraction d’une telle théorie, si elle frappe par son élégance, ne laisse pas d’interroger : cet élargissement est-il légitime ? Autrement dit, tous les aspects de la vie humaine sont-ils susceptibles de se plier à un tel calcul ? Il apparaît au fil des applications que la réponse n’est pas univoque : il faut donc distinguer les champs selon la nature des théories qu’on leur applique et surtout selon leur statut épistémologique. Ce panorama des champs d’application : assurance, finance, gestion – invite à prendre une distance critique. C’est la raison d’être de cet ouvrage.

Pierre-Charles Pradier est maître de conférences à l’université Paris-I Panthéon-Sorbonne et chercheur au Centre d’économie de la Sorbonne (Samos-Matisse).

Les 100 mots de l’Internet
Dominique Roux et Xavier Niel
Presses Universitaires de France - Collection Que sais-je ?

"Il a fallu moins d’une vingtaine d’années pour qu’Internet passe d’une simple technique d’interconnexion des ressources informatiques entre les divers centres de recherche travaillant pour le Département de la défense américain, à ce média qui a révolutionné l’information, la communication, les relations humaines et sociales, les échanges, le travail, la culture… et ce n’est pas fini. Pas un jour sans que ne naissent de nouvelles techniques, de nouvelles pratiques, sans que le champ d’application de l’internet ne se développe. Avec cette innovation, s’est construit tout un territoire sémantique neuf que, de HTTP à Podcast, de Wi-Fi à Google, les auteurs explorent et cartographient en 100 mots-clés."

Fondateur de Free, Xavier Niel est vice-président et directeur de la stratégie d’Iliad, groupe de télécommunications français, maison mère du fournisseur d’accès à l’internet Free. Membre du Cercle des économistes, Dominique Roux est professeur à l’Université Paris-Dauphine et président de Bolloré Télécom. Il est notamment l’auteur, avec P.-Y. Badillo, des 100 mots des télécommunications.