933 résultats

L'Europe centrale vingt ans après la chute du Mur Politique étrangère

Institut français des relations internationales

Politique étrangère, la plus ancienne revue française dans ce domaine, est une revue de débats et d'analyses sur les grandes questions internationales. Son ambition est de mettre en lumière l'ensemble des éléments du débat, de proposer des analyses approfondies de l'actualité, et d'être un instrument de référence pour les milieux académiques, les décideurs et la société civile. Elle est ouverte aux contributions des chercheurs et des spécialistes du monde entier.

Au sommaire : L'Europe centrale 20 ans après la chute du mur

Europe centrale : la transition économique/ Sandor Richter

Pologne : un bilan politique contrasté / Georges Mink_Les pays baltes : un modèle pour l’intégration ? /Matthieu Chillaud

Existe-t-il un miracle slovaque ?/ Jean-Antoine Giansily et Éliane Mossé

L’Europe centrale entre solidarité européenne et préférence atlantique/ Krzysztof Soloch

Un autre dossier dans ce même numéro : L’Inde après les législatives de 2009.

Le mur de Berlin 20 ans après
Nombreuses contributions dont celle du Lépac
Télérama Collection Hors-série

9 novembre 1989 : le mur de Berlin tombe devant les caméras du monde entier. Bientôt, l'URSS est désintégrée, le communisme déchu. Qu'en est-il aujourd'hui, à Berlin, mais aussi dans l'ex-Europe de l'Est ? Portraits, reportages, analyses dans "Le mur de Berlin, 20 ans après.

L’Europe : histoire et défis. 50 cartes et fiches
Thomas Snégaroff
Ellipses

Les cartes sont un formidable outil pour appréhender la complexité d’un monde en mutations rapides. Plus que la simple illustration d’un discours, elles mettent en lumière des formes d’organisation de l’espace, héritée, renouvelée ou improvisée. Instruments indispensables du géographe, elles le sont également de l’aménageur, de l’historien, du géopoliticien et, osons-le, de tout citoyen.

Chacune des 50 cartes originales proposées est complétée par une fiche qui en éclaire le contenu. La première partie dresse l’inventaire des fondements identitaires de l’espace traité. Ces « cartes de l’identité » convoquent aussi bien le milieu naturel, la lente construction des territoires que leur organisation. Géographes, historiens, politiques ou institutions ont pensé le territoire. Chacune de leurs représentations relève de considérations scientifiques, mais, le plus souvent, traduit des projets politiques ou économiques, aboutis ou non. Ces « identités des cartes » forment la deuxième partie.Enfin, la troisième partie se compose de cartes de synthèse présentant « les enjeux et les défis actuels ». Les dimensions économiques, sociales et géopolitiques sont privilégiées.

Die längste Nacht, der größte Tag: Deutschland am 9. November 1989.
Sous la direction de Kai Diekmann et Ralf Georg Reuth
Piper Verlag GmbH

À partir de photographies originales et de témoignages de personnalités ou d’anonymes, le livre propose de rendre compte de ce devait être le plus grand événement l'histoire allemande d'après-guerre. Événement qui ne fut pas sans incidences sur l’Europe et le monde.

Érasme. Grandeur et décadence d’une idée.
Stefan Zweig traduction : Alzir Hella
LGF Collection Livre de Poche

D'Érasme de Rotterdam (1467-1536), on ne connaît plus guère que ses portraits peints par Holbein, Dürer, Quentin Metsys, son ami, et une oeuvre, « Éloge de la folie », associée à un mot : l'humanisme. De cette figure marquante de la Renaissance, Stefan Zweig nous donne ici un portrait qui lui restitue toute sa dimension. Grand voyageur, Érasme fut le premier penseur à se définir comme Européen. À l'affût de tous les savoirs, passionné d'imprimerie, il prôna l'accès de tous à la culture et à la connaissance. Réformateur audacieux, mais épris de tolérance et de dialogue, il dénonça tous les fanatismes, chercha à conjurer la rupture religieuse qui allait ensanglanter l'Europe. Il fut le premier intellectuel au sens moderne, père spirituel de Spinoza, de Diderot et de Montaigne ou de Voltaire, Il inspira Lessing, Shiller, Tolstoï ,Gandhi et Romain Rolland.

« Grâce à Érasme, écrit Stefan Zweig, il existe en Europe une puissance nouvelle : celle de la plume. » Publié en 1935, cet essai reflétait les préoccupations de l'écrivain autrichien, dans une Europe en proie aux totalitarismes et bientôt à la guerre. Il n'a rien perdu de son actualité.